Opposition à l'utilisation d'animaux sauvages dans les cirques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tag de protestation contre l'utilisation des animaux dans les cirques, sur un trottoir parisien, derrière le cirque Bormann-Moreno, en hommage à sa tigresse Mévy échappée et abattue en novembre 2017.

L’opposition à l'utilisation d'animaux sauvages dans les cirques regroupe l'ensemble des critiques formulées à l'encontre de cette pratique. Il peut s'agir d'une opposition militante menée par des associations qui réclament son abolition, ou n'être qu'un désaveu de celle-ci. Cette opposition est d'ordre éthique et porte sur les souffrances des animaux appartenant à des espèces sauvages, et qui n'ont donc pas subi de processus de domestication par les humains au cours de l'histoire.

Les critiques portent principalement sur les conséquences du domptage et sur les conditions de vie des animaux utilisés.

En écho à cette opposition croissante, un certain nombre de décisions concernant cette utilisation ont été prises dans plusieurs pays, qui l'ont partiellement ou complètement abolie. Certains cirques ont aussi volontairement choisi d'arrêter l'utilisation de tous ou de certains animaux.

L'opposition à cette pratique est différente et généralement plus forte que l'opposition à l'utilisation des mêmes animaux dans les parcs zoologiques. Cela peut s'expliquer d'une part parce que ceux-ci ont un rôle de conservation de la nature, de pédagogie et de recherche scientifique que les cirques n'ont pas, et d'autre part, parce que le bien-être animal y est plus facilement respecté (absence de domptage, d'itinérance, espaces plus grands...).

Arguments[modifier | modifier le code]

L'utilisation des animaux sauvages dans les cirques est considérée par beaucoup de ses détracteurs comme dommageable pour l'animal sauvage, du fait de ses besoins, différents de ceux des animaux domestiques. Les critiques se concentrent sur le domptage des animaux et sur leurs conditions de vie très spécifiques, incluant un transport régulier, l'exécution de numéros et les conditions de captivité.

Dommages liés au domptage[modifier | modifier le code]

Certains animaux sont régulièrement enchaînés.

Dommages physiques[modifier | modifier le code]

Dressage d'un jeune éléphant (Cirque Ringling, Floride, 2001-2002).

Dommages psychiques[modifier | modifier le code]

Dommages liés aux conditions de vie[modifier | modifier le code]

Itinérance[modifier | modifier le code]

Performances[modifier | modifier le code]

Éléphants en position assise (Cirque Medrano, Slovénie, 1957).
Éléphant sur ses pattes arrières (Cirque Krone, Allemagne, 2010).

Conditions de captivité[modifier | modifier le code]

Dommages collatéraux[modifier | modifier le code]

La présence d'animaux dans les cirques, a conduit depuis 1990, à 65 morts humaines et plus de 130 cas de blessures dus à la perte de contrôle d’éléphants vivant en captivité[Où ?],[1].

Fugues[modifier | modifier le code]

Les fugues d'animaux sauvages de cirque sont fréquentes[2]. Les animaux concernés sont des dromadaires, des chameaux, des hippopotames, des lamas, des zèbres, ou plus dangereux, des éléphants, des lions ou des tigres. Ils peuvent alors être blessés ou abattus[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Origines et revendications[modifier | modifier le code]

En 1929 en France, les organisateurs de la semaine de la bonté[Quoi ?] ont voulu défendre les animaux de cirques et d'établissement forains dans L'Homme libre[3], alors qu'en même temps d'autres préféraient la défense de la classe humaine.

En 1932 en France, les sociétés de cirques ont déjà développé leur argumentaire, ainsi dans une colonne de L'Africain, intitulée Les métiers du cirque, un journal indique: « Jamais ! C'est une légende stupide que celle de l'animal de cirque malheureux. Jamais nous n'employons les moyens violents pour arriver à nos fins. La raison en est bien simple : l'animal se buterait, prendrait peur et il serait impossible d'en tirer quoi que ce soit. Il faut, avant tout, qu'il ait confiance en nous, et, au lieu de le battre, nous le tenons par sa gourmandise. C'est prodigieux ce qu'on peut faire faire, à certaines bêtes, à un cheval, par exemple, avec l'appât d'un; sucre ! pie morceau de sucre ! Pourtant je dois dire que si la cravache est proscrite des séances d'entraînement, je suis quelquefois obligé d'en faire usage pour ramener la discipline parmi mes pensionnaires. Ce sont des acteurs, ils se jalousent terriblement, et ils n'hésitent pas, si j'ai un mouvement d'inattention, à faire rater son tour à un camarade. Et, rien ne les émeut plus que les applaudissements du public- D'ailleurs, pour en revenir à notre soi-disant brutalité, le simple bon sens prouve bien que c'est un mensonge accrédité par des gens qui n'ont jamais approché un cirque. Ces animaux, ce sont nos gagne-pain. Avez-vous déjà vu un ouvrier, quel qu'il soit, abîmer ses outils ? Non, n'est-ce pas... Alors ?.. »[4].

Évolution de l'opinion publique[modifier | modifier le code]

Selon un sondage Ipsos pour la Fondation 30 millions d'amis, en 2018 67 % des Français sont favorables à « une réglementation qui mette fin à l'exploitation des animaux sauvages dans les cirques »[5].

Prises de position notables[modifier | modifier le code]

La Fédération des Vétérinaires d'Europe, regroupant les différents ordres professionnels et principaux syndicats vétérinaires du continent, a pris position en 2015 pour l'abolition de cette pratique. Elle appelle «  toutes les autorités compétentes nationales et européennes à interdire l'utilisation de mammifères sauvages dans les cirques itinérants à travers l'Europe, puisqu'il n'est pas possible, par aucun moyen, que leur besoins physiologiques, mentaux et sociaux soient correctement satisfaits »[6].

La British Veterinary Association, milite pour cette abolition depuis de nombreuses années[6],[7].

Législation par pays[modifier | modifier le code]

Dans le monde, en 2017, 35 pays ont interdit cette pratique, dont 18 en Europe[8].

Europe[modifier | modifier le code]

En 2015, neuf pays de l'Union européenne ont complètement banni cette pratique. Neuf autres l'ont partiellement bannie[6].

Autriche[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

La Belgique l'a interdit en 2013, avec un projet de loi du gouvernement d'Elio Di Rupo, portée par la ministre de la Santé Laurette Onkelinx, dans le cadre de sa politique visant à renforcer le bien-être des animaux, dont elle est chargée[9]. Présenté au Parlement fédéral belge le 19 décembre 2013, la majorité socialiste, l'Alliance néo-flamande et les partis écologistes Ecolo et Groen ont voté en faveur du texte (127 voix), tandis que les Fédéralistes démocrates francophones ont voté contre (3 voix) et que le Vlaams Belang s’est abstenu (11 voix)[10]. La loi entre en vigueur le 10 mars 2014[11].

Bosnie-Herzégovine[modifier | modifier le code]

Bulgarie[modifier | modifier le code]

La Bulgarie a adopté une loi abolissant cette pratique en 2008, elle est entrée en vigueur le 1er janvier 2015[12].

Croatie[modifier | modifier le code]

Danemark[modifier | modifier le code]

Le Danemark restreint cette pratique à certaines espèces d'animaux sauvages. Dans le Décret exécutif n° 1365 du 16 décembre 2009 sur la garde et la présentation des animaux dans les cirques, il empêche ainsi les espèces listées en annexe I de ce décret d'être utilisées dans les cirques. Sont notamment cités les primates, les ours, les félidés, les rhinocéros, les hippopotames, les phoques, les cétacés et les girafes. En revanche, les éléphants et les otaries peuvent toujours être utilisés[13].

Espagne[modifier | modifier le code]

En Espagne, la protection animale relève de la compétence des communautés autonomes[14]. La Catalogne, la Galice, les Baléares, la Murcie, La Rioja et la Communauté valencienne ont légiféré sur la question[15], tandis qu'en Aragon et en Castille-La Manche des propositions de loi sont à l'étude.

Une proposition de loi de protection des animaux interdisant les spectacles de cirque exploitant des animaux non domestiques est déposée au Parlement de Catalogne en 2013[16] par cinq de ses sept groupes politiques : Convergence et Union, la Gauche républicaine de Catalogne, le Parti des socialistes de Catalogne, Initiative pour la Catalogne Verts - Gauche unie et alternative et la Candidature d'unité populaire[17]. La loi est soumise au parlement le 22 juillet 2015 et ces cinq groupes votent en faveur du texte[18]. Le Parti populaire catalan s'y oppose et Ciudadanos s'abstient[19]. La loi entre en vigueur le 1er juin 2017[20].

En juillet 2017 le Parlement des îles Baléares adopte une loi mettant fin à cette utilisation (ainsi qu'aux mises à mort lors de corridas)[21]. La loi entre en vigueur le lendemain de sa publication au Journal officiel, soit le 11 août 2017[22].

Fin septembre 2017, le Parlement de Galice adopte une loi de protection animale abolissant cette pratique[23]. Celle-ci prévoit une entrée en vigueur trois mois après sa publication au Journal officiel de Galice, soit le 11 janvier 2018[24].

En octobre 2017, l'Assemblée régionale de Murcie adopte à l'unanimité une loi interdisant cette pratique[15],[25]. La loi entre en vigueur le 2 novembre lors de sa publication au journal officiel[26].

En Aragon, la Gauche unie a rédigé en juin 2017 une proposition de loi qui a été soutenue par la majorité les groupes parlementaires des Cortes d'Aragon (Parti socialiste ouvrier espagnol, Podemos, Parti aragonais, Ciudadanos et Union aragonaisiste) à l’exception du Parti populaire[14]. Le gouvernement aragonais devrait désormais mettre cette loi à l'ordre du jour dans le courant de l'année[27].

En Castille-La Manche, un projet de loi d'abolition est à l'étude, avec une entrée en vigueur envisagée à l'horizon 2020[28],[29].

En mai 2018, quelques jours avant la formation du gouvernement Sánchez (PSOE), le groupe parlementaire socialiste au Congrès des députés a déposé une proposition no de ley (es) pour que le gouvernement espagnol légifère sur la question[30].

Dans La Rioja, la loi est adoptée le 22 novembre 2018, elle entre en vigueur le 1er décembre.

Dans la Communauté valencienne, la loi d'abolition est adoptée par le Parlement valencien le 19 décembre 2018, avec les votes en faveur de Compromís, du PSOE et de Podemos, l'abstention du PP et l’opposition de Ciudadanos[31]. Elle entre en vigueur le 31 janvier 2019[32].

Estonie[modifier | modifier le code]

L'Estonie a banni l'utilisation de certains animaux sauvages dans les cirques par un vote de son parlement en septembre 2017[33]. Le ministère des Affaires rurales devrait publier prochainement la liste des espèces interdites[34], avant la promulgation de l’amendement de la Loi sur la protection des animaux[35].

Finlande[modifier | modifier le code]

La Finlande a banni cette pratique concernant la plupart des animaux sauvages dès 1996, à travers la Loi sur la protection des animaux[36]. Seuls les lions de mer du Sirkus Finlandia (fi) peuvent encore être utilisés[37],[38].

France[modifier | modifier le code]

En France, où le code rural français prévoit que tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce, cette pratique est autorisée. Neuf éthologues, zoologistes et vétérinaires ont lancé un appel en novembre 2016, demandant l'arrêt de l'utilisation des éléphants dans les cirques[39].

Grèce[modifier | modifier le code]

Hongrie[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

En mai 2017, la Fédération nationale de l'Ordre vétérinaire italien prend position pour l'abolition de cette pratique[40].

En novembre 2017, la Chambre des députés italiens vote le projet de loi n° 4652 du Code du Spectacle, initié en 2016 et étant passé par le Sénat en septembre 2017. Celui-ci, entre diverses mesures, prévoit l'arrêt de l'exploitation d'animaux à des fins de divertissement dans les spectacles itinérants[41]. Un décret ministériel devrait être publié au maximum 1 an après, afin d'en préciser les modalités (délais et mesures spécifiques)[42],[43].

Lettonie[modifier | modifier le code]

En juin 2017, le Parlement letton a adopté une loi interdisant l'utilisation d'animaux sauvages dans les cirques. Elle a été promulguée par le Président de la République, Raimonds Vējonis et est entrée en vigueur le 1er juillet 2017[44],[45].

Luxembourg[modifier | modifier le code]

Malte[modifier | modifier le code]

Norvège[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Le Conseil des ministres du Cabinet Rutte II approuve en 2014 un projet de loi de la Secrétaire d’État à l'Agriculture Sharon Dijksma[46]. La loi approuvée en décembre 2014 interdit l'utilisation des mammifères sauvages, elle établit aussi une liste de mammifères domestiques dont l'utilisation est autorisée. Cette liste inclut les chiens, les chevaux, mais aussi les chameaux et dromadaires, que d'autres législations considèrent comme sauvages. Cette loi ne traite pas des reptiles et des oiseaux[47]. Elle entre en vigueur le 15 septembre 2015[48].

Pologne[modifier | modifier le code]

En Pologne, les animaux nés sauvages ne peuvent pas être utilisés dans les cirques[49],[50].

Portugal[modifier | modifier le code]

Le Portugal a une première fois légiféré sur la question en 2009, en interdisant l'utilisation des grands singes dans ces structures[51]. L'acquisition de nouveaux individus et la reproduction ont également été interdites pour les autres espèces détenues dans les cirques[52].

Le 30 octobre 2018, l'Assemblé de la République du Portugal adopte une loi interdisant l'utilisation des animaux sauvages dans les cirques. Celle-ci donne une période transitoire de 6 ans pendant laquelle les propriétaires des animaux en question doivent les enregistrer sur une plateforme, tandis que le gouvernement doit organiser leur placement progressif dans des centres d’accueil. La loi prévoit aussi de faire bénéficier les professionnels du spectacle concernés d’une aide à la reconversion professionnelle[53]. La fin de l'utilisation des animaux sauvages dans les cirques au Portugal est donc prévue pour 2024.

République tchèque[modifier | modifier le code]

La République tchèque a été l'un des premiers pays à restreindre l'utilisation d'animaux d'espèces sauvages par les cirques. Dès 1992, le pays adopte ainsi la loi n° 246/1992 du Conseil national tchèque pour la protection des animaux contre la maltraitance, qui empêche l'utilisation par les cirques des primates nouveau-nés, des pinnipèdes, des cétacés (à l'exception des delphinidés), des rhinocéros, des hippopotames et des girafes[54].

Roumanie[modifier | modifier le code]

En juin 2017, la Chambre des députés de Roumanie a adopté une loi interdisant l'utilisation d'animaux sauvages dans les cirques, à plus de 75 %[55]. La loi doit être promulguée par le Président Klaus Iohannis avant d'entrer en vigueur[44]. Cette loi avait été initiée par le député Remus Cernea et l'association Vier Pfoten en 2015[55].

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

En 2011, une consultation du département de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales (Defra) montre que 94 % des personnes interrogées souhaitent que cette pratique soit abolie. Le Premier ministre David Cameron s'engage alors à agir en ce sens d'ici janvier 2015. Une proposition de loi est présentée en 2013[56], soutenue par le gouvernement conservateur, le parti travailliste et de nombreux députés conservateurs[57],[58]. Cependant, trois députés conservateurs, Andrew Rosindell (en), Christopher Chope et Philip Davies (en), s'y opposent systématiquement, faisant échouer son approbation sept fois[58].

En septembre 2016, alors que cette promesse n'a pas été honorée, ses partisans demandent à la nouvelle Première ministre, Theresa May, qui appartient au même parti que son prédécesseur, de mettre en place cette interdiction[59]. En février 2018 le Defra annonce qu'une interdiction de cette pratique interviendra d'ici le 19 janvier 2020[60].

A l’échelle locale, plusieurs gouvernements dévolus se sont positionnés sur cette question.

Ainsi, dès 2016, le gouvernement du pays de Galles demande un rapport sur le bien-être des animaux utilisés dans les cirques à trois scientifiques, Stephen Harris (université de Bristol), Jo Dorning (université de Bristol) et Heather Pickett (indépendante)[61]. En février 2018, il annonce vouloir légiférer sur la question[62].

En mai 2017, le gouvernement écossais porte un projet de loi visant à interdire l'utilisation d'animaux sauvages dans les cirques[8],[63]. Celui-ci est adopté au Parlement écossais en décembre de la même année[64], puis entre en vigueur fin mai 2018[65]. L’Écosse devient ainsi le premier territoire du Royaume-Uni à interdire cette pratique.

Slovaquie[modifier | modifier le code]

Slovénie[modifier | modifier le code]

Suède[modifier | modifier le code]

La Suède légifère à ce sujet en 1988, à travers l'Animal Welfare Ordinance, dans laquelle elle stipule les espèces interdites : singes, fauves, pinnipèdes (à l'exception des lions de mer), rhinocéros, hippopotames, cervidés (à l'exception des rennes), girafes, kangourous, oiseaux de proies, ratites et crocodiliens[66],[67].

Amériques[modifier | modifier le code]

Bolivie[modifier | modifier le code]

Costa Rica[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

L’État de l'Illinois devient le premier aux États-Unis à prendre des mesures concernant l'utilisation d'animaux sauvages dans les cirques. Une loi adoptée en août 2017 y interdit ainsi l'utilisation d'éléphants d'Asie et d'Afrique, avec une entrée en vigueur prévue pour le 1er janvier 2018[68],[69]. L’État de New York adopte une loi similaire en juin 2017, qui est signée par son gouverneur le 22 octobre 2017. Elle doit entrer en vigueur en 2019[70].

L’État du New Jersey interdit l'utilisation dans les cirques de tout animal dont l'espèce n'est pas indigène de l’État. La loi est adoptée par l'Assemblée générale du New Jersey en novembre 2018 puis est signée par le gouverneur Phil Murphy le 15 décembre 2018[71].

Pérou[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

Inde[modifier | modifier le code]

Israël[modifier | modifier le code]

Singapour[modifier | modifier le code]

Chronologie de l'abolition[modifier | modifier le code]

Ci-dessous sont regroupés les pays et les subdivisions régionales par ordre chronologique d'abolition de l'utilisation d'animaux sauvages dans les cirques. Les pays sont indiqués en gras et leurs drapeaux accolés à ceux de leurs subdivisions le cas échéant. Si plusieurs composantes d’un même État sont concernés au cours de la même année, celles-ci ci sont regroupées chronologiquement par État, indépendamment de la chronologie générale. La date d'entrée en vigueur figure entre parenthèses.

De 1992 à aujourd'hui
1988 Drapeau de la Suède Suède (certaines espèces, )
1992 Drapeau de la République tchèque République tchèque (certaines espèces, )[54]
1996 Drapeau de la Finlande Finlande (la plupart des espèces, )[36]
2002 Drapeau du Costa Rica Costa Rica ()[72],[73]
2005 Drapeau de l'Autriche Autriche ()[74]
2006 Drapeau de la Croatie Croatie ()[75]
2007 Drapeau de la Hongrie Hongrie (certaines espèces, )[76]
2009 Drapeau de la Bolivie Bolivie ()[77],[78]

Drapeau du Portugal Portugal (grands singes seulement[51], avec interdiction de l’acquisition et de la reproduction pour les autres espèces, )[52]

2010 Drapeau du Danemark Danemark (certaines espèces, )[13]
2012 Drapeau de la Grèce Grèce ()[79],[80]
2013 Drapeau de la Slovénie Slovénie ()[81],[67]
2014 Drapeau de la Belgique Belgique ()

Drapeau de Malte Malte ()[82],[83]

2015 Drapeau de la Bulgarie Bulgarie (certaines espèces, )[12]

Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas ()

2017 Drapeau : EspagneCatalogne Catalogne () Drapeau des îles Baléares Îles Baléares () Murcie Région de Murcie ()

Drapeau de la Lettonie Lettonie ()

2018 Drapeau : États-UnisDrapeau de l'Illinois Illinois (éléphants seulement, )

Drapeau de l'Irlande Irlande ()[84]
Drapeau : EspagneGalice Galice ()[24] La Rioja La Rioja ()
Drapeau : Royaume-UniDrapeau de l'Écosse Écosse ()[85]

2019 Drapeau : EspagneCommunauté valencienne Communauté valencienne ()[32]
Entrée en vigueur future Drapeau de la Roumanie Roumanie (adoptée en juin 2017, entrée en vigueur à déterminer)[55]

Drapeau de l'Estonie Estonie (adoptée en septembre 2017, entrée en vigueur à déterminer)[35]
Drapeau de l'Italie Italie (adoptée en novembre 2017, à déterminer par décret ministériel au plus tard en novembre 2018)[84]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni [national] (au plus tard le 19 janvier 2020)[60],[59]
Drapeau du Portugal Portugal (adoptée en octobre 2018, entrée en vigueur en 2024)[53]

En débat Drapeau : Royaume-UniDrapeau du pays de Galles Pays de Galles[62], Drapeau de l'Espagne Espagne [national][30],[86], Drapeau : EspagneAragon Aragon[27], et Drapeau : EspagneCastille-La Manche Castille-La Manche[29], Drapeau des États-Unis États-Unis [fédéral][87]

Décisions volontaires[modifier | modifier le code]

Les éléphants du cirque Ringling Bros. and Barnum & Bailey en représentation en 2008.

En mars 2015, aux États-Unis, le cirque Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus, annonce qu'il arrêtera d'utiliser des éléphants d'ici 2018, date finalement avancée à 2016[88]. Les 13 éléphants du cirque seront transférés au Centre pour la Conservation des Élephants (en), une propriété de la société mère, Feld Entertainment, en Floride. Les dernières performances de ces éléphants ont lieu le 1er mai 2016, avec un spectacle du troupeau Red Unit au Mohegan Sun Arena at Casey Plaza de Wilkes-Barre en Pennsylvanie[89], et un spectacle du troupeau Blue Unit au Dunkin' Donuts Center de Providence, dans le Rhode Island[90].

En France, le cirque Joseph Bouglione a choisi en 2017 de ne plus utiliser d'animaux pour ses spectacles[91]. Sa tournée n'a pour le moment jamais repris, André-Joseph Bouglione souhaite en avril 2020 repartir avec son Eco-Cirque (100% humain).

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les animaux de cirque : aux première loges d’un spectacle cruel », sur petafrance.com (consulté le 1er novembre 2018)
  2. a et b « La longue liste des accidents impliquant des animaux de cirque », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2018)
  3. « L'Homme libre : journal quotidien du matin / rédacteur en chef, Georges Clemenceau ; directeur, Fr. Albert », sur Gallica, (consulté le 1er novembre 2018)
  4. « L'Africain : hebdomadaire illustré », sur Gallica, (consulté le 1er novembre 2018)
  5. « Le cirque traditionnel, c'est bientôt fini ? », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2018)
  6. a b et c (en) « Vets call for complete ban on wild animal acts in circuses across Europe », sur express.co.uk,
  7. (en) « Wild animals in travelling circuses », sur bva.co.uk, (consulté le 10 septembre 2016)
  8. a et b (en-US) « Campaigners welcome Scottish bid to ban wild animal circuses - Sunday Post », Sunday Post,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mai 2017)
  9. « Les animaux sauvages désormais interdits dans les cirques », sur rtbf.be,
  10. « Les animaux sauvages interdits dans les cirques », sur lesoir.be,
  11. « Les animaux sauvages dans les cirques, c'est désormais terminé! », sur sudinfo.be,
  12. a et b (bg) Dariknews, « Край на класическия цирк с диви животни - България - DarikNews.bg », dariknews.bg,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2017)
  13. a et b (da) « Bekendtgørelse nr. 1365 af den 16. december 2009 om hold og fremvisning af dyr i cirkus mv. » [« Décret exécutif n° 1365 du 16 décembre 2009 sur la garde et la présentation des animaux dans les cirques. »], sur retsinformation.dk,
  14. a et b Europa Press, « Las Cortes piden prohibir los circos con animales salvajes en la Comunidad », sur heraldo.es (consulté le 3 novembre 2017)
  15. a et b (es) Paqui Pérez Peregrín, EFE, « La Región prohíbe los circos con animales con la nueva Ley de Protección Animal », Cadena SER,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2017)
  16. (es) « Cataluña prohibirá a los circos utilizar animales para evitar su sufrimiento », sur El País.com,
  17. « En Espagne, la Catalogne interdit les animaux sauvages dans les cirques », sur lemonde.fr,
  18. (es) « Cataluña se convierte en la primera comunidad en España que prohíbe los circos con animales salvajes », sur eldiario.es,
  19. (es) « Cataluña, primera comunidad en España en prohibir animales salvajes en los circos », sur lamarea.com,
  20. (es) « Los animales salvajes abandonan los circos », La Vanguardia,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2017)
  21. (es) Lucía Bohórquez, « Baleares aprueba las corridas de toros sin sangre ni muerte », EL PAÍS,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2017)
  22. (es) BOIB, boletín oficial, « Ley 9/2017, de 3 de agosto, de regulación de las corridas de toros y de protección de los animales en las Illes Balears », sur caib.es, (consulté le 3 novembre 2017)
  23. (es) « Luz verde a la ley que prohibirá los circos con animales salvajes », abc,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2017)
  24. a et b (es) « LEY 4/2017, de 3 de octubre, de protección y bienestar de los animales de compañía en Galicia », sur Noticias Jurídicas, (consulté le 3 novembre 2017)
  25. (es) « La ley de Protección Animal prohíbe los circos con fieras y el tiro al pichón », La Verdad,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2017)
  26. (es) « ASAMBLEA REGIONAL DE MURCIA - BOLETÍN OFICIAL - 2 DE NOVIEMBRE DE 2017 - NÚMERO 117 - IX LEGISLATURA », sur http://hermes.asambleamurcia.es/, (consulté le 3 novembre 2017)
  27. a et b (es) El Periódico de Aragón, « Aragón prohibirá los circos con animales en toda la comunidad autónoma », El Periódico de Aragón,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2017)
  28. (es) « Castilla-La Mancha propone prohibir por ley el uso de animales salvajes en los circos a partir de 2020 », Publico,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2017)
  29. a et b (es) « Castilla-La Mancha prohibirá los animales salvajes en los circos itinerantes », abc,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2017)
  30. a et b (es) « El PSOE pide una norma estatal para acabar con los circos con animales », Animal's Health,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juin 2018)
  31. (es) « Comunidad Valenciana se convierte en la sexta autonomía española en prohibir los circos con animales », sur animanaturalis.org,
  32. a et b « Entra en vigor la prohibición de circos con animales en la Comunitat », sur La Vanguardia, (consulté le 31 janvier 2019)
  33. (et) « Greatest victory in the history of Estonian animal protection: Estonia banned wild animal circuses! | LOOMUS », sur loomus.ee (consulté le 3 novembre 2017)
  34. (en) ERR, « Riigikogu bans use of wild animals in circuses in Estonia », ERR,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2017)
  35. a et b (et) Webmedia, « Loomakaitseseadus – Riigi Teataja » [« Loi sur la protection des animaux »], sur www.riigiteataja.ee (consulté le 7 novembre 2017)
  36. a et b (fi) Edita Publishing Oy, « FINLEX ® - Ajantasainen lainsäädäntö: Eläinsuojelulaki 247/1996 » [« Loi sur la protection des animaux »], sur www.finlex.fi (consulté le 7 novembre 2017)
  37. (fi) Kadri Taperson, « Muistatteko sirkusnorsu Medin? », Voima,‎ (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2017)
  38. (fi) « Missä ovat sirkusnorsut? », sur yle.fi,
  39. « « La situation des éléphants dans les cirques est gravement préoccupante » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 4 novembre 2016)
  40. (it) « L'opinione di Fnovi sulla progressiva dismissione degli animali dai circhi | fnovi », sur www.fnovi.it (consulté le 10 mars 2018)
  41. (it) « Basta animali al circo: approvata la legge - Giornale di Brescia », Giornale di Brescia,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mars 2018)
  42. « Les animaux sauvages interdits dans les cirques en Italie, bientôt en France ? », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mars 2018)
  43. (en-GB) « LAV: ITALY adopts a legislation prescribing a phase out of animals in circuses and travelling exhibitions - Eurogroup for Animals », Eurogroup for Animals,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mars 2018)
  44. a et b « Roumanie et Lettonie disent non aux animaux sauvages dans les cirques | BLOG L214 », sur blog.l214.com (consulté le 3 novembre 2017)
  45. (en) « Saeima bans use of wild animals in circus », Latvian Public Broadcasting English-language service,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2017)
  46. (nl) « Kabinet verbiedt vanaf 2015 wilde dieren in het circus », sur ad.nl,
  47. (nl) « Ophef over krokodillen en slangen in circus », sur ad.nl,
  48. (en) « Wild animals banned in Netherlands circuses », sur zmescience.com,
  49. (en) « Animals in circuses », sur endcap.eu
  50. (en) « Poland Animal Protection Act : Chapitre 4, Article 17.1 », sur policy.mofcom.gov.cn (consulté le 13 novembre 2017)
  51. a et b (en) « Begining of the end of animal circuses in Portugal », sur oipa.org, (consulté le 4 novembre 2017)
  52. a et b (pt) « Portaria n.º 1226/2009, de 12 de Outubro. D.R. n.º 197, Série I, Aprova a Lista de Espécies de cujos espécimes vivos, bem como dos híbridos deles resultantes, é proibida a detenção (CITES) », sur dre.pt,
  53. a et b « Le Portugal interdit les animaux sauvages dans les cirques », sur ouest-france.fr,
  54. a et b (cs) « 246/1992 Sb. Zákon na ochranu zvířat proti týrání » [« Loi n° 246/1992 du Conseil national tchèque pour la protection des animaux contre la maltraitance, paragraphes 13a et 14a. »], sur Zákony pro lidi, (consulté le 5 novembre 2017)
  55. a b et c (en-US) Irina Marica, « Romania to become the 25th country in Europe that bans the use of wild animals in circuses », Romania Insider,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2017)
  56. « Bêtes sauvages : les étoiles déchues du cirque anglais », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mai 2017)
  57. (en) « Policy paper: 2010 to 2015 government policy: animal welfare », sur gov.uk,
  58. a et b (en) « Law to ban wild animals in UK circuses being blocked by three Tory MPs », sur theguardian.com,
  59. a et b (en) « Theresa May must fulfil pledge to ban performing circus animals, say campaigners », sur independent.co.uk,
  60. a et b (en-GB) « England to ban wild animals from circuses », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juin 2018)
  61. (en) Stephen Harris, Jo Dorning et Heather Pickett, The welfare of wild animals in travelling circuses, , 178 p. (lire en ligne)
  62. a et b (en-GB) « Wales looking at ban on use of wild animals in circuses », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juin 2018)
  63. (en-GB) David Woodmansey, « Mixed reaction to Scotland’s new animal welfare measures », Vet Times,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mai 2017)
  64. (en) Libby Brooks, « Scotland bans use of wild animals in travelling circuses », sur the Guardian, (consulté le 25 juin 2018)
  65. (en-US) « Scotland's Wild-Animal Circus Ban Comes Into Effect This Week », PETA UK,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juin 2018)
  66. (en) « The Animal Welfare Ordinance 1988:539 », sur extwprlegs1.fao.org
  67. a et b (en) EuroGroup for Animals, « Wild Animals in EU circuses. Problems, risks and solutions. », sur eurogroupforanimals.org,
  68. (en-US) « Illinois Just Became The First State To Ban Performing Elephants | Care2 Causes », sur www.care2.com (consulté le 4 novembre 2017)
  69. (en) « Illinois General Assembly - Bill Status for SB1342 », sur ilga.gov (consulté le 4 novembre 2017)
  70. (en) Hilary Hanson, « Circuses Banned From Using Elephants In New York State », sur HuffPost, (consulté le 18 avril 2019)
  71. (en) « New Jersey Officially 1st State To Ban Circuses, Carnivals From Using Wild Animals », (consulté le 18 avril 2019)
  72. (es) Sistema Costarricense de Información Jurídica, « Decreto Ejecutivo 30580 del 09/07/2002 », sur www.pgrweb.go.cr (consulté le 3 novembre 2017)
  73. (es) El Mercurio S.A.P., « Costa Rica prohíbe presentación de animales en circos | Emol.com », Emol,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2017)
  74. (de) « History of the Austrian Wild Animals Interdiction in Circus », sur vgt.at (consulté le 3 novembre 2017)
  75. « AFC - Animal Protection Act », sur www.prijatelji-zivotinja.hr (consulté le 3 novembre 2017)
  76. (hu) « 222/2007. (VIII. 29.) Korm. rendelet a cirkuszi menazséria létesítése és működtetése engedélyezésének, valamint fenntartásának részletes szabályairól », sur kozlonyok.hu,
  77. (es) Gaceta Oficial del Estado Plurinacional de Bolivia, « Ley 4040 Elimina el uso de animales silvestres y/o domésticos en espectáculos circenses en todo el territorio nacional, por considerarse la práctica un acto de crueldad en contra de los animales. », sur anterior.gacetaoficialdebolivia.gob.bo, (consulté le 3 novembre 2017)
  78. (es) « Bolivia se convierte en el primer país en prohibir el uso de animales en los circos », sur 20minutos.es,
  79. (en) « Animal Welfare Law (4039/12) Νόμος 4039 ΦΕΚ 15 2/2/2012 », sur greeceexposed.files.wordpress.com,‎
  80. (el) « Journal officiel de la République hellénique », sur minagric.gr,
  81. (sl) « Uradni list - Vsebina Uradnega lista », sur www.uradni-list.si (consulté le 13 novembre 2017)
  82. (en-US) « Malta bans ALL animal circuses! », Stop Circus Suffering,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2017)
  83. « The end of animal circuses: amendments to Animal Welfare Act pass final parliamentary vote - The Malta Independent », sur www.independent.com.mt (consulté le 3 novembre 2017)
  84. a et b « L'Irlande et l'Italie interdisent l'emploi d'animaux sauvages dans les cirques (autorisé en France) », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 13 novembre 2017)
  85. (en-US) « Woohoo! Scotland's Animal Circus Ban Is Finally in Action - One Green Planet », sur www.onegreenplanet.org (consulté le 25 juin 2018)
  86. (es) « El Gobierno más animalista (que tampoco prohibirá los toros) », Público,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juin 2018)
  87. « Aux États-Unis, les animaux de cirque pourraient bientôt être remis en liberté », Aux États-Unis, les animaux de cirque pourraient bientôt être remis en liberté | National Geographic,‎ (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2017)
  88. (en) « Ringling Bros. eliminating elephant acts », sur usatoday.com,
  89. (en) « Final elephant performances: Ringling Bros. shows in Wilkes-Barre », sur mcall.com,
  90. (en) « Last dance: Final performance for Ringling Bros. elephants », sur bigstory.ap.org,
  91. « Le cirque Bouglione présente son nouvel univers magique et sans animaux », 78actu,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mai 2017)

Articles connexes[modifier | modifier le code]