Omer Côté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Omer Côté
Fonctions
Secrétaire de la province de Québec
Prédécesseur Hector Perrier
Successeur Roméo Lorrain
Député de Montréal—Saint-Jacques
Prédécesseur Claude Jodoin
Successeur Paul Dozois
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Montréal
Date de décès (à 93 ans)
Lieu de décès Montréal
Sépulture Cimetière Notre-Dame-des-Neiges
Nationalité Canadienne
Parti politique Union nationale
Profession Avocat

Omer Côté (né le à Montréal, mort le à Montréal) est un avocat, juge et homme politique québécois. Il a été député à l'Assemblée législative du Québec de 1944 à 1956 et secrétaire de la province de 1944 à 1956.

Biographie[modifier | modifier le code]

Omer Côté est le fils de Joseph-Arthur Côté, négociant, et de Marie-Anna Létourneau[1]. Il étudie au Séminaire de Saint-Hyacinthe, au Collège Sainte-Marie (philosophies) et à l'Université de Montréal en droit. Il est admis au Barreau du Québec en 1929[1]. Il épouse Gabrielle Brouillette le à Montréal[1]. Ensemble, ils ont trois enfants : Monique (1932), Michel (1933) et François (1940). De 1932 à 1956, il exerce la profession d'avocat à Montréal[1].

En 1934, il est candidat à un poste au conseil municipal de Montréal dans le district de Ville-Marie mais il est défait par le conseiller sortant Tancrède Fortin. En 1936, il est de nouveau candidat et est élu échevin du quartier Ville-Marie à compter du , l'emportant sur Fortin. Côté est réélu en 1938. Il ne se représente pas à l'élection municipale de 1940. Son mandat prend fin le .

Lors d'une élection québécoise partielle tenue le dans le district électoral de Montréal—Saint-Jacques, il est candidat de l'Union nationale mais est défait par le candidat du Parti libéral, Claude Jodoin. Lors de l'élection générale québécoise du 8 août 1944, Côté est de nouveau candidat et est élu député du district de Montréal—Saint-Jacques à l'Assemblée législative, l'emportant sur le député libéral sortant Claude Jodoin. Côté y est réélu à l'l'élection générale de 1948 et à celle de 1952. Il est nommé secrétaire de la province (ministre) dans le second gouvernement Duplessis du au [1].

Il quitte ses fonctions politiques le pour être nommé juge à la Cour des sessions du district judiciaire de Terrebonne, poste qu'il occupe du au [1], alors qu'il atteint l'âge de la retraite obligatoire des juges. Il a été président de la Conférence des juges du Québec[1].

Il meurt en 1999, à l'âge de 93 ans. Sa sépulture est située dans le Cimetière Notre-Dame-des-Neiges, à Montréal[2].

Honneurs[modifier | modifier le code]

  • 1944 : Conseil en loi du roi (c.r.)
  • Doctorats honorifiques :
    • en droit de l'Université Laval
    • en sciences sociales, économiques et politiques de l'Université de Montréal
  • Membre honoraire du Barreau de Port-au-Prince
  • 1945 : Chevalier de l'Ordre du Saint-Sépulcre
  • Chevalier du Bien public (France).
  • Croix d'or de l'Ordre papal de Saint-Jean-de-Latran, croix de Galilée, croix de Jérusalem
  • 1947 : Membre de la Noble association des chevaliers pontificaux
  • 1951 : Officier de l'Ordre latin
  • 1955 : Officier d'académie du ministère de l'Éducation nationale (France)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g « Omer CÔTÉ (1906-1999) », notice biographique sur le site de l'assemblée nationale
  2. Répertoire des personnages inhumés au cimetière ayant marqué l'histoire de notre société, Montréal, Cimetière Notre-Dame-des-Neiges, 44 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Fiche sur le site de l'Assemblée nationale du Québec