Ophélie Claude-Boxberger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ophélie Claude-Boxberger
Image illustrative de l’article Ophélie Claude-Boxberger
Ophélie Claude-Boxberger aux championnats de France d'athlétisme 2013.
Informations
Disciplines 800 m, 1 500 m,
3 000 msteeple
Nationalité Drapeau : France Française
Naissance (31 ans)
Lieu Montbéliard (Doubs)
Taille 1,70 m (5 7)
Poids 53 kg (117 lb)
Club Montbéliard Belfort Athlétisme
Palmarès
Championnats de France 9 7 4

Ophélie Claude-Boxberger, née le à Montbéliard (Doubs), est une athlète française licenciée au Montbéliard Belfort Athlétisme. Spécialiste des épreuves de demi-fond, elle obtient quatre titres de championne de France espoirs sur 800 m et 1 500 m et deux sélections en équipe de France jeune, avant de devenir cinq fois championne de France Élite sur 1 500 m et 3 000 m en salle ainsi que sur 3 000 m steeple en 2015 puis en 2018. Elle possède à son actif neuf sélections internationales A avec l'équipe de France et une sélection en équipe d'Europe.

Elle est la fille du spécialiste des courses de fond, Jacky Boxberger.

Elle est contrôlée positive à l'érythropoïétine (EPO) lors d'un test effectué le , juste avant les championnats du monde d'athlétisme à Doha où elle a révélé sa liaison avec le médecin de l'équipe de France, Jean-Michel Serra.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ophélie Claude-Boxberger est la fille de Jacky Boxberger[1]. Elle débute l'athlétisme en septembre 2001 après avoir pratiqué plusieurs sports : danse, équitation, tennis, escalade et gymnastique au niveau national. Parmi les meilleures minimes françaises sur 1 000 m en min 3 s, elle se consacre plus à ses études — ce qui engendre une progression assez lente — ainsi qu'à la musique qu'elle débute à l'âge de 5 ans jusqu'à obtenir son diplôme au conservatoire de Montbéliard après plus de douze années de piano.

Après avoir obtenu un baccalauréat scientifique avec mention en 2006, elle devient professeur d'éducation physique et sportive après avoir réussi le certificat d'aptitude au professorat d'éducation physique et sportive (CAPEPS)[1] et un master langage et intervention en 2010 à l'université de Besançon.

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

En 2007, elle rencontre Laurent Fleury qui devient son entraîneur[2] lors d'un stage de préparation. Sa progression est importante en 2008 et lui permet de décrocher sa première sélection en équipe de France pour un match international sur 800 m à Lingolsheim. Le passé de coureur de 400 m haies de son entraîneur, en équipe de France junior, lui donne l'envie de découvrir les haies. Pendant ses années dans la catégorie espoir elle réussit avec succès de concourir sur 400 m haies en décrochant une médaille d'argent aux championnats de France nationaux à Dijon et une médaille d'argent aux championnats de France universitaires avec un record de 60 s 34 sur la distance.

Diplômée d'un brevet d'état d'athlétisme en 2011, elle entraîne un groupe spécialisé en demi-fond au sein de son club le Montbéliard Belfort Athlétisme.

Après avoir consacré son début de carrière au 800 m avec une place de demi-finaliste aux Championnats d'Europe espoirs d'athlétisme 2009 à Kaunas, elle prend un tournant en 2014 en décidant de passer sur des distances supérieures, ce qui lui permet d'obtenir son premier titre de championne de France d'athlétisme en salle, avec un record à min 13 s 23 sur 1 500 m lors du meeting international de Karlsruhe[3], manquant de peu la qualification pour les championnats du monde en salle. En 2015, elle remporte le titre de championne de France du 3 000 m steeple et devient la quatrième Française la plus rapide de l'histoire sur la distance en courant en min 35 s 56 lors du meeting de Ninove le [4]. Bien qu'elle ait franchi la barre des min 36 s imposée par la Fédération française d’athlétisme, elle ne participe pas aux mondiaux de Pékin, ce temps étant réalisé deux jours après la date butoir imposée par la fédération[5]. La saison suivante, elle échoue dans sa tentative de réaliser les minimas, fixés à min 34 s, pour les Jeux olympiques de Rio de Janeiro[6] à seulement 9 dixièmes de la qualification lors du meeting de Turku en Finlande qu'elle remporte après avoir mené de bout en bout.

Elle remporte en le 10 km sur route de la prom'classique à Nice avec un nouveau record en 33 min 28 s puis réalise la meilleure performance de l'année sur 1 500 m en salle.

La saison en plein air est tout aussi prometteuse[7] avec un nouveau record en min 34 s 43 sur 3 000 m steeple et une qualification pour les championnats d'Europe de Berlin lors de sa rentrée en Diamond League à Rome le après avoir battu le record de France du 2 000 m steeple de 8 secondes lors du meeting de Pliezhausen en Allemagne en min 16 s 60[8]. Meilleure Française sur 1 500 m également, elle représente la France sur cette distance lors des Jeux méditerranéens à Tarragone en Espagne mais également pour la première édition de la coupe du monde d'athlétisme à Londres.

Le , elle termine 9e de la finale des championnats d'Europe de Berlin dans le même temps que la 8e et bat son record personnel en min 31 s 84[9]. Ce résultat engendre une sélection en équipe d'Europe lors de la Coupe continentale le , face aux autres continents où elle termine 6e.

Le , elle remporte les 20 km de Paris après une course au coude à coude pendant 14 km avec les favorites. Elle est la seule à résister à l'attaque de l'Éthiopienne Negasa Chaltu et s'impose facilement sous les yeux de Michel Jazy, 36 ans après son père Jacky Boxberger. Elle confie au journal l'Équipe que c'est la première fois de sa carrière qu'elle franchit la ligne avec les larmes aux yeux dans une course chargée d'émotions[10]. Cela faisait 17 ans qu'aucune Française n'avait remporté les 20 km de Paris, depuis Chantal Dällenbach en 2001.

Le elle continue sa progression sur route en réalisant une performance significative lors du 10 km de Nice en remportant la course en 32 min 35 s[11]. En mars, elle termine à la 15e place du 3 000 mètres des championnats d'Europe en salle de Glasgow[12].

Troisième sur 3 000 mètres steeple des championnats de France à Saint-Étienne[13], elle est finalement sélectionnée pour les mondiaux d'athlétisme de Doha[14]. Lors de ces derniers, elle échoue en séries, terminant 14e de sa course[15]. Elle explique alors sa contre-performance par des séances d'entraînements en extérieur, dont une par une température de 49 °C ressentis[15].

Le , il est annoncé qu'Ophélie Claude-Boxberger a été contrôlée positive à l'érythropoïétine (EPO) lors d'un contrôle le [16]. Selon plusieurs journaux, son domicile a été perquisitionné le [17]. Mi-octobre, le pôle santé du parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire[17] pour « détention et utilisation de substances vénéneuses » et « aide à l'utilisation de ces substances »[18]. Lors de l'enquête, un proche avoue qu'il aurait administré le produit dopant à l'insu de l'athlète[19].

Elle est également impliquée dans une controverse liée au médecin de l'équipe de France d'athlétisme, Jean-Michel Serra, qui a reçu un blâme pour avoir envoyé un mail à l'Agence française de lutte contre le dopage se plaignant du trop grand nombre de contrôle subis par l'athlète[17]. Il est annoncé durant les championnats du monde que les deux sont en fait en couple[18].

Palmarès[modifier | modifier le code]

International[modifier | modifier le code]

Date Compétition Lieu Résultat Épreuve Temps
2015 Championnats d'Europe par équipes Tcheboksary 9e 1 500 m min 19 s 7
2017 Championnats d'Europe par équipes Villeneuve-d'Ascq 11e 3 000 m min 34 s 10
Jeux de la Francophonie Abidjan 5e 3 000 m steeple 10 min 24 s 67
2018 Jeux méditerranéens Tarragone 8e 1 500 m min 19 s 49
Coupe du monde Londres 5e 1 500 m min 18 s 21
Championnats d'Europe Berlin 9e 3 000 m steeple min 31 s 84
Coupe continentale Ostrava 6e 3 000 m steeple min 54 s 86
2018 Championnats d'Europe de cross Tilbourg 56e Individuel
2019 Championnats d'Europe en salle Glasgow 15e 3 000 m min 19 s 55
Championnats d'Europe par équipes Bydgoszcz 6e 3 000 m steeple min 54 s 66

National[modifier | modifier le code]

Date Compétition Lieu Résultat Épreuve Temps
2008 Championnats de France espoir Vénissieux 2e 800 m min 8 s 90
2008 Championnats de France nationaux Dijon 2e 400 m haies 60 s 34
2009 Championnats de France espoir en salle Paris 1re 800 m min 10 s 13
2010 Championnats de France espoir en salle Aubière 1re 800 m min 8 s 30
2010 Championnats de France espoir Niort 1re 1 500 m min 22 s 07
2010 Championnats de France espoir Niort 1re 800 m min 5 s 75
2011 Championnats de France nationaux Compiègne 2e 400 m haies 61 s 43
2012 Championnats de France en salle Aubière 2e 800 m min 8 s 76
2013 Championnats de France en salle Aubière 3e 800 m min 5 s 90
Championnats de France Paris-Charléty 2e 800 m min 6 s 64
2014 Championnats de France en salle Bordeaux 1re 1 500 m min 23 s 71
2015 Championnats de France Villeneuve-d'Ascq 1re 3 000 m steeple min 59 s 86
Championnats de France Villeneuve-d'Ascq 2e 1500m min 21 s 81
2017 Championnats de France en salle Bordeaux 3e 3 000 m min 33 s 34
Championnats de France Marseille 3e 3 000 m steeple 10 min 23 s 42
2018 Championnats de France en salle Liévin 2e 1 500 m min 18 s 13
Championnats de France Albi 1re 3 000 m steeple min 48 s 21
2019 Championnats de France en salle Miramas 1re 1 500 m min 15 s 86
1re 3 000 m min 10 s 78
Championnats de France Saint-Étienne 3e 3 000 m steeple 10 min 6 s 15

Records[modifier | modifier le code]

Records personnels
Épreuve Temps Lieu Date
400 m 55 s 80 Besançon
400 m en salle 56 s 42 Macolin
400 m haies 60 s 34 Dijon
800 m min 3 s 45 Lausanne
800 m en salle min 5 s 90 Aubière
1 000 m min 46 s 8 Chatenois
1 000 m en salle min 46 s 83 Macolin
1 500 mètres min 11 s 36 Montbéliard
1 500 m en salle min 13 s 23 Karlsruhe
2 000 m steeple min 16 s 60 Pliezhausen
3 000 m steeple min 31 s 84 Berlin
3 000 mètres min 34 s 10 Villeneuve-d'Ascq
3 000 m en salle min 59 s 57 Eaubonne
10 km sur route 32 min 35 s Nice
20 km sur route h 9 min 41 s Paris

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Athlétisme : Ophélie Claude-Boxberger sur les traces de son père », sur France Bleu Belfort-Montbéliard, (consulté le 3 mai 2015).
  2. « Laurent Fleury : difficile mais pas impossible… », sur lesinfosdusport.com, (consulté le 3 mai 2015).
  3. « Championnats de France Elite : Ophélie Claude-Boxberger domine aisément le 1 500 mètres », sur vo2.fr, (consulté le 3 mai 2015)
  4. « Ophélie Claude Boxberger réussit les minima pour les Mondiaux de Pékin », sur estrepublicain.fr, .
  5. Quentin Guillon, « Ophélie Claude-Boxberger, si près, si loin de Pékin », sur vo2.fr, .
  6. Sophie Courageot, « Adieu Rio pour Ophélie Claude Boxberger », sur francetvinfo.fr, .
  7. « Ophélie Claude-Boxberger : Encore une belle marge de progression », sur athle.fr, (consulté le 14 octobre 2019)
  8. « 2000 m steeple : record pour Ophélie Claude-Boxberger », sur lequipe.fr, L'Équipe, 14 mai2018 (consulté le 14 octobre 2019)
  9. « Berlin 2018, athlétisme : Ophélie Claude-Boxberger se classe 9e et bat son record personnel », sur francetvinfo.fr, France 3 Franche-Comté, (consulté le 14 octobre 2019)
  10. Sophie Courageot, « 36 ans après son père Ophélie Claude-Boxberger remporte les 20 km de Paris », sur france3-regions.francetvinfo.fr, .
  11. « Course hors-stade : Nouveau record sur 10 km (32’35) pour Ophélie Claude-Boxberger à Nice », sur estrepublicain.fr, .
  12. « Ophélie Claude-Boxberger termine 15ème des Championnats d’Europe 2019 sur 3000m », sur toutmontbeliard.com, .
  13. Camille Belsoeur, « Ophélie Claude-Boxberger décroche une médaille de bronze sur 3000m steeple aux championnats de France », sur france3-regions.francetvinfo.fr, .
  14. « Mondiaux de Doha : Quinze nouveaux tricolores qualifiés », sur sport.francetvinfo.fr, .
  15. a et b « Mondiaux : Ophélie Claude-Boxberger éliminée en séries du 3000m steeple », sur lequipe.fr, .
  16. « Athlétisme : Ophélie-Claude Boxberger contrôlée positive à l'EPO », sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 20 novembre 2019)
  17. a b et c « Ophélie Claude-Boxberger contrôlée positive à l'EPO - Athlé - Dopage », sur L'Équipe (consulté le 19 novembre 2019)
  18. a et b « Athlétisme : la Française Ophélie Claude-Boxberger contrôlée positive à l’EPO », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 20 novembre 2019)
  19. Romain Donneux et Gilles Simon, « Ophélie Claude-Boxberger innocentée ? », sur lequipe.fr, (consulté le 1er décembre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]