Opération Orchard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Opération Orchard
Description de cette image, également commentée ci-après
Immeuble avant et après l'attaque.
Informations générales
Date
Lieu Gouvernorat de Deir ez-Zor, Syrie
Issue Destruction d'un immeuble syrien
Belligérants
Drapeau d’Israël IsraëlDrapeau de la Syrie Syrie
Forces en présence
Air Force Ensign of Israel.svg Force aérienne et spatiale israélienne :
- ? F-15I
- ? F-16 Fighting Falcon
- 1 avion ELINT - Un commando au sol
Nombre inconnu de radars et de défenses anti-aériennes syriennes
Pertes
Aucune10 ingénieurs nord-coréens tués
Coordonnées 35° 42′ 28″ nord, 39° 50′ 01″ est
Géolocalisation sur la carte : Syrie
(Voir situation sur carte : Syrie)
Opération Orchard

L'opération Orchard (en hébreu : מבצע בוסתן) est une opération militaire exécutée par l'armée de l'air israélienne le sur un immeuble de Deir ez-Zor en Syrie[1],[2].

Déroulement du raid[modifier | modifier le code]

Photo censée représenter le réacteur syrien en construction.

L'opération a mobilisé 8 avions de combats, des chasseurs-bombardiers F-15I et des F-16 servant d'escorte, qui après avoir survolé le littoral syrien et la frontière turque ont largué à 0 h 42 (UTC+03:00) un total de 17 tonnes de bombes sur leur objectif, guidés par une équipe des forces spéciales au sol[3].

Elle a détruit un immeuble en Syrie, lequel abritait selon les autorités israéliennes un réacteur à eau lourde construit avec l'aide de la Corée du Nord et devant servir à la production de plutonium militaire[3]. Le régime syrien annonce alors une simple attaque sur un « site militaire d’importance mineure ». Le régime de Bachar el-Assad a toujours démenti avoir construit un réacteur nucléaire[4]. Le site, surnommé le réacteur de Al-Kibar et le Cube, situé dans la subdivision de Deir ez-Zor, a été bombardé un peu avant minuit, heure locale. Dix ingénieurs nord-coréens ont été tués lors de l'attaque[5].

Des unités de missiles balistiques des forces syriennes équipées d'armes chimiques ont été mises en alerte mais finalement le gouvernement syrien n'a pas répliqué[3].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Diagramme du réacteur d'Al Kibar selon la CIA.

Douze jours après l'attaque, le gouvernement nord-coréen a démenti avoir aidé la Syrie à développer des armes nucléaires selon le ministre des Affaires étrangères basé à Pyongyang[6].

Les États-Unis affirment que le site de Al-Kibar servait à fabriquer des armes nucléaires[7]. Néanmoins, les tests préliminaires effectués par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ne lui ont pas permis de le démontrer[8],[9].

Le , le directeur général de l'AIEA Yukiya Amano a déclaré que la cible était bien le site caché d'un réacteur nucléaire futur, contrairement aux assertions syriennes[10].

Le , l'état israélien admet officiellement avoir détruit l'installation nucléaire[11],[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Peter Beaumont, « Was Israeli raid a dry run for attack on Iran? », The Observer,‎ (lire en ligne, consulté le 24 novembre 2009)
  2. (en) Bret Stephens, « Osirak II? », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 24 novembre 2009)
  3. a b et c Maxime Perez, « Secret d’histoire : comment Israël a privé Bachar de la bombe nucléaire », sur Jeune Afrique, (consulté le 15 avril 2018).
  4. http://www.liberation.fr/planete/2018/03/21/onze-ans-apres-israel-admet-avoir-detruit-un-reacteur-nucleaire-en-syrie_1637865
  5. (en) N. Koreans Taped At Syrian Reactor, The Washington Post, 24 avril 2008
  6. (en) N Korea denies Syria nuclear ties, BBC News, 18 septembre 2007]
  7. (en) Ofer Aderet, « Report: Mossad hacked Syrian computer to uncover nuke site », Haaretz,‎ (lire en ligne, consulté le 24 novembre 2009)
  8. (en) U.S. Demands More Details From IAEA Syria Probe
  9. Le raid cyber d'Israël en Syrie, consulté le 10 avril 2012
  10. (en) « Syria target hit by Israel was 'nuclear site' », Al Jazeera,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 7 février 2014)
  11. (en-US) Judah Ari Gross, « Ending a decade of silence, Israel confirms it blew up Assad’s nuclear reactor », The Times of Israel,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mars 2018)
  12. « Israël revendique la destruction d’un réacteur nucléaire en Syrie en 2007 », sur Le Monde.fr (consulté le 21 mars 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]