Onuma Nemon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Onuma Nemon
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Site web
Distinctions

Aide à l’écriture attribuée en 2008 par la Région et par la DRAC Rhône-Alpes, avec le concours de l'ARALD[1]

Subvention à la publication attribuée en 2016 par le CNL[2]

Onuma Nemon est un polygraphe (écrivain et artiste) né en à Cuba[3]. Il est marié et père de trois enfants[4]. À la question : Onuma Nemon, c'est un pseudonyme ? L'auteur répond : « C'est plutôt un surnom comme dans les cours d'écoles[5]. C'est le nom de l’œuvre. Le travail se veut anonyme. C'est l’œuvre qui crée l'auteur [...] »[6].

En même temps que les débuts de l’écriture, il met en place une cosmologie[5],[7], de façon erratique et totalement secrète, sans que le processus ne porte aucun nom. Elle ne sera connue au fur et à mesure que d’une dizaine de personnes jusqu’en 1984[8]. Son projet est de mettre l’accent sur l’inscription, indépendamment de toute lecture, ce qui le rapproche d’une certaine façon de l’art brut, mais dont l’élaboration complexe l’en distingue[6].

« C’est en tout cas un art pauvre, dit-il, “et qui peut tout se permettre”, comme le disaient les poètes de la Beat Generation, et comme Didier Morin[9] et Bernard Plossu le reprennent aujourd’hui. Quelle meilleure façon de retrouver une fraternité impossible ! ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Années 60 et 70[modifier | modifier le code]

De 1966 à 1974, il étudie les Beaux-Arts tout en produisant des émissions et des recherches radiophoniques à Bordeaux et à Paris (avec l’aide de la productrice Catherine Audemer[10], Charles Imbert, François Vercken, Dominique Merlet, Alain Trutat et les membres du Centre Pierre Bourdan). Il apprend également la photographie, la reliure, la marqueterie et la typographie dans des milieux professionnels.

Il crée, en 1966 à Bordeaux, près de l’école des Beaux-Arts, Le Poisson-Lune[11], un cabaret de poésie (qui deviendra les années suivantes un café-théâtre), avec Françoise Labat, Jean-Louis Froment, Nicolas Remcsak, Pierre Barès et quelques autres. Il expérimente ses premiers essais dramatiques (sous l’influence de Jean Vauthier), réalise plusieurs courts-métrages en 16 mm avec Roland Collas[12], ainsi que des montages poétiques autour de la Beat Generation, les U.S.A., le Dadaïsme, Blaise Cendrars, participe à Sigma[13], réalise happenings et lectures publiques avec des comédiens de la radio (Jean-Pierre Nercam[14], Thérèse Liotard, Françoise Cabrié[15], Annie Roussel, etc.). Il rencontre plusieurs écrivains pour la radio, comme Jean Cayrol et Loys Masson, mais la rencontre importante de ce moment-là, c’est Robert Ganzo et son hermétisme. Il vit alors de travaux divers : illustrateur sonore et assistant de réalisation à la télévision, piges dans des journaux, assistant-décorateur (Andréou, Théâtre de Marionnettes du Luxembourg…). Pendant ce temps la cosmologie se cristallise et se constitue en cinq continents, mais demeure une élaboration secrète[6].

En 1967, c’est le début du travail sur les Arts Martiaux avec Haku Michigami[16] et Taiji Kase, puis avec Maître Yoshinao Nanbu à partir de 1971, Maître Hoang li, Nguyen Ngoc Dang, Maître Tsutomu Kamohara, Maître Ryozo Tsukada et en bio-énergie avec Peter Bruce.

De 1968 à 1984, il participe à de nombreuses expositions de groupe et individuelles, parmi lesquelles la Biennale de Paris[17], et d’autres à l’étranger (Espagne, U.S.A., Portugal) ainsi qu’au comité de rédaction de quelques revues. Il publie différents poèmes et textes dans des revues et plusieurs ouvrages. À l’occasion de travaux radiophoniques à l’Atelier de création radiophonique (ACR), il rencontre Severo Sarduy, qui prend connaissance des premières étapes de la cosmologie. Grâce à lui, il entre en contact avec Octavio Paz[6].

En 1970 et 1971, il travaille avec le groupe de La Folie-Méricourt[5] à Paris et avec eux rencontre[6] Maurice Roche, Denis Roche et travaille à l’École pratique des hautes études (EPHE) avec Roland Barthes sur Le Rapport de la Graphie et du Texte[18],[19]. Il assiste à quelques séminaires : René Lourau, Georges Lapassade, Julia Kristeva, Christian Metz, Gérard Genette et Jacques Lacan, ainsi qu’aux travaux du Groupe d’Études Théoriques[20] de Tel Quel. Il vit à ce moment-là de l’enseignement des Arts Plastiques.

En 1978, il rencontre Didier Morin[9] et ils réalisent leurs premiers travaux en commun.

En 1979, la découverte déterminante du travail de Gilles Deleuze est pour lui fabuleusement déterminante ; il la place dans la ligne Barthésienne et en parfait accord avec tout le travail sur le versant oriental.

Des années 80 à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1980, il crée le collectif DAO et rachète avec celui-ci à Jacques Kerno[21], de la revue Promesse[22], la platine Effel qui a servi à imprimer les premières traductions des Cantos d'Ezra Pound par Denis Roche, ce qui permet à partir de 1982 la publications d’inédits de Christo et Jeanne-Claude, Ritam et autres opuscules. Ce collectif, repris plus tard en 1991 sous une autre forme[23] avec Claire Viallat et Gérard Métral, permettra l’édition d'ouvrages sur la photographie[24],[25], l’histoire de l’art[26],[27], d’estampes et de cartes d’artistes[28],[29],[30],[31],[32] et d’une revue singulière qui n’a que des numéros un[33], ainsi que la co-production avec Tristram du Compact de Maurice Roche en sept couleurs[34]. Après la rencontre de Ouma Sensei, il crée la Cellule Sabaki d’Arts Martiaux autour de Yukio Narita, lieu d’expérimentation et de recherche sur le Budo en relation avec l’École Européenne d’Acupuncture notamment fondée par Jean Schatz[35].

En Octobre 1984, l’énorme manuscrit de la cosmologie est mis à jour pour la première fois avec la réalisation d’une série de Machines Conjuratoires, et prend son surnom définitif de Cosmologie Onuma Nemon[6].

En 1986, il crée[36] la maison d’éditions Tristram avec Chrystele Lerisse, Brigitte Legars[37], Anne Drucy, Sylvie Martigny[38], Jean-Hubert Gailliot, Thierry Dubreuil et Thierry Véret, en lien avec Michel Aphesbero. En 1988 il rencontre Satoshi Miyazaki et il abandonne le groupe Tristram en 1991[39].

En octobre 2006, la création du site web Inventaire des archives Onuma Nemon, consacré à la Cosmologie, offert par Didier Morin et la revue Mettray, lui permet d’être au plus près du projet initial des travaux en cours.

Onuma Nemon continue de participer à la vie littéraire aussi bien par son travail de création[40], que par sa participation à des débats littéraires[41] ou par la mise en valeur du travail d’artistes tel que Pierre-Alain Lucerné[42].

L’aspect significatif de son travail plastique, depuis les années , est par ailleurs souligné par Christian Prigent dans un ouvrage publié récemment[43] ainsi que lors d’une interview réalisée par Jean-Marie Gleize pour la revue Art Press[44].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Revues, estampes[modifier | modifier le code]

Livraison en feuilletons chez Tristram[5] / DAO - La Petite École :

  • Cartes 0 à 5.
  • OGR Roman, 1991.
  • OGR La Tuberculose du roman, 1991.
  • OGR Livre Poétique 1, 1992.
  • OR Champ 1. Je suis le Roman Mort, 1993.
  • Maison Lulu, éditions DAO, 2005.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • CAHEN, Robert (réalisateur). Livre d’Heures, 1986.
  • MORIN, Didier (réalisateur). Isla de OS [DVD]. Mettray, 2005[5].

Créations radiophoniques[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Collections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurent Bonzon, "Le choix de la diversité", Livre & Lire, no 237, décembre 2008, p. 3 (lire en ligne, consulté le 11 mars 2020).
  2. Bilan des aides du CNL en 2016.
  3. Notice de personne du catalogue général de la BNF.
  4. Pierre Benetti et Tiphaine Samoyault (En Attendant Nadeau), "Onuma Nemon sort de l'anonymat", Mediapart, 23 janvier 2018 (lire en ligne, consulté le 09 juillet 2019).
  5. a b c d et e Les Mardis Littéraires, 2004, animée par Pascale Casanova diffusée le 7 décembre 2004, Paris : France Culture (écouter en ligne, consulté le 06 mars 2020).
  6. a b c d e et f Didier Morin, "Onuma Nemon", Mettray, no 9, septembre 2016 (Sommaire complet et contributeurs en ligne, consulté le 11 mars 2020).
  7. Dominiq Jenvrey, "Onuma Nemon Cosmologie", Art Press, no 441, 1 février 2017, p. 82. (consultable en ligne, consulté le 02 mars 2020).
  8. Mathieu Lindon, "Qui mange l'autre", Libération, supplément littéraire, 21 janvier 1999, pp. I-III (lire en ligne, consultés le 05 mars 2020).
  9. a et b Site internet de l'auteur
  10. Christian Morin, Si ton père avait pu voir ça !, Paris, Archipel, 2011, 300 p. (ISBN 978-2809804287)
  11. Isabelle Revay (2020). L'Onyx à Bordeaux. Consulté le 22 mars à l'adresse
  12. COLLAS, Roland (réalisateur). Aube Matière, 16 mm, noir et blanc, muet, 1967.
  13. Françoise Taliano-des Garets, "Le festival Sigma de Bordeaux (1965-1990)", Vingtième Siècle : Revue d'histoire, no 36, octobre-décembre 1992, p.43-52 (lire en ligne, consulté le 09 juillet 2019).
  14. Notice de personne du catalogue général de la BNF.
  15. Françoise Cabrié sur le site de l'IMDb
  16. Curriculum Vitae de Mishigami Shi-han
  17. Manifestation Biennale et Internationale des Jeunes Artistes, Paris, Musée d'art moderne de la ville de Paris, 6e biennale de Paris (2 Octobre - 2 Novembre 1969).
  18. Magali Nachtergael, « Roland Barthes et les petites revues : de la publication à l’exposition » in Jacqueline Guittard & Magali Nachtergael (dir.), Revue Roland Barthes, no 3, mars 2017 (lire en ligne, consulté le 10 juillet 2019).
  19. Roland Barthes, Œuvres complètes, vol.4, Éditions du Seuil, Paris, 2002.
  20. de Gaudemar Antoine, "Les numéros de Tel Quel", Libération, 6 avril 1995 (lire en ligne, consulté le 11 juillet 2019).
  21. Robert Sabatier, Histoire de la poésie française, vol.3, Albin Michel, Paris, 1988, p. 264-6 (lire en ligne, consulté le 13 mars 2020).
  22. [http://www.revues-litteraires.com/articles.php?lng=fr&pg=1662 Site de bibliographie des revues littéraires francophones
  23. DAO - La petite école
  24. Daniel Girardin, Varvara Rodtchenko et Alexandre Lavrentiev, Alexandre Rodtchenko : la femme enjeu, Annecy, La Petite Ecole, 1997, 153 p. (ISBN 290969724X), lire en ligne, consulté le 13 mars 2020).
  25. Michel Poivert, Edouard Payot: Photographe Pictorialiste, Annecy, La petite École, 1995, 155 p. (ISBN 9782909697130)
  26. Collectif, M. Corbet , L. Delesalle , M.-C. Mathieu , Y. Rifaux , P. Moins , J.-L. Boissier , P.Piemontese , F. Popper , P. Henon , CINEMAGIE - Des premières images aux nouvelles images, Annecy, Éditions DAO - La Petite École, 1995, 87 p. (ISBN 9782909697093)
  27. Claude Frontisi, Paul Klee : la création et sa parabole - Poétique, théorie et pratique en peinture, Annecy, La petite École, 1998, 75 p. (ISBN 9782909697215)
  28. Daniel Deuzeuze, La disquette de Tuchan, Éditions DAO - La petite école, Annecy, 1994. (ISBN 9782909697062).
  29. Giuseppe Penone, La structure du temps, Éditions DAO - La petite école, Annecy, 1993, 140 pp. (ISBN 9782909697055).
  30. Bertrand Gadenne, Le Temps suspendu, Éditions DAO - la Petite École, Annecy, 1993. (ISBN 9782909697031).
  31. Alexandre Bonnier, Poèmes Et Fraiseuses De Mots, Éditions DAO - La petite école, Annecy, 1994.
  32. Alfred Pacquement, Claude Viallat. Annecy - Passage de l'évéché, France, Annecy, La petite École, 1997, 108 p. (ISBN 2-909697-13-4)
  33. France David, Entrechiens - Revue de Dance, Annecy, La Petite École, 1996, 76 p. (ISBN 2909697193).
  34. Maurice Roche, Compact, Auch, Tristram/La Petite École, 1997, 162p. (ISBN 9782907681100).
  35. Biographie de Jean Schatz
  36. Macha Séry, "Édition. Les impulsions de Tristram", Le Monde, 14 septembre 2017 (lire en ligne, consulté le 05 mars 2020).
  37. Biographie de Brigitte Legars
  38. Biographie de Sylvie Martigny
  39. Onuma Nemon, "Une soirée chez les Tristram - Entretien avec Brigita Gazapón", 15 mars 2006 (lire en ligne, consulté le 11 juillet 2019).
  40. Onuma Nemon, « Enfants », TXT, no 34,‎ , p. 176 (ISBN 979-10-95997-30-6, lire en ligne, consulté le 14 janvier 2021).
  41. Onuma Nemon, « DES “MECS RÉGLOS” DE TXT », sur www.sitaudis.fr, (consulté le 14 janvier 2021).
  42. Onuma Nemon, « Ni lu, ni cerné », Mettray, vol. 2, no 13,‎ , p. 74-8 (ISSN 1767-400X, lire en ligne, consulté le 14 janvier 2021).
  43. Christian Prigent, La peinture me regarde : Écrits sur l'art, 1974-2019, Strasbourg, L’Atelier contemporain, coll. « Essais sur l’art », , 496 p. (ISBN 978-2-85035-019-1, lire en ligne).
  44. Jean-Marie Gleize, « La peinture me regarde », Art Press, nos 483-4,‎ déc.2020-jan.2021, p. 114-6 (ISSN 0245-5676, lire en ligne, consulté le 14 janvier 2021).
  45. Tirés à 30 exemplaires sur vélin de Rives comprenant 15 eaux-fortes sur Chine appliqué présentés sous coffret bois, numérotés et signés.
  46. Eric Dussert, "La Polygraphe", La Revue des revues, n°25, 1998, p. 113-114 (lire en ligne, consulté le 12 mars 2020).
  47. Thierry Guichard, "Debouts, les vivants", Le Matricule des Anges, no 17, septembre-octobre 1996 (lire en ligne, consulté le 26 juillet 2019).
  48. Naire Olivier, "Une provoc' qui tombe à pic", L'Express, septembre 1997 (lire en ligne, consulté le 26 juillet 2019).
  49. Site internet de l'éditeur
  50. Comité de rédaction et participation.
  51. Site internet de l'éditeur
  52. Qui est Pierre Lucerné ?
  53. Site internet de l'éditeur
  54. Site internet de l'éditeur
  55. A propos de la revue
  56. Cécile Pocheau-Lesteven et Céline Chicha-Castex, "L’estampe moderne et contemporaine à la Bibliothèque nationale de France : les enrichissements en 2016", Nouvelles de l’estampe, n° 260, 2017, p. 28-47 (lire en ligne consulté le 09 mars 2020).
  57. Référence documentaire
  58. Site internet de l'émission
  59. Archives de l'émission
  60. "D. Abensour : « Le Quartier est un outil performant »", Le Télégramme, février 2005 (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2019).
  61. Marie-Amélie Blin, "Quimper: malgré le soutien d'Audrey Azoulay, Le Quartier ferme ses portes", Le Figaro, juin 2016 (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2019).
  62. Cyrille Noirjean, « États du monde, cosmologie Onuma Nemon », sur urdla.com, (consulté le 14 janvier 2021).
  63. Cécile Pocheau-Lesteven, "Estampes contemporaines", Chroniques, n°77, sep à dec 2016 (lire en ligne, consulté le 14 février 2020).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]