Omar Porras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Omar Porras
Image dans Infobox.
Omar Porras en 2016.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (58 ans)
BogotaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Colombien - Suisse
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Omar Porras, né le à Bogota, est un acteur, directeur et metteur en scène de théâtre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1963 à Bogota[1],[2], Omar Porras part pour la France en 1985[3]. Il se forme à la danse et au théâtre au cours d’expériences artistiques en Europe.

En 1990, il fonde à Genève le Teatro Malandro, centre de création, de formation et de recherche où il développe une démarche créative personnelle, basée sur le mouvement. Sa technique théâtrale s’inspire à la fois de traditions occidentale et orientale, comme la biomécanique, le théâtre balinais, indien et japonais.

Parallèlement à ses mises en scène, il interprète des rôles dans la plupart de ses spectacles. Depuis 2001, il organise et dirige également plusieurs ateliers qui permettent aux comédiens de développer le travail de l'acteur et du jeu masqué, ainsi que la conscience du geste dans un dessein plus large qui vise une théâtralité organique. Que ce soit à la Haute école de théâtre de Suisse romande (HETSR) à Lausanne, à l'Atelier de Paris Carolyn Carlson, au Théâtre du Grand T à Nantes et au Shizuoka Performing Arts Center (SPAC) à Shizuoka, Omar Porras développe, nourrit et diffuse une méthode de travail rigoureuse où le comédien fait l'apprentissage d'une discipline en travaillant la présence, la dynamique et l'énergie.

Dès ses débuts, le metteur en scène explore les grands mythes comme celui des Bacchantes, Don Quichotte, Faust ou encore Don Juan. Ses mises en scène se distinguent par leur caractère hautement métaphorique, philosophique voire politique. À l’invitation des plus prestigieux théâtres d'Europe, du Japon et d'Amérique latine, il met également en scène plusieurs opéras et spectacles musicaux.

S’il est fondé sur le texte, le théâtre d’Omar Porras ne se met pas pour autant servilement à son service: l’adaptation joue un rôle central dans le processus de création du Teatro Malandro. Pour être l’objet de libres explorations de la part des comédiens et du metteur en scène, le texte doit s’émanciper de son carcan littéraire et s’ouvrir à l’improvisation, désacralisant la lettre pour mieux jurer fidélité à l’acte théâtral.

Porras mêle l’art de l’acteur, du masque, de la marionnette, la danse et la musique ; il place le corps au centre de ses recherches théâtrales, dans un travail d’harmonisation entre l’acte et la parole. Ses spectacles regorgent d’une énergie qui galvanise et euphorise. Cette énergie est produite par les acteurs eux-mêmes, transfigurés en créatures inventives et poétiques qui rapportent des événements simples, comiques ou tragiques, rendus extraordinaires par le truchement du masque et du geste.

En 2007, il est invité à monter à la Comédie-Française la pièce Pedro et le commandeur d'après Lope de Vega[4]

En 2014, il est nommé directeur du TKM Théâtre Kléber-Méleau[5],[6], installé dans l'ancienne usine à gaz de Renens et qui fut créé en 1979 par Philippe Mentha. Il rentre en fonction le 1er juillet 2015[7]

Mises en scène[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

  • Ma Colombine : un voyage en Colombie, juin 2017, dessins et guide Omar Porras, textes et photographie de Fabrice Melquiot, graphisme de Jeanne Roualet — Ma Colombine, la pièce : solo pour Omar Porras inspiré de sa propre histoire par Fabrice Melquiot ; Genève, La Joie de lire, 2019 (ISBN 978-2-88908-480-7)[10]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]« Grand prix suisse de théâtre/Anneau Hans-Reinhart 2014 », (consulté le ).
  2. [PDF]Isabelle Bratschi (Le Matin Dimanche), « Le directeur du Teatro Malandro est sur toutes les scènes. Omar Porras lève le masque. », sur malandro.ch, (consulté le ).
  3. a et b « Le Grand Prix suisse de théâtre décerné à Omar Porras », sur Le Matin, (consulté le ).
  4. a et b Alexandre Demidoff, « Omar Porras, la foi du sans-culotte », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne).
  5. Voir notice de collectivité dans le catalogue général de la BnF.
  6. Voir sur tkm.ch.
  7. Tribune de Genève, le 5 juin 2014.
  8. Voir onglet Représentation sur tkm.ch.
  9. Service de presse, Théâtre Forum Meyrin, 2009.
  10. Les deux parties de l'ouvrage sont disposées tête-bêche.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]