Olympiades internationales d'informatique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le logo des Olympiades internationales d'informatique.

Les Olympiades internationales d'informatique (International Olympiad in Informatics ou IOI) sont une compétition annuelle en sciences informatiques (algorithmique) rassemblant des lycéens et collégiens du monde entier. C'est la deuxième plus grande olympiade, après l'Olympiades internationales de mathématiques, en termes de nombre de pays participants (83 en 2017). La première édition de la compétition s'est tenue en 1989 à Pravetz, en Bulgarie.

Le concours consiste en deux jours de programmation informatique et de résolution de problèmes de nature algorithmique. Pour traiter des problèmes impliquant de très grandes quantités de données, il est nécessaire d'avoir non seulement des programmeurs, mais aussi de bons concepteurs d'algorithmes. Le plus difficile n'est pas la programmation, mais les mathématiques qui se trouvent en dessous[1].

Les étudiants de l'olympiade concourent sur une base individuelle, avec jusqu'à quatre étudiants de chaque pays participant. Les étudiants des équipes nationales sont sélectionnés dans le cadre de concours informatiques nationaux, tels que les Olympiades informatiques britanniques (en) ou les Olympiades informatiques indiennes (en).

L'Olympiade internationale d'informatique est l'un des concours d'informatique les plus prestigieux au monde. L'UNESCO et l'International Federation for Information Processing (IFIP) en sont les parrains.

Structure du concours et participation[modifier | modifier le code]

La bannière de l'IOI 2009 au-dessus de la salle de compétition

Lors de chacune des deux journées de concours, les étudiants doivent résoudre trois problèmes en cinq heures. Chaque élève travaille seul, avec un ordinateur et sans aucune autre aide, notamment aucune communication avec les autres participants, aucun livre, etc.

En général, pour résoudre une tâche, le concurrent doit écrire un programme informatique (en C, C++, Pascal ou Java[2]) et le soumettre avant la fin des cinq heures de compétition. Le programme est noté en étant exécuté avec des données de test secrètes. Depuis l'IOI 2010, les tâches sont divisées en sous-tâches de difficulté graduée, et les points ne sont attribués que lorsque tous les tests pour une sous-tâche particulière donnent des résultats corrects, dans des limites de temps et de mémoire spécifiques.

Dans certains cas, le programme du participant doit interagir avec une bibliothèque informatique secrète, ce qui permet des problèmes où l'entrée n'est pas fixée, mais dépend des actions du programme - par exemple dans les problèmes de jeu. Un autre type de problème concerne les entrées connues qui sont accessibles au public pendant les cinq heures du concours. Pour ces entrées, les participants doivent soumettre un fichier de sortie au lieu d'un programme, et c'est à eux de décider s'ils obtiendront les fichiers de sortie en écrivant un programme (en exploitant éventuellement les caractéristiques spéciales de l'entrée), ou à la main, ou par une combinaison de ces moyens.

Pour la première fois, l'IOI 2010 disposait d'un tableau de bord en ligne avec des résultats provisoires en temps réel. Les soumissions étaient notées dès que possible pendant le concours, et les résultats affichés. Les participants étaient informés de leurs scores, mais pas de ceux des autres, et ils pouvaient les soumettre à nouveau pour améliorer leurs résultats. Depuis 2012, l'IOI utilise le Contest Management System (CMS) pour le développement et le suivi du concours.

Les scores des deux jours de compétition et tous les problèmes sont résumés séparément pour chaque concurrent. Lors de la cérémonie de remise des prix, les concurrents reçoivent des médailles en fonction de leur score total relatif. 50 % des concurrents reçoivent des médailles. Les nombres relatifs de médaille d'or : médaille d'argent : médaille de bronze : pas de médaille sont 1:2:3:6 (donc 1/12 des concurrents reçoivent une médaille d'or).

Avant l'IOI 2010, les résultats des étudiants n'ayant pas reçu de médailles n'étaient pas publiés, ce qui rendait impossible le classement d'un pays par l'addition des scores de ses concurrents, à moins que chacun ne remporte une médaille. Depuis l'IOI 2010, bien que les scores des étudiants qui n'ont pas reçu de médaille ne soient toujours pas disponibles dans les résultats officiels, ils sont connus grâce au tableau d'affichage en direct sur le web.

L'analyse des performances féminines montre que 77,9 % des femmes n'obtiennent aucune médaille, alors que 49,2 % des hommes n'en obtiennent aucune. La participation moyenne des femmes était de 4,4 % en 1989-1994 et de 2,2 % en 1996-2014". Les femmes participent un peu plus au niveau national[3]. Le président de l'IOI, Richard Forster, déclare que la compétition a du mal à attirer les femmes et que, malgré les efforts déployés pour comprendre et corriger ce problème, personne n'a réussi à cerner la cause du problème, et encore moins d'y trouver une solution[1].

Sélections nationales[modifier | modifier le code]

L'équipe de France est sélectionnée chaque année par l'association France-IOI. Tous les lycéens ou collégiens de moins de dix-neuf ans non titulaires d'un baccalauréat peuvent potentiellement être candidats aux IOI.

Depuis 2010, l'équipe belge est représentée aux IOI[4]. Les candidats sont sélectionnées à travers des Olympiades nationales organisées dans les mois précédant l'épreuve internationale[5].

Les candidats suisses sont les lauréats de l'Olympiade suisse d'informatique.

Liste des Olympiades[modifier | modifier le code]

Liste des villes où se sont déroulées les IOI[6] :

N. Année Pays hôte Ville hôte Participants Pays participants
1 1989 Drapeau de la Bulgarie Bulgarie Pravetz 46 13
2 1990 Drapeau de la Biélorussie Biélorussie Minsk 100 25
3 1991 Drapeau de la Grèce Grèce Athènes 68 23
4 1992 Drapeau de l'Allemagne Allemagne Bonn 71 51
5 1993 Drapeau de l'Argentine Argentine Mendoza 155 43
6 1994 Drapeau de la Suède Suède Haninge 189 49
7 1995 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Eindhoven 210 51
8 1996 Drapeau de la Hongrie Hongrie Veszprém 220 57
9 1997 Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud Le Cap 221 63
10 1998 Drapeau du Portugal Portugal Setúbal 241 68
11 1999 Drapeau de la Turquie Turquie Antalya-Belek 253 65
12 2000 Drapeau de la République populaire de Chine Chine Pékin 278 72
13 2001 Drapeau de la Finlande Finlande Tampere 272 74
14 2002 Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud Yongin 276 78
15 2003 Drapeau des États-Unis États-Unis Kenosha 265 69
16 2004 Drapeau de la Grèce Grèce Athènes 291 76
17 2005 Drapeau de la Pologne Pologne Nowy Sącz 276 72
18 2006 Drapeau du Mexique Mexique Mérida 282 74
19 2007 Drapeau de la Croatie Croatie Zagreb 285 77
20 2008 Drapeau de l'Égypte Égypte Le Caire 301 78
21 2009 Drapeau de la Bulgarie Bulgarie Plovdiv 301 78
22 2010 Drapeau du Canada Canada Waterloo 297 80
23 2011 Drapeau de la Thaïlande Thaïlande Pattaya 303 78
24 2012 Drapeau de l'Italie Italie Sirmione 310 81
25 2013 Drapeau de l'Australie Australie Brisbane 299 77
26 2014 Drapeau de Taïwan Taïwan Taipei 311 81
27 2015 Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan Almaty 322 83
28 2016 Drapeau de la Russie Russie Kazan 308 80
29 2017 Drapeau de l'Iran Iran Téhéran 308 83
30 2018 Drapeau du Japon Japon Tsukuba 335 87
31 2019 Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan Bakou 327 87

Liste des villes ou des pays où se dérouleront les IOI dans les prochaines années[7] :

N. Année Pays hôte Ville hôte
32 2020 Drapeau de Singapour Singapour Singapour

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Frank Robson, « Numbers game », The Sydney Morning Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 17 août 2013)
  2. « IOI 2015 - Kazakstan - Главная - Competition Rules », sur ioi2015.kz
  3. Stefano Maggiolo, « An Update on the Female Presence at the IOI », ioinformatics.org, London, U.K., vol. 9, 127–137, no 2015,‎ , p. 127 (DOI 10.15388/ioi.2015.10, lire en ligne [PDF], consulté le 13 juillet 2017)
  4. « Premières Olympiades belges d'Informatique à Louvain-la-Neuve » sur le site de La Libre Belgique, 12 mai 2010.
  5. « Communiqué de presse : L'édition 2011 des Olympiades d'Informatique s'étend à toute la Belgique » sur le site de la délégation belge, 26 décembre 2010.
  6. Liste des éditions passées sur le site officiel.
  7. « Locations », sur www.ioinformatics.org (consulté le 28 avril 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]