Opération Gearbox

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Description de cette image, également commentée ci-après
Vue d'ensemble de la Norvège (Svalbard encerclé)
Informations générales
Date au
Lieu Svalbard (Norvège)
Issue Victoire alliée
Belligérants
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemandDrapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la Norvège Norvège
Commandants
War Ensign of Germany (1938–1945).svg Erich EtienneNaval Ensign of the United Kingdom.svg Ernst Ullring (en)
Pertes
?aucune

Opérations navales dans l'Arctique durant la Seconde Guerre mondiale

Batailles

Bataille de l'Atlantique (1939-1945) :

Coordonnées 78° nord, 16° est
Géolocalisation sur la carte : Svalbard
(Voir situation sur carte : Svalbard)
Opération Gearbox Episode du Guerre météorologique de l'Atlantique nord

L' Opération Gearbox était une opération norvégienne et britannique sur l' île arctique de Spitzberg dans l'archipel du Svalbard, durant les opérations navales arctiques pendant la Seconde Guerre mondiale.

Antécédent[modifier | modifier le code]

Svalbard

L'Opération Fritham, une expédition antérieure de deux navires, est arrivée le 13 mai mais a rencontré un désastre après avoir été repérée par un bombardier Junkers Ju 88 de la Luftwaffe. Le lendemain, quatre bombardiers de reconnaissance Fw 200 ont attaqué et tué quatorze hommes, dont Einar Sverdrup, le commandant. Onze hommes ont été blessés, deux mortellement, un navire a été coulé et l'autre incendié.

Les survivants ont récupéré le matériel qu'ils pouvaient et ont installé un camp à Barentsburg, qui avait été déserté depuis l'Opération Gauntlet (25 août-3 septembre 1941) et ont envoyé des équipes de reconnaissance. L' Amirauté a organisé un vol de reconnaissance par un hydravion Catalina du Coastal Command de la RAF, mais savait déjà une grande partie de ce qui s'était passé, grâce aux décryptages Ultra des signaux sans fil codés de la Luftwaffe Enigma.

L'opération Gearbox[modifier | modifier le code]

L'Amirauté britannique décida de continuer, l' Opération Fritham devant être résilié et remplacé par l'Opération Gearbox. Pour éviter un autre désastre, l'occupation du Spitzberg devait rester sous le commandement des forces gouvernementales norvégiennes, mais la marine serait responsable de la livraison des fournitures et les voyages devaient être synchronisés avec les convois de l'Arctique. Le croiseur HMS Manchester et le destroyer HMS Eclipse devront transporter 57 renforts norvégiens (lieutenant Gudim et sous-lieutenant K. Knudsen) et 118,5 t de provisions jusqu'au Spitzberg.

Manchester et Eclipse ont quitté la Clyde pour Scapa Flow le 25 juin Les navires sont arrivés à Seyðisfjörður en Islande le 28 juin et ont rencontré le pilote et navigateur du Catalina, qui avait effectué la reconnaissance au Spitzberg. Le croiseur a retardé son départ jusqu'au 30 juin pour apparaître comme faisant partie de la force d'escorte du convoi PQ 17 pour s'approcher d'Isfjorden le 2 juillet.

Au large de Barentsburg à midi, les navires ont reçu un signal de bienvenue de la Fritham Force indiquant qu'un avion de la Luftwaffe effectuait une reconnaissance quotidienne à 3h00 du matin et parfois une autre à 14h00, mais aucune force navale ou terrestre n'était apparue. Par mauvais temps, les avions allemands suivirent la côte au-delà de Barentsburg, ce qui avait conduit à la découverte des deux navires norvégiens Isbjørn[1] et Selis. Comme la jetée était trop envasée pour l'amarrage, des petits bateaux ont fait 121 allers-retours en six heures, déchargeant les norvégiens et les fournitures, y compris une station radio à onde courte et des canons antiaériens Bofors 40 mm. Les hommes à terre ont rapidement éliminé tout signe de la visite, les grues ont été retirées du quai, les bateaux cachés et les magasins camouflés.

Conséquence[modifier | modifier le code]

Après l'achèvement de «Gearbox», il y a eu plusieurs opérations de réapprovisionnement combiné avec des convois de l'Arctique.

Une station météorologique a été mise en place et le contact radio avec l'Amirauté a été rétabli. Ullring a pu organisé les vols de ravitaillement de Catalina, fourni des rapports météorologiques et d'observation. De nombreux survivants du convoi PQ 17 ont été secourus et les navires qui s'abritaient à Novaya Zemlya ont été escortés en toute sécurité jusqu'au port.

Les renforts ont consolidé les défenses de Barentsburg et ont envoyé des groupes pour attaquer la station méréorologique allemande à Longyearbyen le 12 juillet, seulement pour découvrir qu'ils étaient partis trois jours plus tôt. La piste d'atterrissage a été bloquée et le 23 juillet, un Ju 88, transportant un équipage expérimenté et deux hauts fonctionnaires, a été abattu alors qu'il volait à basse altitude au-dessus du terrain d'atterrissage.

Avec l'Opération Gearbox, la souveraineté norvégienne avait été affirmée, aucune victime n'avait été subie, le projet allemand d'envoyer une autre équipe météorologique avait été contrecarré.

Une planification a commencé à l'Amirauté pour l' Opération Gearbox II, la suite de Gearbox et l' Opération Orator, qui fera partie du prochain convoi PQ 18.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Articles externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie :

  • Lawson, S. H. (2001). "D/S Isbjørn". Warsailors.com. Retrieved 1 June 2018.
  • Levy, J. (2001). Holding the Line: The Royal Navy's Home Fleet in the Second World War. University of Wales Swansea (Swansea University). OCLC 502551844. '
  • Morison, S. E. (1956). The Atlantic Battle Won, May 1943 – May 1945. History of United States Naval Operations in World War II. X. Boston, Massachusetts: Little, Brown and Co. OCLC 59074150.
  • Ryan, J. F. (1996). The Royal Navy and Soviet Seapower, 1930–1950: Intelligence, Naval Cooperation and Antagonism . University of Hull. OCLC 60137725.
  • Schiøtz, Eli (2007). Offiser og krigsfange: Norske offiserer i tysk krigsfangenskap – fra oberst Johannes Schiøtz' dagbok [Officer and Prisoner of War: Norwegian Officers in German War Captivity: From Colonel John Schiøtz's Diary] '. Kjeller: Genesis forlag. (ISBN 978-82-476-0336-9).
  • Sebag-Montefiore, Hugh (2001) [2000]. Enigma: The Battle for the Code . London: Weidenfeld & Nicolson. (ISBN 0-75381-130-8).