Ophrys miroir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ophrys speculum

L'Ophrys miroir (Ophrys speculum) est une orchidée terrestre du genre Ophrys, endémique du pourtour méditerranéen. Caractérisée par son grand miroir bleu, cette espèce est réputé pour sa relation particulière avec la guêpe Dasyscolia ciliata, relation à l'origine de la compréhension du phénomène de pseudocopulation.

Description[modifier | modifier le code]

Cette plante trapue, haute de 10 à 25 cm, a des fleurs moyennes, spectaculaires, aux sépales ovales, allongés, vert-jaune, ornés de deux lignes longitudinales brunes. Un pétale modifié, le labelle, est orné d'une grande macule bleu vif qui mime la surface bleuâtre des ailes repliées d'une guêpe femelle au repos, la Dasyscolia ciliata[1]. La frange de poils mime les poils de l'abdomen de la femelle de cette guêpe, et les pétales supérieurs minces imite ses antennes. Attirés par ce leurre sexuel (leurre visuel mais aussi olfactif), les mâles adoptent un comportement d’accouplement, la pseudocopulation qui conduit à un dépôt de pollinies sur leur corps et ainsi à la pollinisation lorsque l'opération est répétée[2].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • Ophrys speculum subsp. speculum[3]
  • Ophrys speculum subsp. jeanpertii (E.G.Camus) Del Prete & R.Conte[3]
  • Ophrys speculum subsp. lusitanica O. & A.Danesch, 1969[3]
  • Ophrys speculum subsp. regis-ferdinandii (Acht. & Kellerer ex Renz) Soó[3]

Floraison[modifier | modifier le code]

Espèce printanière, elle fleuri de février, pour les zones les plus précoces, à mai, pour les zones les plus tardives.

Habitat[modifier | modifier le code]

Espèce de pleine lumière à demi-ombre elle se développe strictement sur substrats calcaires secs à frais au sein des pelouses, des garrigues, des friches, voires des broussailles et des bois clairs[2].

Répartition[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une espèce endémique du pourtour méditerranéen. Relativement répandue au Portugal d'où se situe la localité type, elle est également présente en Espagne et en Italie (Sardaigne et Sicile), rare en France et sur le pourtour de l'Adriatique, répandue en Grèce, à Chypre, en Turquie, au Liban, en Israël, en Iran, en Egypte, en Algérie et au Maroc.

Très rare en France, Ophrys speculum est localisée et sporadique et les populations sont instables. Son pollinisateur spécifique, Dasyscolia ciliata, étant absent de France (une seule mention en 1991 en Corse[4]), expliquerait l'incapacité de cette plante à se répandre. Elle a été trouvée dans l'Aude, les Bouches du Rhônes, la Charente, la Drôme, le Gard, la Haute-Garonne, les Pyrénnées Orientales, le Var, la Vendée et la Corse[2],[5].

Menaces et protections[modifier | modifier le code]

En France métropolitaine, Ophrys speculum est protégée au niveau nationale et est considérée comme « En danger »[6]

Galerie[modifier | modifier le code]

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Arachnites speculum (Link) Tod.[3]
  • Ophrys ciliata Biv.[3]
  • Ophrys ciliata var. orientalis (Paulus)[3]
  • Ophrys ciliata subsp. orientalis (Paulus)[3]
  • Ophrys eos Devillers & Devillers-Tersch.[3]
  • Ophrys scolopax Willd.[3]
  • Ophrys speculum var. lutescens J.J.Rodr.[3]
  • Ophrys speculum var. orientalis (Paulus) Kreutz[3]
  • Ophrys speculum subsp. speculum[3]
  • Ophrys vernixia subsp. ciliata (Biv.) Del Prete[3]
  • Ophrys vernixia subsp. orientalis Paulus[3]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Pat Willmer, Pollination and Floral Ecology, Princeton University Press, , p. 537.
  2. a b et c Marcel Bournérias, Les orchidées de France, Belgique et Luxembourg, Mèze, Biotope Editions, , 504 p. (ISBN 978-2-914817-11-0 et 2914817118).
  3. a b c d e f g h i j k l m n et o The Plant List, consulté le 6 février 2020
  4. Cocquempot Christian, Hamon Jacques ., « Capture de Dasyscolia ciliata ciliata (Fabricius, 1787) en Corse-du-Sud (Hym., Scoliidae). », Bulletin de la Société entomologique de France, vol. 100, no 3,‎ , p. 276 (lire en ligne).
  5. Jean-Marc LEPAGE & Yves WILCOX, « Découverte d'Ophrys speculum Link 1800, (= Ophrys ciliata Bivona-Bernardi 1806) dans le Sud de la Vendée littorale », Le Naturaliste Vendéen, vol. 3,‎ , p. 105 – 106 (lire en ligne).
  6. Gargominy, O. & Régnier, C., « Statuts de protection d'Ophrys speculum », sur Tela Botanica, (consulté le 6 février 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :