Opération Bamberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Seconde Guerre mondiale image illustrant l’URSS image illustrant la Biélorussie
Cet article est une ébauche concernant la Seconde Guerre mondiale, l’URSS et la Biélorussie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Opération Bamberg
Informations générales
Date 26 mars - 6 avril, 1942
Lieu Hłusk, Bobruisk, Polesie
Issue Victoire allemande
Pertes
Nombre de morts dans les formations allemandes : 7
Nombre d'armes à feu saisies : 47
Nombre de victimes civiles / partisans : 4.396

Seconde Guerre mondiale

L'opération Bamberg est une opération militaire menée par la police allemande sur le territoire du commissariat général de Ruthénie blanche. Lancée à la fin du mois de mars 1942, cette opération constitue la première réponse militaire allemande d'envergure à l'essor des mouvements de résistance en Biélorussie. Rapidement, cette opération a été conçue par ses promoteurs, les Waffen-SS, comme un exemple à suivre pour l'ensemble des opérations destinées à être menées par la suite contre les partisans positionnées dans les forêts de Biélorussie. En effet, cette opération comporte à la fois des aspects militaires, visant à réduire la présence partisane dans une zone donnée, mais aussi économique, visant ainsi à intégrer au sein de l'effort de guerre allemand, des populations et des régions qui en étaient alors tenues à l'écart.

Contexte[modifier | modifier le code]

Rapidement conquis, le territoire biélorusse devient rapidement la principale zone d'actions des partisans soviétiques derrière les lignes allemandes.

Premiers mois d'occupation[modifier | modifier le code]

Depuis le mois de juillet 1941, le territoire de la Biélorussie soviétique est occupé par le Reich; à partir du mois de septembre 1941, il est administré par une administration mixte, dépendant à la fois du ministère des territoires occupés à l'Est et de la SS.

De plus, dès le 3 juillet 1941, Staline à la résistance, lance un appel à la résistance, dans un premier temps largement ignoré par la population[1]. Exploitant cet appel, Hitler et ses proches conseillers encouragent l'extermination de tous ceux qui s'opposent, dans le cadre d'une « guerre mesquine » menée par les militants et les responsables communistes à l'intérieur des territoires occupés, à la politique menée par les forces d'occupation[2].

Dans le même temps, la famine organisée, les représailles, le mépris et le racisme témoignés par les autorités d'occupation envers les russes et les Biélorusses participent à la création, puis à l'essor d'un sentiment d'hostilité contre les occupants allemands et leur administration[3]. Face à ce mouvement d'hostilité, les autorités d'occupation multiplient les exécutions de civils, notamment à Minsk; ces exécutions se succèdent au rythme d'une dizaine par jour entre la conquête de la ville et le début de l'année 1942[4].

Apparition des mouvements de résistance[modifier | modifier le code]

Apparue dès les premiers jours de l'occupation, composée dans un premier temps de soldats débandés[5] et peu organisés[1], la résistance se compose en grande partie de groupes d'anciens soldats soviétiques, cherchant plus à survivre dans des lieux à l'écart des territoires sous contrôle allemand qu'à mener des actions offensives contre l'occupant[5].

La résistance s'organise cependant, grâce au patient travail de coordination et de centralisation du commandement, mené durant l'automne 1941[5]. Ces maquis réorganisés commencent à constituer un obstacle de taille au contrôle allemand sur le territoire du commissariat général de Ruthénie blanche[6], obligeant le Reich à renforcer les unités chargées du maintien de l'ordre positionnées sur les régions confiées à l'administration civile[6].

Dans la région de Minsk, des maquis se mettent rapidement en place[3], s'équipent avec des armes souvent soustraites lors de la conquête[7]. Ces maquis, considérablement renforcés par les velléités allemandes de contrôle de la population[7], lancent, dès le début de l'année 1942, des actions d'envergure, notamment en favorisant les projets des prisonniers de guerre[3].

Besoins économiques[modifier | modifier le code]

De plus, face aux saignées de l'hiver 1941, les autorités militaires allemandes doivent faire face à des besoins en hommes accrus, comblés notamment par le passage au peigne fin des services de l'arrière, des industries et services dans le Reich[8].

De plus, le contrôle par la résistance de vastes zones réduit les possibilités allemandes de prédation de main d’œuvre et de richesses produites en Russie occupée[8].

Préparation[modifier | modifier le code]

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Face au millier de partisans soviétiques, les autorités d'occupation, de plus en plus cantonnées près des axes de communication[9], mettent en ligne un force constituée de deux divisions d'infanterie, une issue de la Wehrmacht, une issue de l'armée slovaque[N 1],[10], renforcée par le 315e bataillon de police[6].

La majeure partie des unités d'occupation engagées pour mener l'opération est composée d'unités de la Wehrmacht, essentiellement en raison de la faiblesse des effectifs des forces de sécurité sur le terrain[10]. De plus, à ce déploiement de force s'ajoute la brigade Dirlewanger, engagée en Biélorussie depuis le début du mois de mars[11].

Plans opérationnels[modifier | modifier le code]

la stratégie mise en œuvre consiste à encercler une zone de 750 km², dans le secteur est des marais du Pripiat, et en confier le quadrillage à des commandos de chasse[9].

Le secteur encerclé, abondamment reconnu par des petits groupes de reconnaissance[N 2],[12] est alors réduit et systématiquement ratissé et nettoyé[6], à l'issue de la jonction, en un point topographique choisi au préalable, des unités engagées dans l'opération[13].

L'opération est conçue sur le modèle d'une battue : un groupe désorganise la vie des partisans, assimilé à du « gibier », tandis qu'un autre groupe fait office de cordon de tireurs[14]

Déroulement[modifier | modifier le code]

L'opération est lancée à partir de bases arrières, souvent des villages sécurisés, à proximité de la zone tenue par les partisans; par exemple, le village de Kopatkeviči, au Sud de Bobrujsk, constitue l'une de ces bases opérationnelles, essentielles pour le succès de cette opération[15].

Progressant le long des routes de campagne, les unités engagées font leur jonction au centre la zone encerclée, conformément au plan préalablement adopté[8].

Issue[modifier | modifier le code]

Cependant, en dépit de son succès, cette opération n'a pas permis d'éradiquer les maquis de la région, la majorité des partisans ayant pu s'échapper[16].

Pertes[modifier | modifier le code]

Au terme des opérations de ratissage, les pertes s'élèvent à 7 morts et 8 blessés pour les forces allemandes, tandis que le nombre de partisans et de civils biélorusses tués s'élève à 3 423 victimes[15].

actions contre les civils[modifier | modifier le code]

En dépit des présentations statistiques, le faible nombre d'armes trouvées indique que les principales victimes de l'opération sont des Juifs et des villageois réfugiés dans des zones hors d'atteinte des troupes d'occupation allemandes[6].

Le choix de cibler les civils biélorusses constitue l'un des objectifs de cette opération de ratissage; en effet, il s'agit de couper les partisans du milieu qui les entoure, tout en commençant le nettoyage ethnique de grande ampleur, planifié pour l'après-guerre[17]

Conséquences[modifier | modifier le code]

Destructions et pillages[modifier | modifier le code]

À l'issue de cette opérations, les civils rencontrés sont systématiquement interrogés par les forces de police, tandis que les villages et les hameaux sont systématiquement détruits, afin de priver les partisans de toute base logistique[6].

À l'issue d'opérations auxquelles participent en priorité des forces de police[10], lors de la prise de contrôle des villages, jusqu'alors totalement épargnés par la politique de mise en coupe réglée des territoires occupés, les richesses agricoles sont systématiquement pillées[6].

Un modèle[modifier | modifier le code]

Les modalités de préparation et de mise en œuvre de cette opération de ratissage systématique d'une zone isolée et éloignée de la ligne de front est suivie de près par les militaires et les responsables SS du maintien de l'ordre[16].

En effet, cette opération constitue un tournant, par son ampleur et sa préparation, dans la lutte des troupes d'occupation allemandes contre les partisans[15]. En effet, la lutte contre les partisans change de paradigme : au début de l'occupation, les unités d'occupation se contentent de contrôler étroitement les routes et les agglomérations, ne menant en dehors de ces espaces contrôlés que des opérations de représailles. cette opération propose un autre modèle de lutte contre les partisans, consistant à mener de vastes opérations de ratissage dans une zone délimitée[5].

Au terme de l'analyse tactique et stratégique, cette opération « pilote » constitue un modèle pour les 55 opérations suivantes de lutte contre les partisans établis dans les forêts de Biélorussie lancées entre le printemps 1942 et le 17 juin 1944, date d'achèvement de la dernière opération lancée avant la reconquête soviétique[10].

En effet, à partir de ce moment, dans les faits, le succès militaire des opérations de lutte contre le partisans suppose une coordination entre la Wehrmacht et la SS, les unités de ces deux corps agissant en liaison les unes avec les autres[8].

Une redistribution des rôles[modifier | modifier le code]

À l'issue des opérations, les responsables militaires des troupes d'occupation tirent les conclusions de l'implication d'unités de la Wehrmacht dans cette opérations. En effet, quelques mois plus tard, en août 1942, le quartier-maître général de la Wehrmacht, Georg Thomas, jusqu'alors responsable de la politique, se trouve déchargé de la politique d'occupation, confiée à l'OKH, responsable des opérations militaires sur le front de l'Est[8].

De plus, à partir de ce moment, des unités militaires allemandes se spécialisent dans les opérations de lutte contre les partisans menées sur le modèle de l'opération Bamberg, et jouissent d'une certaine renommée; la Brigade commandée par Oskar Dirlewanger est ainsi auréolée du succès rencontré au début du printemps 1942[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ces unités se signalent par la brutalité dont elles font preuve dans les opérations de lutte contre les maquis.
  2. Ces groupes évitent soigneusement le contact avec les partisans.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Aglan, II, 2015, p. 1753
  2. Baechler, 2012, p. 304
  3. a, b et c Cerovic, 2006, p. 75
  4. Cerovic, 2006, p. 78
  5. a, b, c et d Ingrao, 2006, p. 27
  6. a, b, c, d, e, f et g Baechler, 2012, p. 307
  7. a et b Aglan, II, 2015, p. 1766
  8. a, b, c, d et e Eismann et alii 2006, p. 63
  9. a et b Aglan, II, 2015, p. 1769
  10. a, b, c et d Eismann et alii 2006, p. 80
  11. Ingrao, 2006, p. 28
  12. Ingrao, 2006, p. 143
  13. Ingrao, 2006, p. 152
  14. Ingrao, 2006, p. 145
  15. a, b et c Cerovic, 2008, p. 253
  16. a et b Baechler, 2012, p. 308
  17. Ingrao, 2006, p. 127
  18. Ingrao, 2006, p. 129

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alya Aglan (dir.) et Robert Frank (dir.), 1937-1947 : La guerre-monde I, Paris, Gallimard, , 1412 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Alya Aglan (dir.) et Robert Frank (dir.), 1937-1947 : La guerre-monde II, Paris, Gallimard, , 1073 p. (ISBN 978-2-07-046417-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Chistian Baechler, Guerre et extermination à l'Est. Hitler et la conquête de l'espace vital. 1933-1945, Paris, Tallandier, , 524 p. (ISBN 978-2-84734-906-1) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Masha Cerovic, « De la paix à la guerre : les habitants de Minsk face aux violences d’occupation allemandes (juin 1941 - février 1942) », Relations internationales, vol. 2, no 126,‎ , p. 67-79 (DOI 10.3917/ri.126.0067) (inscription nécessaire) – via Cairn.info Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Masha Cerovic, « « Au chien, une mort de chien ». Les partisans face aux « traîtres à la Patrie » », Cahiers du Monde russe, no 49,‎ , p. 239-262 (lire en ligne) (inscription nécessaire) – via Cairn.info Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Gaël Eismann (dir.) et Stefan Martens (dir.), Occupation et répression militaire allemandes : La politique de « maintien de l’ordre » en Europe occupée, 1939-1945, Paris, Autrement, , 259 p. (ISBN 978-2-7467-0930-0) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Christian Ingrao, Les Chasseurs noirs : La brigade Dirlewanger, Paris, Perrin, , 284 p. (ISBN 978-2-262-03067-4) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Geoffrey Roberts, Les guerres de Staline : De la Guerre mondiale à la guerre froide, 1939-1953, Paris, Delga, , 545 p. (ISBN 978-2-915854-66-4) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]