One Health

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis One health)
Représentation graphique de One Health.

L’initiative One Health (« une seule santé ») est un mouvement créé au début des années 2000[1] qui promeut une approche intégrée, systémique[2] et unifiée de la santé publique, animale et environnementale aux échelles locales, nationales et planétaire. Elle vise notamment à mieux affronter les maladies émergentes à risque pandémique[1].

Cette approche accorde un rôle majeur aux vétérinaires et propriétaires ou gestionnaires d’animaux ainsi qu'aux personnes en contact régulier avec les faunes domestique et sauvage et l’environnement (et en particulier : éleveurs mais aussi pêcheurs, chasseurs, forestiers et gestionnaires d'espaces protégés). Pour l'OIE, sa mise en œuvre passe par « de nouveaux mécanismes amenant tous ces acteurs à s’informer mutuellement et à agir d’une manière concertée, en liaison avec les gestionnaires de la santé publique qui travaillent le plus souvent dans nos pays membres sous l’égide des ministères de la Santé, qu’ils soient fonctionnaires de l’État, personnels de collectivités ou médecins libéraux »[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette initiative est née en réaction à un risque écoépidémiologique croissant, mais aussi en réaction à l’hyperspécialisation médicale et au morcellement des disciplines de santé (animale et vétérinaire).
Il repose aussi sur le constat que 60 % environ des maladies humaines infectieuses connues ont une origine animale[4] et qu'au moins 70 % des maladies émergentes ou réémergentes graves sont depuis un siècle presque toujours des maladies zoonotiques[5] ou à vecteurs (comme la maladie de Lyme[6]), qui peuvent être favorisées par des déséquilibres écologiques et/ou climatiques[7],[8]. En outre, 80 % des pathogènes utilisables pour le bioterrorisme sont aussi d'origine animale[4].

« Que ce soit par transmission alimentaire (maladie de la vache folle, salmonelloses), par transmission vectorielle (fièvre du Nil occidental, fièvre de la vallée du Rift, encéphalites à tiques), ou encore par simple contact (rage), les possibilités de transmission interspécifique sont multiples et demandent une approche collaborative entre les secteurs de la santé animale et de la santé humaine pour prévenir et contrôler ces infections »[4].
Cette initiative promeut donc une vision holistique et intégrée de « La santé » (c'est-à-dire sans isoler la santé humaine, de la santé animale et de celle de l'environnement, et en cherchant à mieux comprendre et utiliser les interactions complexes qui existent entre ces trois domaines). Elle encourage une collaboration transdisciplinaire ou multidisciplinaire (à co-égalité) et une communication interdisciplinaire entre les domaines vétérinaires et médicaux (en incluant les médecins ostéopathes, dentistes, la santé mentaleetc.) ainsi qu'avec d'autres scientifiques concernés par la santé, les soins et l’environnement (santé environnementale) et avec des éthologues, anthropologues, économistes, sociologues, etc.

Elle s’appuie sur une alliance entre trois entités de l'ONU (Organisation mondiale de la santé ou OMS, Organisation des Nations unies pour l’Agriculture et l’Alimentation ou FAO et Organisation mondiale de la santé animale ou OIE) ainsi que sur de grandes institutions, dont en Amérique du Nord :

  • American Medical Association ;
  • American Veterinary Medical Association ;
  • American Academy of Pediatrics ;
  • American Nurses Association ;
  • American Association of Public Health Physicians ;
  • American Society of Tropical Medicine and Hygiene ;
  • Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ;
  • United States Department of Agriculture (USDA) ;
  • U.S. National Environmental Health Association (NEHA)

et plus de 850 éminents, scientifiques, médecins et vétérinaires du monde entier l'ont approuvée à titre personnel.

Sous ce nom (One Health), ce mouvement est né aux États-Unis et récemment ; mais l’idée d’une vision unifiée de la santé et de l’importance de l’environnement a des racines anciennes, remontant au moins à l’antiquité grecque et notamment à Hippocrate[9].

Ce mouvement s'est d'abord désigné par l’expression « One Medicine » (une seule médecine) et a évolué en intégrant les notions de santé environnementale et d’écoépidémiologie pour finalement être rebaptisé One World-One Health[10],[11],[12],[13],[14],[15],[16],[17] puis One Health.

Son premier colloque s'est tenu en 2011[18]. Cette même année au mois d'aout, à l'issue d'une consultation interministérielle pilotée par le ministère des Affaires étrangères et européennes, la France a officiellement validé ce concept dans un document intitulé « Position française sur le concept « One Health/Une seule santé » : Pour une approche intégrée de la santé face à la mondialisation des risques sanitaires »[4].

En 2016, un think tank dénommé « One Health Global Think-Tank for Sustainable Health & Well-being 2030 » (GHW-2030) a été créé pour aider à intégrer la santé environnementale dans l’horizon 2013 de l’Agenda de l’ONU pour le développement soutenable[19].

En 2017, un bulletin de l'OIE dédié au bien-être animal présente l'extension de ce mouvement à la dimension du bien-être : c'est le « One Welfare »[20].

En Europe[modifier | modifier le code]

L'agence française Anses a annoncé le 24 octobre 2017 qu'elle allait à partir de janvier 2018 coordonner le Programme conjoint européen[21] (One Health EJP), sur les zoonoses alimentaires[22].

Cet EJP a démarré en janvier 2018[23] pour cinq ans, avec un budget de 90 millions d’euros dont 50 % fournis par la Commission européenne et 50 % par les institutions partenaires. Il se base sur un Agenda stratégique de recherche[24] et fournit des rapports annuels[25]. Il est centré sur les risques d'intoxication microbienne zoonotique d'origine alimentaire, y compris par des toxines naturelles et/ou via les réservoirs animaux domestiques ou encore via d'éventuelles importations illégales de produits animaux[26]. Les agents biologiques étudiés seront les virus, les bactéries, les parasites, les champignons, les prions et les séquences de nucléotides/matériel génétique conférant la résistance aux antimicrobiens[26]. Ce consortium issu d'un réseau européen préétabli (NoE, FP6) qui a été élargi à plus de quarante partenaires venant de dix-neuf États membres. Il vise à améliorer la connaissance des zoonoses alimentaires, de l'antibiorésistance et de divers risques émergents[26].
De 2004 à 2009, l'Anses avait déjà coordonné un réseau d’excellence dans le cadre du 6e programme cadre de recherche et de développement (PCRD) de la Commission européenne.
Elle a aussi aidé à créer l'association Med-Vet-Net qui, en regroupant des instituts de recherche en santé publique et vétérinaire, a préfiguré l'EJP One Health[22].

Les partenaires font déjà partie d'une réseau organisé de communautés de chercheurs et de laboratoires de référence travaillant sur les zoonoses alimentaires, l'antibiorésistance et des risques émergents. Ce programme One Health doit produire des données destinées à mieux caractériser, évaluer et hiérarchiser les risques sanitaires par les agences nationales et européennes[26]. Il doit aussi faciliter et accélérer la validation et diffusion des données au sein de la communauté scientifique, faciliter l'éducation et la formation, la gestion des connaissances, l'accès aux bases de données, mais aussi aux souches vivantes, aux biobanques, à certaines installations encore expérimentales[26]. Le projet pourra aussi contribuer à harmoniser et standardiser certains protocoles et tests[26], en lien avec deux institutions européennes pertinentes pour des domaines : l'EFSA et l'ECDC (European Centre for Disease Prevention and Control)[26].

Les partenaires français sont outre l’Anses, l’INRA, l'Institut Pasteur et Santé publique France.

Les acteurs se réunissent en « conférence scientifique annuelle », à Dublin en 2019[27], et en ligne en 2020[28].

Objectifs[modifier | modifier le code]

Le mouvement One Health souhaite développer des synergies qui feront — selon lui — mieux progresser les soins de santé au XXIe siècle ainsi que la recherche biomédicale, tout en améliorant l'efficacité des dispositifs de santé publique, grâce notamment un à élargissement et meilleur partage des connaissances scientifiques, l'amélioration de la formation médicale et de l’efficacité des soins cliniques.
Les porteurs de ce projet estiment que s’il est correctement mis en œuvre, il épargnera des millions de vies dans la génération actuelle et pour les générations futures.

Trois premiers thèmes prioritaires sont :

  1. La rage (maladie tuant encore près de 70 000 personnes par an) ;
  2. Les différents variants de l’influenza (par exemple ceux qui provoquent certaines grippes aviaires) ;
  3. L’antibiorésistance.

Principes et méthode[modifier | modifier le code]

Sept principes définissent les moyens que l’organisation souhaite mettre en œuvre :

  1. Efforts éducatifs communs entre les écoles de médecine humaine, vétérinaire, de santé publique et les formations concernant l'écologie et l’environnement ;
  2. Efforts conjoints de communication sur ces sujets, via des revues, des conférences, et via des réseaux de santé ;
  3. Efforts conjoints dans le domaine des soins cliniques, via l'évaluation, le traitement et la prévention de la transmission de maladies susceptibles de passer d'une espèce à l’autre (dont zoonoses) ;
  4. Surveillance et contrôle épidémiologique et écoépidémiologique partagé des pathogènes à transmission « inter-espèces » dans le cadre de la santé publique ; Par exemple en France, l'initiative « ZODIAC » (Zoonotic Disease Integrated Action) de l'AIEA vise à élargir et améliorera le réseau « VETLAB » d'échange d'informations entre laboratoires vétérinaires. Il aidera les laboratoires nationaux dans le suivi, la surveillance, la détection précoce et le contrôle des maladies animales et zoonotiques, telles que COVID-19, Ebola, la grippe aviaire et Zika[29] ;
  5. Efforts conjoints de meilleure compréhension de phénomènes de transmission inter-espèces de maladies par la médecine comparative (la branche de la médecine qui compare les effets d’un pathogène chez différentes espèces pour mieux le connaitre et potentiellement mieux le gérer[30] et la recherche environnementale ;
  6. Efforts conjoints pour développer et évaluer de nouvelles méthodes et outils de diagnostic, et l’efficacité et les effets des médicaments et des vaccins en matière de prévention et contrôle des maladies qui passent d’une espèce à l’autre ;
  7. Efforts conjoints d’information, formation et sensibilisation des dirigeants politiques et du secteur public, via notamment des publications ciblées.

Médecine comparative[modifier | modifier le code]

Cette discipline tient une place particulière dans l’approche One Health s’appuie sur le fait que certains animaux souffrent d'un grand nombre de maladies bactériennes, virales, parasitaires aigües ou chroniques (maladies cardiovasculaires, cancer, diabète, asthme, arthrite, etc.) que les humains et que certaines de ces maladies peuvent passer de l’animal à l’homme et réciproquement (grippe, tuberculose par ex.). Certaines maladies ont même été détectées et étudiées chez l’animal bien avant d’être reconnues chez l'homme (l’insuffisance cardiaque induite par le stress en élevage ou dans la faune sauvage a été décrite une trentaine d'années avant d’être reconnue chez l'homme[31]. Des médecins et anatomistes de l’antiquité avaient bien compris que la dissection et l'étude des animaux malades pouvait aider à comprendre les maladies humaines[32], notamment pour les troubles musculo-squelettiques. De Galen à William Harvey, l’anatomique comparative et les études physiologiques utilisant des animaux ont permis des progrès importants en médecine (c’est par exemple ainsi que Frederick Banting et Charles Best ont découvert l'insuline[33]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gibbs E.P.J (2014) The evolution of One Health: a decade of progress and challenges for the future. Veterinary Record, 174(4), 85-91.
  2. Zinsstag, J., Schelling, E., Waltner-Toews, D. et Tanner, M. (2011), « From one medicine to one health and systemic approaches to health and well-being », Preventive veterinary medicine, 101(3), 148-156.
  3. « Une seule santé », sur le site de l'OIE, consulté le
  4. a b c et d Position française sur le concept « One Health/Une seule santé » : Pour une approche intégrée de la santé face à la mondialisation des risques sanitaires (French Position on the One Health Concept: For an Integrated Approach to Health in View of the Globalization of Health Risks), « Document de travail stratégique » (Strategic Working Document) [PDF], août 2011, 32 p.
  5. Coker, R., Rushton, J., Mounier-Jack, S., Karimuribo, E., Lutumba, P., Kambarage, D., … et Rweyemamu, M. (2011), Towards a conceptual framework to support one-health research for policy on emerging zoonoses, The Lancet infectious diseases, 11(4), 326-331.
  6. Dantas-Torres, F., Chomel, B. B. et Otranto, D. (2012), Ticks and tick-borne diseases: a One Health perspective, Trends in parasitology, 28(10), 437-446.
  7. cartes mondiale et désignation des maladies émergentes
  8. Gibbs, E. P. J. (2014), The evolution of One Health: a decade of progress and challenges for the future, Veterinary Record, 174(4), 85-91.
  9. The Internet Classics Archive. Hippocrates. On Airs, Waters, and Places. 400 BCE. Trad. par Francis Adams, lire en ligne. Accessed September 1, 2011
  10. Dehove A (2010), One world, one health. Transboundary and emerging diseases, 57(1‐2), 3-6 (http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1865-1682.2010.01125.x/full résumé])
  11. Karesh, W. B. et Cook, R. A. (2009), One world–one health, Clinical medicine, 9(3), 259-260.
  12. Scoones, I. et Forster, P. (2009), One world, one health?, Rural, 21, 43(6), 22-24.
  13. Jing-dun, J. I. A. (2010), One World One Health, Chinese Journal of Comparative Medicine, Z1.
  14. Bousfield, B. et Brown, R. (2011), One world one health, Vet. Bull. Agric. Fish Conserv. Dep. Newsletter, 1(7), 1-12.
  15. Dhama, K., Chakraborty, S., Kapoor, S., Tiwari, R., Kumar, A., Deb, R., … et Natesan, S. (2013), One world, one health-veterinary perspectives, Adv. Anim. Vet. Sci., 1(1), 5-13.
  16. Osburn, B., Scott, C. et Gibbs, P. (2009), One world—one medicine—one health: Emerging veterinary challenges and opportunities, Revue scientifique et technique, 28(2), 481.
  17. Gibbs, E. P. et Anderson, T. C. (2009), One World-One Health’and the global challenge of epidemic diseases of viral aetiology, Veterinaria Italiana, 45(1), 35-44.
  18. 1st International One Health Congress Meeting, février 2011, Victoria, Australia.
  19. Laaser U, Lueddeke G et Nurse J. (2016), Launch of the One Health Global Think-Tank for Sustainable Health & Well-being 2030 (GHW-2030) (Short Report), SEEJPH, DOI:10.4119/UNIBI/SEEJPH-2016-114
  20. Organisation mondiale de la santé animale, « Le bien-être animal, un atout pour l'élevage », sur www.oie.int,
  21. « Le Programme conjoint européen EJP One Health », sur anses.fr.
  22. a et b L’Anses coordonnera l’EJP « One Health », un projet européen de recherche sur les zoonoses alimentaires [PDF], communiqué de presse de l'Anses, Maisons-Alfort, 24 octobre 2017.
  23. 30-31 janvier 2018 : Réunion de lancement du projet européen One Health EJP, Maisons-Alfort, France
  24. Agenda stratégique de recherche (PDF)
  25. https://onehealthejp.eu/wp-content/uploads/2018/12/One-Health-EJP-Annual-Report-2018.pdf Rapport annuel 2018 de l’EJP] ; Rapport annuel 2019, en anglais)
  26. a b c d e f et g 2016 Projet MED.VET.EJP EJP Co-fund One health: zoonoses - Emerging Threats, projet construit dans le cadre de la construction de l'Espace européen de la Recherche (MRSEI)
  27. Conférence scientifique annuelle 22 – 24 mai 2019, 1re conférence scientifique annuelle de l’EJP One Health, Dublin, Irlande
  28. 27-29 mai 2020, 2e conférence scientifique annuelle de l'EJP One Health (conférence en ligne), programme.
  29. (en) « Mink & COVID-19: How to Detect New Virus Strains and Prevent Pandemics Using Nuclear-Derived Techniques », sur iaea.org, (consulté le 21 novembre 2020)
  30. Natterson-Horowitz, MD., Barbara ; Bowers, Kathryn (2012), Zoobiquity, What Animals Can Teach Us About Health and the Science of Healing, New York, Alfred A. Knopf, p. 44 (ISBN 978-0-307-59348-1).)
  31. JAVMA News, One Health Wonders, , lire en ligne. Accessed December 4, 2012.
  32. Olsson S-E. Comparative Orthopaedics. Clin Orthop Related Res 1969; 62: 3-5
  33. Lyons AS et Petrucelli RJ, Medicine: An Illustrated History, 1978, Abradale Press, New York.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]