Omission

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Définition[modifier | modifier le code]

Le terme vient du bas latin « omissio », « omittere ». Il recouvre différents niveaux de signification :

  • l'action d'oublier ou de négliger de faire, ou de dire ;
  • l'action de ne pas comprendre un ou plusieurs éléments dans une énumération ou dans la description d'un ensemble ;
  • le fait de passer sous silence.

Signification et portée de l'omission[modifier | modifier le code]

Résultat d'une erreur simple[modifier | modifier le code]

Ce peut être une simple erreur, commise par ignorance ou méconnaissance. (voir droit à l'erreur.)

Résultat d'un état d'inconscience[modifier | modifier le code]

Ce peut être le résultat d'un état d'inconscience, dont le caractère non volontaire est ambigu : Les psychologues pointent que l'omission peut correspondre à un «Acte manqué».

Résultat d'une action volontaire[modifier | modifier le code]

Ce peut être une faute franche, une manipulation, lorsque l'omission résulte d'un acte volontaire ou délibéré ou d'une volonté de dissimulation : (omerta, Loi du silence).

L'omission et ses conséquences selon l'enseignement de l'Église catholique[modifier | modifier le code]

image illustrant le christianisme
Cet article est une ébauche concernant le christianisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Dans l'enseignement de l'Église, une omission est un manquement à faire ce que l'on peut faire et/ou que l'on devrait faire. Considérée comme étant une erreur, elle devient faute ou péché si elle est commise avec une intention consciente, et a fortiori lorsqu'elle est commise de manière délibérée.

Le péché par omission est l'une des quatre formes de péchés, avec le péché en pensée, en parole, et par action[1]. Ces quatre formes de péchés sont explicitement citées dans le Confiteor (Je confesse à Dieu).

L'apôtre Paul se réfère à ce péché directement lorsqu'il affirme « Car je ne fais pas le bien que je veux, ... »[2]. L'apôtre Jacques se réfère également à ce péché dans son épître : « Celui donc qui sait faire ce qui est bien et qui ne le fait pas, commet un péché. »[3]

Le degré de la faute par omission se mesure :

  • par la dignité de la vertu et l'ampleur du précepte auquel s'oppose l'omission ;
  • par le fait qu'une personne fait quelque chose dont elle est seule responsable et dont elle sait que son incapacité à faire ou à maitriser la situation créée est évidente. Par exemple, une personne sait que boire jusqu'à l'ivresse la mettra dans un état d'incapacité, et pourtant boit.

Notes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]