Olivier odorant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Osmanthus fragrans

Article général Pour un article plus général, voir Osmanthus.

L'olivier odorant (Osmanthus fragrans Lour.), osmanthus, encore appelé olivier de Chine ou olivier à thé, est un arbuste à feuillage persistant de 5 à 12 m de haut. La fleur, très réputée en Asie, est notamment utilisée en parfumerie de luxe.

Synonyme[modifier | modifier le code]

  • Olea fragrans Thunberg ex Murray[1].

Description[modifier | modifier le code]

Il est originaire d'Asie, de l'est de Himalaya à travers la Chine jusqu'au Japon, où on le nomme kinmokusei (金木犀?)[2].

En Chine il pousse principalement à Guilin, dans la province de Guangxi, le long de la rivière Li et de la forêt de rochers (pics montagneux de calcaire). C'est de cet arbre que la région a obtenu ce nom : en chinois « Guìlín » (桂林) signifie « la forêt d'osmanthus »[3].

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

Les feuilles ont 5 à 10 cm de long, et sont à bord lisse ou finement dentelé.

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

Les fleurs, qui apparaissent durant l'été (septembre-octobre), sont petites (1 cm de long), jaunes, abricot, abricot soutenu ou orange vif, avec une corolle à 4 lobes. La floraison est courte et dure environ 10 jours[3],[2].

On le cultive comme plante ornementale dans les jardins tant en Asie qu'en d'autres parties du monde, en raison du parfum délicieux de ses fleurs, qui se rapproche de l'odeur de pêches mûres ou d'abricot. Deux beaux exemplaires se trouvent dans le jardin public de Menaggio, sur les rives du Lac de Côme, en Lombardie.

Dans le sud de la Chine, cet arbre est utilisé le long des trottoirs dans certaines grandes villes (Zhuhai, Jingzhou...), permettant à la fois de protéger les passants du soleil, en raison de leur largeur et de leur épais feuillage, mais aussi d’embaumer les rues.

La plante est semi-robuste et tolère des gelées modérées, mais ne survit pas à des gelées intenses.

Usages culinaires[modifier | modifier le code]

En chinois, la plante s'appelle (), et ses fleurs guìhuā (桂花, littéralement « fleur d'osmanthus » ou « fleur de cassia », guì (桂) pouvant également être traduit par cannelier). Elles sont utilisées en infusion avec des feuilles de thé noir ou vert, et donnent un thé parfumé, le guìhuā chá (桂花茶, « thé aux fleurs d'osmanthus »).

Osmanthus Jelly cake, Hong Kong.

En cuisine chinoise, on utilise aussi les fleurs pour faire une confiture parfumée (guìhuā jiàng, 桂花醬 ou 桂花酱), des biscuits sucrés (guìhuā gāo, 桂花糕), des ravioles (guìhuā jiǎozǐ, 桂花饺子), fourrée de boulettes de pâte), une recette de lapin (guìhuā tùròu 桂花兔肉), des soupes (guìhuā tāng, 桂花汤), et même une liqueur (guìhuā jiǔ, 桂花酒).

On trouve aussi des sachets de sucre vendus avec des fleurs séchées pour usage culinaire.

La confiture d'osmanthus entre dans la composition d'un gruau appelé chátāng (茶汤), fait avec de la farine de sorgho ou de millet et du sucre mélangés avec de l'eau bouillante. Ce plat est typique de la ville de Tianjin, dans le nord de la Chine.

Usages en parfumerie[modifier | modifier le code]

La fleur de l'osmanthus est utilisée pour la fabrication de la concrète et de l'absolue d'osmanthus, qui entrent dans la composition de parfums. Les fragiles composants odorants doivent être extraits de la fleur dans les 24 heures après la cueillette car elle fane très vite. La totalité des fleurs ne pouvant pas être traitée durant la courte floraison, les fleurs d'osmanthus sont conservées dans un bain de saumure, ce qui permet d'étendre la production de concrète sur une plus longue période[3].

L'osmanthus possède une odeur fleurie aux facettes fruitées pouvant rappeler l'abricot. La fleur est principalement utilisée en parfumerie fine. Elle rappelle aussi un peu l'odeur du jasmin.

Osmanthe Yunnan d'Hermès est un exemple de parfum soliflore à base d'osmanthus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Syst. Veg. ed. 14, 57. 1784
  2. a et b EFloras, consulté le 6 juin 2013
  3. a, b et c Brigitte Bourny-Romagné, Secrets de plantes à parfum, Toulouse, Éditions Milan, 2003, 192 p. (ISBN 2-7459-1247-X), p. 174-189

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :