Olof Vilhelm Arrhenius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Olof Vilhelm Arrhenius
Olof Arrhenius.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
Nationalité
Activités
Père
Enfants
Gustaf Olof Svante Arrhenius
Anna Horn af Rantzien (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de

Olof Vilhelm Arrhenius (2 novembre 1895 - 8 mai 1977) est un chimiste suédois, fils du célèbre chimiste Svante August Arrhenius[1].

Son propre fils Gustaf Olof Svante Arrhenius a également embrassé une carrière scientifique (océanographe, biogéochimiste, exobiologiste...) qu'il a conclue aux États-Unis.

Sa vie[modifier | modifier le code]

D'après les mémoires de Prescott[2], Olaf Arrhenius lui ayant rendu visite en 1920, Prescott l'a initié à la mesure du pH par les méthodes colorimétriques. Il a séjourné dans son laboratoire et a publié à cette époque un premier article sur les sols égyptiens. Il s'est intéressé à l'impact de la chimie du sol sur le ver de terre[3].

Selon son fils, il a mis son laboratoire de chimie à sa disposition pour lui permettre (dans le cadre de la thèse de ce dernier) d'analyser les 20 000 échantillons de sédiments remontés d'une campagne océanographique. Le scientifique américain Roger Revelle étant intéressé par ce travail a plusieurs fois envoyé des émissaires en Suède afin de se renseigner sur les progrès de ces recherches, et c'est probablement à cette occasion qu'il a recruté le fils d'Olof Vilhelm Arrhenius qui a ensuite émigré aux États-Unis pour poursuivre sa carrière, notamment à la NASA.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (Médaille Davy en 1902, prix Nobel de chimie en 1903, lauréat du Faraday Lectureship de la Royal society of chemistry en 1914 et de la Médaille Franklin en 1920)
  2. (Bibliographie de James Arthur Prescott (1890-1987), par l'Académie australienne des sciences)
  3. Influence of Soil Reaction on Earthworms O. Arrhenius Ecology, Vol. 2, No. 4 (Oct. 1921), pp. 255-257 (3 pages) doi:10.2307/1928978 (Voir page 1 de l'article)