Mine d'Olympic Dam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Olympic Dam)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dam.
mine d'Olympic Dam
Olympic dam rd1.jpg
Ressources
Exploitant
Ouverture
1988
Pays
État
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Australie-Méridionale

(Voir situation sur carte : Australie-Méridionale)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Australie

(Voir situation sur carte : Australie)
Point carte.svg

La mine d'Olympic Dam est une mine souterraine de cuivre, d'uranium, d'or et d'argent situé dans l'État d'Australie-Méridionale. Ses revenus sont à 70 % constitués de cuivre, ses réserves de cuivre étant les 4e plus grandes réserves mondiales, alors que ses réserves d'uranium sont les plus importantes au monde[1].

Ses dimensions en font l'une des mines les plus grandes du monde avec 4 kilomètres de long, 3,5 de large et près de 1 kilomètre de profondeur. En 2014, la mine d'Olympic Dam a une production de 184 000 de tonnes de cuivre, contre seulement 125 000 tonnes en 2015[2]. À approximativement la même période, la mine d'Olympic Dam avait une production de 4 000 tonnes d’oxyde d'uranium, de 80 000 onces d'or et de 800 000 onces d'argent[3]. Cette production d'oxyde d'uranium représente environ 6 % de la production mondiale[1]. Les revenus de la mine sont constitués à 75 % de l'extraction du cuivre, à 20 % de l'extraction d'uranium et à 5 % de l'extraction d'or et d'argent[1].

La mine employait environ 3 500 personnes en 2013[4].

Olympic Dam possède un aéroport (code AITA : OLP).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site est découvert en 1975, sa production démarre en 1988. Le projet est mené par l'entreprise WMC Resources[5], ainsi que par BP Minerals[1]. Le site a été nommé ainsi en hommage aux Jeux olympiques de Melbourne, en 1956.

En 1993, WMC Resources acquiert la participation de 49 % de BP Minerals dans le site pour 315 millions de dollars[1].

Entre 1997 et 1999, la mine subit une extension, qui fait passer sa production annuelle de cuivre de 45 000 de tonnes à environ 180 000 tonnes[3]

En octobre 2001, un incendie a détruit l’usine d’extraction par solvants de la mine Olympic Dam [6].

En 2005, la mine d'Olympic Dam est acquise par BHP Billiton, via le rachat de WMC Resources pour 9,2 milliards de dollars australiens[5].

En 2007, BHP Billiton annonce le lancement d'un projet d'expansion pour exploiter le site à ciel ouvert. Ce projet d'expansion aurait un coût de 30 milliards de dollars[2] Le projet est cependant remplacé par un projet d'une moindre ampleur en 2012[5],[7].

En octobre 2011, des représentants écologistes et aborigènes ont protesté contre l'autorisation donnée par le gouvernement australien à BHP Billiton, qui pourrait provoquer, selon eux, une catastrophe sanitaire et écologique[8].

En juillet 2016, une centaine de militants campent près de la mine d'Olympic Dam pour protester contre l'industrie nucléaire[9].

Références[modifier | modifier le code]