Opération Triton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le navire irlandais Eithne (P31) récupérant des migrants en mer, en juin 2015.

L’opération Triton est une ancienne opération de l'agence européenne Frontex, effective entre le et le , dont l'objectif était de surveiller les frontières et non de sauver des migrants.

Présentation de l'opération[modifier | modifier le code]

Avec un budget d'environ 2,9 millions d'euros mensuels, elle est censée soutenir l'Italie pour faire face à l'afflux de migrants par voie maritime. L'opération avait été annoncée et présentée le par la commissaire européenne Cecilia Malmström sous le nom de Frontex plus sur demande du gouvernement Renzi pour remplacer l'opération Mare Nostrum qui s'est terminée le [1].

Frontex met en œuvre dans cette opération 3 navires patrouilleurs de haute mer, 2 navires de patrouille côtière, 2 vedettes côtières, 2 avions et 1 hélicoptère, les pays membres de l'agence se relayant pour assurer la continuité de la surveillance. Son rayon d'action est limité aux eaux territoriales européennes[2].

Le , elle a été remplacée par l'opération Themis, plus sécuritaire[3],[4].

Déroulement de l'opération[modifier | modifier le code]

Techniquement, le mandat de Frontex ne s'établit que jusqu'à 30 milles nautiques des côtes de l'île italienne de Lampedusa, mais les navires sont très fréquemment appelés au large de la Libye.

En 2015, deux confrontations de trafiquants d'humains avec des navires de sauvetage européens ont été recensées. Bien qu'armés, les assaillants ont simplement repris les bateaux des migrants (alors que ces derniers avaient été embarqués sur les navires européens) sans aborder les navires de Triton, la réponse européenne en cas d'attaque pouvant être très forte[5].

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site Europaforum, 4 septembre 2014.
  2. « Migrants en Méditerranée : après « Mare Nostrum », qu’est-ce que l’opération « Triton » ? », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2019)
  3. « L’«Aquarius» six pieds sous mer », sur Libération.fr, (consulté le 9 juillet 2019)
  4. Geoffroi DE REBOUL, « THEMIS, la nouvelle opération de FRONTEX en Méditerranée », sur Les Yeux du Monde, (consulté le 9 juillet 2019)
  5. Gros-Verheyde 2015

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Gros-Verheyde, « Les bateaux de Frontex sous le feu des Kalachnikovs. Une menace pour les opérations de sauvetage en Méditerranée », B2 Bruxelles2,‎ (lire en ligne)
  • « Méditerranée: un patrouilleur français sauve 217 migrants », L'Express,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]