Oncorhynchus nerka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Saumon rouge mâle et femelle

Oncorhynchus nerka, aussi appelé saumon rouge, saumon nerka ou sockeye, est une espèce de saumon vivant dans l'océan Pacifique. Il est le troisième saumon le plus commun après le saumon rose et le saumon « Chum ». Sockeye Salmon, le nom anglais se traduit littéralement saumon à œil de chaussettes. Le nom français est saumon rouge.

Kokanee[modifier | modifier le code]

Un type de saumon rouge vit dans les lacs, est appelé Kokanee (c'est un mot de la langue Colville-okanagan) et est beaucoup plus petit que ceux qui sont dans l'océan[1].

Portée et habitation[modifier | modifier le code]

Les saumons rouges peuvent habiter dans le Nord-Ouest du Pacifique et les Kokanee habitent dans l'Ouest du Canada et dans les États d'Alaska, Washington, Oregon, Californie, New York, Utah, Idaho, Montana, Colorado, Nouveau-Mexique, et Wyoming aux États-Unis. Mais on peut aussi les trouver au Japon et en Chine et d'autres parties d'Asie.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Pendant leur vie dans l'océan, les sockeyes sont bleu argenté, mais pendant la saison de reproduction, les mâles et femelles ont une couleur rouge avec des têtes vertes et leurs dents se recourbent en crochet.

Ils se reproduisent dans les rivières et fleuves et meurent peu après essayant de mourir près de leurs petits afin de leur servir de nourriture. Les petits restent dans des lacs pendant environ 3 ans. Après un à quatre ans dans l'océan, les saumons sont adultes. Quand ils reviennent, ils ont entre 4 et 6 ans[2].

Régime[modifier | modifier le code]

Les saumons rouges sont des omnivores. Le zooplancton constitue une part importante de leur alimentation et on lui attribue parfois l'origine de la couleur rouge de ces poissons[3]. Ils mangent aussi des petits organismes comme des crevettes.

Conservation[modifier | modifier le code]

Durant plus de 30 ans (1912-1948) un "surveillant" des pêches travaillant pour le gouvernement canadien a rempli des douzaines de cahiers avec des écailles de poisson de la Skeena (seconde rivière le plus riche en saumon du pays). Puis son travail a été en grande partie oubliés. Des chercheurs ont récemment utilisé cette collection et en ont étudié l'ADN pour reconstituer l'évolution du stock de saumon sauvage de la Skeena au siècle dernier. Ils concluent à un déclin alarmant de l'espèce, plus abrupts et plus généralisés qu’on ne le pensait jusqu'alors : les 13 principales populations de saumon rouge sauvage de la rivière ont chuté de 56% à 99% de 1913 à 2014, principalement à cause de la surpêche selon les auteurs de l'étude[4].

Les saumons rouges sont listés dans le Endangered Species Act de 1973 (la liste américaine des espèces en danger)[5]. Leur statut est en danger ou menacé. Beaucoup d'efforts sont menés pour aider les différents types de saumons dans le Nord-Ouest comme les limites de pêche.

La sous-espèce japonaise kokani noir (Oncorhynchus nerka kawamurae), en japonais kunimasu (国鱒?), originaire de la préfecture d'Akita et disparue du fait de la mise en œuvre d'un projet hydroélectrique en 1940, a été redécouverte en 2010[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.kingcounty.gov/environment/animalsAndPlants/salmon-and-trout/identification/kokanee.aspx
  2. http://www.adfg.state.ak.us/pubs/notebook/fish/sockeye.php
  3. http://animals.nationalgeographic.com/animals/fish/sockeye-salmon/
  4. Lesley Evans Ogden (2019) Salmon-smeared notebooks reveal fisheries past bounty ; Science 23 aout 2019: Vol. 365, N°6455, pp. 733 ; DOI: 10.1126/science.365.6455.733 (résumé et lien vers l'article)
  5. http://www.nmfs.noaa.gov/pr/laws/esa/
  6. « Un poisson que l’on croyait éteint, retrouvé au Japon », sur Maxisciences (consulté le 17 décembre 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :