Opelika

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Opelika
Le centre-ville d’Opelika
Le centre-ville d’Opelika
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau de l'Alabama Alabama
Comté Lee
Type de localité City
Maire Gary Fuller
Code ZIP 36801-36804
Démographie
Population 27 825 hab. (2012)
Densité 201 hab./km2
Géographie
Coordonnées 32° 38′ 50″ nord, 85° 23′ 22″ ouest
Superficie 13 840 ha = 138,4 km2
· dont terre 136,7 km2 (98,77 %)
· dont eau 1,7 km2 (1,23 %)
Fuseau horaire CST (UTC-6)
Localisation
Carte du comté de Lee.
Carte du comté de Lee.

Géolocalisation sur la carte : Alabama

Voir sur la carte administrative de l'Alabama
City locator 14.svg
Opelika

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
Opelika

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
Opelika
Liens
Site web http://www.opelika.org

La ville américaine d’Opelika est le siège du comté de Lee, dans l’État de l’Alabama. Lors du recensement de 2010, sa population était de 26 477 habitants.

Opelika a été le siège d'implantation de la première usine de fabrication de bandes magnétiques aux États-Unis[1],[2]

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville d'Opelika a d'abord été Opelikan, d'après un terme de la langue des Creeks signifiant « zone marécageuse ». Le nom est rectifié quelques années plus tard selon la prononciation exacte du terme d'origine. À l'arrivée des premiers colons, en 1836, son territoire avait d'abord été baptisé « Lebanon », mais en 1840, l'année de l'implantation de son bureau de poste elle s'appelle Opelikan [3].
La ville eut ses infrastructures et sa voie de chemin de fer saccagés à l'issue de la Guerre de Sécession. Elle connut ensuite une forte croissance entre 1870 et 1900 ( la ville est le siège de trois périodiques en 1869[4] ) conjointement à une histoire très mouvementée sur le plan politique comme sur le plan social : siège revendiqué d'un comté insoumis à l'autorité fédérale, lieu de rassemblement de buveurs et de mauvais garçons dans sa périphérie, elle fut un lieu de non-droit et de batailles qui la firent mettre sous administration militaire entre 1882 et 1899, date à l'issue de laquelle sa charte civile fut réinstaurée[5].

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Billboard 3 juin 1957
  2. Richard J. Elkus (Jr.), Winner Take All: How Competitiveness Shapes the Fate of Nations (ISBN 9780465003150), p. 32
  3. (en) Paul T. Hellmann, Historical Gazetteer Of The United States, Routledge, (ISBN 9780415939485), p. 18
  4. Rowell's American newspaper directory
  5. Brian St.Claire-King, Carl Warner, Hoodoo Blues the Role Playing Game, Vajra Enterprises (ISBN 0971309566), p. 219