EUNAVFOR MED opération Sophia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Opération EUNAVFOR Med)

EUNAVFOR MED opération Sophia
Abréviation EUNAVFOR Med
Opération Sophia
Type Force navale européenne
Décision Décision 2015/778/PESC
Adoption 18 mai 2015
Lancement 22 juin 2015
Fin 31 mars 2020
Commandement de la force Drapeau de l'Italie Enrico Credendino
Quartier général Rome (Italie)
Quartier général de force Navire amiral de la force sur zone
(porte-aéronef italien : le Cavour, le Garibaldi, puis le San Giusto)
Navigation

L'EUNAVFOR MED opération Sophia, appelée de manière abrégée opération Sophia ou EUNAVFOR Med, est une opération militaire décidée le par l'Union européenne au titre de la politique de sécurité et de défense commune pour refouler les migrants tentant de traverser la Méditerranée centrale, mais privée de navires depuis le printemps 2019. L'opération prend fin le et est remplacée par l'opération Irini.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Sophia est un enfant né le 24 août 2015 à bord du navire allemand Schleswig-Holstein, en cours d'opération en Méditerranée centrale dans le cadre de l'opération EUNAVFOR Med. Née d'une mère somalienne, sauvée avec 453 autres migrants et débarquée dans le port de Tarante, Sophia tient son nom du navire allemand consacré à la princesse prussienne Sophie de Schleswig-Holstein-Gottorp[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

La crise migratoire en Europe a entraîné l'accroissement du trafic sur les trois principales routes utilisées pour l'immigration irrégulière en Méditerranée : la route occidentale (Afrique du nord-ouest-Espagne), la route centrale (Afrique du Nord-Italie) et la route orientale (Turquie-Grèce)[2]. Entre janvier et décembre 2015, le nombre de migrants empruntant la route centrale était estimé à 154 725 (soit 16 % du total de migrants sur cette même période), soit 9 % de moins que l'estimation de 2014 pour la même route[2],[N 1]. À l'inverse, la route orientale a été empruntée par près de 771 237 migrants entre janvier et décembre 2015, soit 83 % du total, ce qui représente 6 fois le nombre de migrants l'ayant emprunté en 2014[2]. La route occidentale n'est emprunté que par 0,3 % des migrants[2]. Selon Enrico Credendino, citant des ONGs et en soulignant la difficulté de faire une évaluation précise du fait de la situation sécuritaire détériorée en Libye, des migrants originaires d'Afrique sub-saharienne attendrait toujours en Libye de pouvoir passer en Europe[2].

L'opération est décidée en 2015 après un naufrage au large de Lampedusa au cours duquel 800 personnes périssent[3] (voir l'article Naufrage du 19 avril 2015 en Méditerranée pour plus de détails).

Mandats[modifier | modifier le code]

L'opération est lancée le 22 juin 2015 par les ministres des Affaires étrangères réunis à Luxembourg mais uniquement dans sa phase 1 (observation, renseignement)[4],[5]. Le 25 juillet 2017, le Conseil européen a prorogé jusqu'au 31 décembre 2018 le mandat de l'EUNAVFOR MED opération Sophia et en a modifié le contenu[6]: mettre en place un mécanisme de suivi des bénéficiaires de la formation en vue d'assurer l'efficacité à long terme de la formation des garde-côtes libyens ; mener de nouvelles activités de surveillance et recueillir des informations sur le trafic d'exportations illicites de pétrole en provenance de la Libye ; accroître les possibilités de partage d'informations concernant le trafic d'êtres humains avec les autorités répressives des États membres, FRONTEX et EUROPOL.

L'opération Sophia est partiellement suspendue depuis le mercredi 27 mars 2019, en raison de l'opposition italienne[7]. Si les sauvetages en mer sont interrompus, en revanche demeurent la surveillance aérienne et la formation de militaires libyens à la lutte contre les passeurs[8],[9]. L'opération doit prendre fin le 31 mars 2019, sauf si les États membres en décident autrement indique Federica Mogherini, la Haute représentante de l'UE : « S‘il n’y a pas de développement positif avant la fin du mois de mars, l’opération mettra fin à ses activités, avec toutes les conséquences que cela entraînera »[10],[11]. À la demande de l'Italie, les capacités de la mission sont limitées[7]. En mai 2019, les moyens aériens étaient relativement limités puisque la mission ne compte que quatre avions[12]. La disparition des moyens de l’opération Sophia rend impossible d’estimer le nombre de morts dans cette zone, d'autant que les bateaux commerciaux ou de pêche préfèrent ne pas être impliqués[13].

L'opération Sophia prend fin le [14].

Commandement[modifier | modifier le code]

Son état-major est implanté à Rome. Il existe un commandement tactique sur zone de l’opération et un commandement stratégique[15]. Ce dernier est assuré par un amiral italien, Enrico Credendino (it)[16], assisté d’un contre-amiral français Gilles Boidevezi.

Commandants tactiques d'EUNAVFOR Med
Début Fin Identité Nationalité Notes
17 juin 2015 26 juin 2016[17] Andrea Gueglio Drapeau de l'Italie Italie Vice-amiral
27 juin 2016[17] 3 avril 2017[18] Giuseppe Berutti Bergotto Drapeau de l'Italie Italie Vice-amiral
4 avril 2017[18] 31 août 2017[19] Andrea Romani Drapeau de l'Italie Italie Vice-amiral
1er septembre 2017[19] en cours Javier Moreno Susanna Drapeau de l'Espagne Espagne Vice-amiral

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les raisons de cette diminution sont notamment l'amélioration de la situation sécuritaire en Égypte, rendant difficile l'accès à la Libye pour les Syriens, et l'effet préventif de l'opération EUNAVFOR Med (Credendino 2016, p. 7).

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « About us », sur Operation Sophia (consulté le 9 juillet 2019)
  2. a b c d et e Credendino 2016, p. 7
  3. « Federica Mogherini : « Nous avons sauvé en mer 12 600 personnes avec l’opération “Sophia” » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2019)
  4. « UE : quels moyens pour le sauvetage des migrants en Méditerranée ? », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2019)
  5. Gros-Verheyde 2015
  6. « EUNAVFOR MED Opération SOPHIA: prorogation du mandat jusqu'au 31 décembre 2018 », sur consilium.europa.eu,
  7. a et b « Migrants : privée de bateaux, l’opération européenne « Sophia » intensifie sa surveillance aérienne », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2019)
  8. « L'Union européenne limite sa mission de secours des migrants », sur France 24, (consulté le 29 mars 2019)
  9. « Migrants : privée de bateaux, l’opération européenne « Sophia » intensifie sa surveillance aérienne », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2019)
  10. Nicolas Gros-Verheyde, « Douze jours avant le clap de fin pour l’opération Sophia. Et toujours rien… », sur B2 - Bruxelles2,
  11. « Immigration. Bruxelles coule la mission Sophia et le sauvetage des naufragés », sur Courrier international, (consulté le 9 juillet 2019)
  12. « L’opération Sophia en sustentation », sur Bruxelles2.eu,
  13. « Migrants : loin des regards, la mer Méditerranée est devenue un « trou noir » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2019)
  14. « L'UE lance l'opération IRINI pour faire respecter l'embargo sur les armes imposé à la Libye », sur Consilium, (consulté le 7 juin 2020)
  15. « L’opération Sophia passe sous commandement espagnol sur mer », sur bruxelles2.eu,
  16. « Le Conseil met en place une opération navale de l'UE visant à démanteler les réseaux de trafiquants d'êtres humains en Méditerranée »
  17. a et b Décision n° 2016/1079
  18. a et b Décision n° 2017/681
  19. a et b Décision n° 2017/1534

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Documents officiels[modifier | modifier le code]

  • Décision  2015/778/PESC du Conseil relative à une opération militaire de l'Union européenne dans la partie sud de la Méditerranée centrale (EUNAVFOR MED), 32015D0778, adoptée le 18 mai 2015, JO du 19 mai 2015, p. 31-35, entrée en vigueur le 18 mai 2015 [consulter en ligne, notice bibliographique]
  • Décision  2017/1534 du Comité politique et de sécurité portant nomination du commandant de la force de l'Union européenne pour l'opération militaire de l'Union européenne dans la partie sud de la Méditerranée centrale (EUNAVFOR MED opération SOPHIA) et abrogeant la décision (PESC) 2017/681 (EUNAVFOR MED/2/2017), 32017D1534, adoptée le 31 août 2017, JO du 9 septembre 2017, p. 4-5, entrée en vigueur le 1 septembre 2017 [consulter en ligne, notice bibliographique]
  • Décision  2017/681 du Comité politique et de sécurité portant nomination du commandant de la force de l'Union européenne pour l'opération militaire de l'Union européenne dans la partie sud de la Méditerranée centrale (EUNAVFOR MED opération SOPHIA) et abrogeant la décision (PESC) 2016/1079 (EUNAVFOR MED/1/2017), 32017D0681, adoptée le 29 mars 2017, JO du 11 avril 2017, p. 18-19, entrée en vigueur le 4 avril 2017, abrogée le 1 septembre 2017 par 32017D1534 [consulter en ligne, notice bibliographique]
  • Décision  2016/1079 du Comité politique et de sécurité portant nomination du commandant de la force de l'Union européenne pour l'opération militaire de l'Union européenne dans la partie sud de la Méditerranée centrale (EUNAVFOR MED opération SOPHIA) et abrogeant la décision EUNAVFOR MED/1/2015 (EUNAVFOR MED/2/2016), 32016D1079, adoptée le 23 juin 2016, JO du 5 juillet 2016, p. 31-32, entrée en vigueur le 27 juin 2016, abrogée le 4 avril 2017 par 32017D0681 [consulter en ligne, notice bibliographique]

Divers[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Gros-Verheyde, « EUNAVFOR Med lancée lundi. Une opération « grandes oreilles » tout d’abord », B2 Bruxelles2,‎ (lire en ligne)
  • Enrico Credendino, EUNAVFOR Med - Operation Sophia - Six Monthly Report: June, 22nd to December, 31st 2015, Conseil de l'Union européenne, WikiLeaks, (lire en ligne)

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]