Opérations Vulcan et Strike

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Opérations Vulcan et Strike
Description de cette image, également commentée ci-après
Troupes britanniques avançant dans Bizerte lors de l'offensive finale le 8 mai 1943.
Informations générales
Date Vulcan : 22 avril
Strike : 6
Lieu Tunis, cap Bon, Bizerte (Tunisie)
34° N, 9° E
Issue Victoire des Alliés
Belligérants
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Commandants
Drapeau du Royaume-Uni Kenneth Anderson
Drapeau du Royaume-Uni Brian Horrocks
Drapeau des États-Unis Omar Bradley
Drapeau de l'Italie Giovanni Messe
Drapeau de l'Allemagne Hans-Jürgen von Arnim
Pertes
240 000 capturés

Campagne de Tunisie de la Seconde Guerre mondiale

Batailles

Campagne de Tunisie
Coordonnées 34° nord, 9° est

L'opération Vulcan ( - )[1] et l'opération Strike (6 - )[2] sont les dernières attaques au sol des forces alliées contre les forces italiennes et allemandes à Tunis[3], au cap Bon, et à Bizerte, dernier pilier des forces de l'Axe en Afrique du Nord, pendant la campagne de Tunisie de la Seconde Guerre mondiale[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

Le Generalfeldmarschall Erwin Rommel estimait que la position des forces de l'Axe en Tunisie était intenable, recommandant ainsi l'évacuation de toutes les troupes allemandes vers l'Italie, pensant qu'elles pourraient être plus utiles. Son conseil fut rejeté par Adolf Hitler. En , un effort majeur de l'armée de l'air alliée (opération Flax) avait coupé l'approvisionnement de l'Axe en Afrique du Nord. Le IIe corps américain, commandé par le général de division Omar Bradley, encercla les derniers défenseurs à Enfidaville, mettant fin à la domination de l'Axe en Afrique du Nord. L'opération Retribution et le contrôle de l'air et de la mer empêchèrent toute évacuation à grande échelle des troupes de l'Axe vers l'Italie. L'offensive initiale portait le nom de code Vulcan.

Opérations[modifier | modifier le code]

Vulcan[modifier | modifier le code]

Les combats étaient coûteux contre les unités allemandes dans des défenses bien préparées et retranchées. Dans l'avancée sur Tunis, la 4e division d'infanterie britannique (IXe corps du lieutenant-général Brian Horrocks) se heurta aux parachutistes allemands (Fallschirmjager) de l'élite de la Fallschirm-Panzer-Division 1. À Cactus Far, l'infanterie britannique fut confrontée à un feu défensif étendu de parachutistes allemands bien dissimulés. Les chars Churchill du 12e Royal Tank Regiment (21e brigade de chars), avancèrent sans soutien d'infanterie et ceux-ci furent assaillis par les défenseurs utilisant des cocktails Molotov et des mines antichars « Teller » collantes. Douze d'entre-eux furent détruits et dans certains cas, leurs équipages furent sauvés des épaves en feu par les Allemands.

Strike[modifier | modifier le code]

Le , l'État-major se rendit compte qu'une révision était nécessaire pour réussir l'objectif. La phase finale révisée de l'assaut sur Tunis fut baptisée Strike et lancée six jours plus tard. Ce jour-là, la 1re armée britannique du lieutenant-général Kenneth Anderson prit Tunis tandis que les troupes américaines atteignirent Bizerte. Le commandant allemand, le général Hans-Jürgen von Arnim se rendra finalement le [4].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le , toutes les forces de l'Axe restantes en Tunisie, sous le commandement du maréchal Giovanni Messe, se rendirent sans condition. Messe avait tenté la veille, avec l'approbation de Mussolini, de négocier une « reddition honorable », mais celle-ci avait été rejetée. Plus tôt dans la matinée, il fut promu Generalfeldmarschall mais les Alliés n'acceptèrent qu'une capitulation inconditionnelle et menacèrent de reprendre leurs attaques, interrompues la veille. À 12 h 20, Messe transmit ses ordres ; en compagnie du commandant allemand restant, Kurt von Liebenstein, il se rendit tard dans la journée[5]. À la fin des opérations, près de 240 000 soldats allemands et italiens avaient été capturés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Chant 1986, "Vulcan", p. 326.
  2. Chant 1986, "Strike", pp. 266–67.
  3. Williams 1999, p. 105.
  4. (en) « I Was There! - How Von Arnim Surrendered at Last - The War Illustrated », www.thewarillustrated.info, (consulté le )
  5. Rolf 2015, p. 279.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christopher Chant, The Encyclopedia of Codenames of World War II, Routledge,
  • David Rolf, The Bloody Road to Tunis: Destruction of the Axis Forces in North Africa, November 1942–May 1943, Frontline Books,
  • Mary. H Williams, Special Studies: Chronology 1941–1945 United States Army in World War II, Washington, DC, Government Printing Office, (ISBN 978-0-16-001876-3)