Onésime Reclus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Reclus.
Onésime Reclus
Description de l'image Onésime Reclus.jpg.
Naissance
Orthez
Décès (à 78 ans)
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Famille

Onésime Reclus, né à Orthez le [1] et mort le , est un géographe français, collaborateur du Tour du monde. Il est notamment connu pour être l'inventeur du mot « francophonie ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Né dans une famille protestante du Béarn, d’un père pasteur, Jacques Reclus, et de Zéline Trigant, il étudie, comme ses frères, au collège protestant de Sainte-Foy-la-Grande puis, brièvement, à Korntal-Münchingen, en Allemagne, chez les Frères Moraves. De retour en France, il rejoint l'université de Poitiers, étudiant le droit et les lettres.

En 1872, il épouse Marie-Louise Schmahl (1850-1915), avec laquelle il a huit enfants[2].

Onésime Reclus est le frère, entre autres, du géographe et anarchiste Élisée Reclus et du journaliste Élie Reclus. Il est le père de l'historien Maurice Reclus.

Militaire puis géographe[modifier | modifier le code]

Renonçant ensuite à la carrière universitaire, il s'engage à vingt ans dans le 1er Zouaves[3] en Algérie pendant son service militaire[4]. Toutefois, sa santé l'oblige à renoncer au métier des armes, et il entre en 1860 à la maison Hachette. Pendant dix ans, il mène une existence laborieuse, entrecoupée de voyages à travers la France pour les Guides Joanne, et publie sous le pseudonyme de Louis Couturier un Dictionnaire des communes de la Suisse. En 1869, il fait paraître une Géographie, qui connaît le succès public, grâce à son style, à la formule nouvelle de la présentation, à ses qualités scientifiques et descriptives[5]. Durant la guerre franco-prussienne de 1870, il sert au corps des francs-tireurs béarnais, aux côtés de son frère Paul, médecin-major. Engagé dans la Commune de Paris (1871), il s'expatrie après son écrasement[6].

Ce géographe est le premier à employer le mot « francophone » dans son ouvrage France, Algérie et colonies paru en 1886 chez Hachette. Représentant de la littérature coloniale, il croit à l'excellence de la France et de sa langue[7] et définit les francophones comme « tous ceux qui sont ou semblent être destinés à rester ou à devenir participants de notre langue[8] », dans un contexte de concurrence coloniale avec l'Allemagne. Le choix du critère linguistique, de préférence aux critères ethnique et économique, pour classer les populations, représente alors une innovation[9].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Géographie de la France et de ses colonies (1873)
  • Géographie : La Terre à vol d’oiseau (2 volumes, 1877)
  • France, Algérie et colonies (1886)
  • La France et ses colonies (1889)
  • Le Plus Beau Royaume sous le ciel (1899)
  • À la France : sites et monuments (32 volumes, 1900-1906)[10]
  • L’Afrique Australe (1901)
  • Lâchons l’Asie, prenons l’Afrique : Où renaître ? et comment durer ? (1904)[11]
  • Le Partage du monde (1906)[12]
  • La Géographie vivante apprise par l’image, l’observation, la carte (1907-1908)
  • La France à vol d’oiseau (1908)[13],[14]
  • Algérie et Tunisie (1909)
  • Géographie rapide : Europe (1909)
  • Géographie rapide : France (1910)
  • Atlas pittoresque de la France, recueil de vues géographiques et pittoresques de tous les départements, accompagnées de notices géographiques et de légendes explicatives (3 volumes, 1910-1912)
  • Correspondance (3 volumes, 1911-1925)[15],[16],[17]
  • Atlas de la plus grande France, géographique, économique, politique, départemental, colonial, composé de 160 cartes en couleurs, accompagnées de 160 pages de notices. Ouvrage formant le complément naturel de l’Atlas pittoresque de la France, publié sous les auspices de la Société de géographie (1913-1915)
  • L’Allemagne en morceaux : paix draconienne (1915)
  • Le Partage de l’Allemagne (1915)[18]
  • Un grand destin commence, La Renaissance du Livre (1917)
  • L’Atlantide, pays de l’Atlas : Algérie, Maroc, Tunisie (1919)
  • Le Rhin français : annexion de la rive gauche, sa moralité, sa nécessité, ses avantages (1919)[19]
  • Manuel de l’eau, suite et complément du Manuel de l’arbre, pour servir à l’enseignement sylvo-pastoral dans les écoles (s. d.)[20]
  • Un grand destin commence (s. d.)[21]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Brun, Federico Ferretti, « Élisée Reclus, une chronologie familiale 1796-2014 » [PDF] (4,6 Mo)
  2. Carrive 1997, p. 194.
  3. Pierre Martial , « Onésime Reclus, inventeur de la Francophonie  », dans Edmond Jouve et Simone Dreyfus (dir.), Les Chefs d'État écrivains en pays francophone : actes du septième colloque international francophone organisé à Sarlat, Lamothe-Fénelon, Carennac et Figeac, Association des écrivains de langue française,‎ , 627 p., p. 515.
  4. Lucien Carrive, Bulletin : études, documents, chronique littéraire, vol. 143, Société de Borda,‎ , p. 234.
  5. La Géographie, t. 32, Société de Géographie,‎ , p. 71.
  6. Georges Ngal, Œuvre critique, t. 2 : Articles, communications, interviews, préfaces et études sur commandes des organismes internationaux, 1970-2009, L'Harmattan,‎ , 272 p. (lire en ligne), p. 26.
  7. Elena Prus (dir.) et Pierre Morel (dir.), La francopolyphonie: langues et identités, ULIM,‎ , 361 pages p. (lire en ligne), p. 95.
  8. René-Maurice Dereumaux, L'Organisation internationale de la francophonie: l'institution internationale du XXIe siècle, L'Harmattan,‎ , 155 p. (lire en ligne), p. 30.
  9. Sylvie Guillaume, Les Associations dans la francophonie, Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine,‎ , 336 p. (lire en ligne), p. 66.
  10. « À la France : sites et monuments (vol. 31-32) » [PDF], sur gallica.bnf (consulté le 24 avril 2015).
  11. « Lâchons l’Asie, prenons l’Afrique : Où renaître ? et comment durer ? » [PDF], sur gallica.bnf (consulté le 24 avril 2015).
  12. « Le Partage du monde » [PDF], sur gallica.bnf (consulté le 24 avril 2015).
  13. « La France à vol d’oiseau - Volume 1 » [PDF], sur gallica.bnf (consulté le 24 avril 2015).
  14. « La France à vol d’oiseau - Volume 2 » [PDF], sur gallica.bnf (consulté le 24 avril 2015).
  15. « Correspondance - Tome I » [PDF], sur gallica.bnf (consulté le 24 avril 2015).
  16. « Correspondance - Tome II » [PDF], sur gallica.bnf (consulté le 24 avril 2015).
  17. « Correspondance - Tome III » [PDF], sur gallica.bnf (consulté le 24 avril 2015).
  18. « Le Partage de l'Allemagne » [PDF], sur gallica.bnf (consulté le 24 avril 2015).
  19. « Le Rhin français » [PDF], sur gallica.bnf (consulté le 24 avril 2015).
  20. « Manuel de l’eau, suite et complément du Manuel de l’arbre, pour servir à l’enseignement sylvo-pastoral dans les écoles » [PDF], sur gallica.bnf (consulté le 24 avril 2015).
  21. « Un grand destin commence » [PDF], sur gallica.bnf (consulté le 24 avril 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Brun (illustrations, tableaux généalogiques, documents, 2e version), Elisée Reclus, une chronologie familiale, 1796-2015,‎ , 440 p. (lire en ligne).

Vidéo[modifier | modifier le code]

  • Gérard Fauconnier, Le génie des frères Reclus, conférence à la Médiathèque André Labarrère, Pau, 16 février 2012, voir en ligne.