Ondulation dauphin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ondulation dauphin par un plongeur en apnée utilisant une monopalme.

L'ondulation, le mouvement ou battement de dauphin, voire simplement le dauphin[1] ou le cinquième style[2], est un mouvement ou un style de nage, utilisé notamment pour la propulsion subaquatique lors de la coulée en compétition de natation ou pour la nage avec palmes. La technique consiste en un mouvement d'ondulation du corps rappelant la nage du dauphin (ou d'autres mammifères marins).

Description[modifier | modifier le code]

Ce mouvement d'ondulation peut assurer seul la propulsion du nageur, par l'effet amplifié du fouettement des jambes jointes (battement vers le bas puis le haut). Elle est ainsi utilisée en monopalme ou en coulée de crawl, de dos et bien sûr de papillon. Typiquement les bras sont tendus au-devant, la tête et le torse peu mobiles et l'ondulation est initiée par un mouvement du bassin[3].

L'ondulation subaquatique est considérée actuellement comme l'une des nages les plus rapides, mais elle est limitée par la règlementation des compétitions de natation[4].

L'ondulation est réputée pour faciliter la conservation de la vitesse du nageur ; elle est ainsi privilégiée pour la propulsion rapide avec des palmes, ou bien pour la phase rapide suivant un plongeon ou l'impulsion d'un virage en piscine.

L'ondulation peut aussi être associée à une propulsion avec des mouvements de bras : à l'exemple de la « brasse dauphin[5] » ou bien de la nage papillon en surface. En papillon, deux ondulations (initiées par le mouvement de la tête) sont généralement réalisées pour un cycle de bras[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

En plongée sous-marine, l'ondulation est une alternative au palmage en ciseaux, relativement connue des plongeurs. L'ondulation est la technique indispensable pour la pratique de la plongée en monopalme, dont les premiers exemplaires apparaissent en France vers 1937[7]. L'ondulation en monopalme arrive ainsi en compétition de nage avec palmes au début des années 1970, puis devient rapidement la technique incontournable de tous les records de vitesse à la palme, dès la fin des années 1970, tant pour la nage en surface que pour la nage en immersion (en apnée ou avec respirateur).

En natation sportive, l'ondulation est incorporée à l'ancienne « brasse de style papillon » dans les années 1950, comme une alternative au battement en ciseaux[8]. Cette brasse-papillon « de style dauphin » est finalement règlementée comme une nage distincte en compétition : l'actuel papillon.

Le champion portoricain Jesse Vassallo est considéré comme un pionnier pour l'usage de l'ondulation en immersion dans une compétition ; sa pratique inspira d'autres compétiteurs les années suivantes[9]. Aux Jeux olympiques de 1988, trois nageurs remportent ainsi l'épreuve de 100 m. dos après avoir nagé de grandes distances en ondulation dorsale, après le départ (environ 30 mètres) ou le virage : le Japonais Suzuki (médaille d'or), l'Américain Berkoff (argent) et le Russe Poliansky (bronze)[9],[10]. Suite à cet évènement très remarqué, la Fédération internationale de natation (FINA), jugeant cette pratique peu spectaculaire, limita en 1989 la coulée à 10 mètres pour les épreuves de dos (15 m. en 1991)[9].

Pour les mêmes raisons, la coulée est limitée à 15 m. en papillon suite aux Jeux olympiques de 1996Denis Pankratov remporta deux victoires en réalisant des coulées en ondulation de près de 30 mètres[10],[11]. L'épreuve de nage libre (crawl) sera règlementée de la même manière.

Depuis 2005, la règlementation stricte des épreuves de brasse n'autorise qu'un seul « mouvement de dauphin » dans une coulée[12].

À partir des années 2000, le nageur Michael Phelps s'est illustré par sa maitrise de longues coulées en ondulation de dauphin lui permettant de distancer ses adversaires et battre des records de vitesse.

En 2015, la FINA limite en 4 nages les virages suivis d'une coulée en ondulation dorsale introduits par l'Américain Ryan Lochte, assimilant cette pratique à une « nage sur le dos »[13].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Pedroletti, Les fondamentaux de la natation: initiation et perfectionnement pour tous
  • Luc Collard, La cinquième nage - The fifth stroke (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

liens externes[modifier | modifier le code]

Références et notes[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Michel Pedroletti. A ne pas confondre avec une ancienne désignation de la nage papillon.
  2. Luc Collard
  3. https://www.natationpourtous.com/technique/departs-virages/ondulations-sous-eau.php
  4. « Le saviez-vous : La coulée de natation est limitée à 15m », sur Nabaiji, (consulté le 11 août 2020).
  5. « Brasse dauphins » [vidéo], sur YouTube (consulté le 11 août 2020).
  6. Pedroletti p. 129
  7. « Histoire de la palme / Tours Nage avec palmes », sur Tours Nage avec palmes (consulté le 12 août 2020).
  8. « LE HONGROIS TUMPEK a fait triompher la brasse " dauphin " », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 août 2020)
  9. a b et c « La montée en puissance du “Dolphin Kick” / Séoul 1988 / On the Line » [vidéo], sur YouTube (consulté le 11 août 2020).
  10. a et b https://apprendre-a-nager.univ-rennes1.fr/natation/aller-plus-loin/histoire-des-techniques-de-nage
  11. « Men's 100m Butterfly Final - 1996 Atlanta Olympic Games » [vidéo], sur YouTube (consulté le 11 août 2020).
  12. (en) John Lohn, Historical Dictionary of Competitive Swimming, Scarecrow Press, , 21 p. (ISBN 978-0-8108-6775-8, lire en ligne)
  13. https://www.lequipe.fr/Natation/Actualites/Le-virage-lochte-interdit/589035