Olivier de Fremond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Olivier de Fremond
Description de l'image defaut.svg.
Nationalité Flag of France.svg Français
Profession

Olivier de Fremond (Louis Charles Olivier de Fremond de la Merveillère) (1854-1940) est un officier français. Activiste anti-maçonnique[1], il fut directeur du Comité Anti-Maçonnique et Anti-juif de Loire-Atlantique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Louis-Eudes de Fremond[2], Louis Charles Olivier de Fremond naît à Metz le 5 juin 1854[3]. Saint-Cyrien de la promotion archiduc Albert (1873-1875)[4], Olivier de Fremond est un camarade de promotion du maréchal Lyautey, avec lequel il maintiendra une longue amitié. Promu lieutenant au 7e Cuirassiers, puis capitaine de cavalerie au même régiment, il quitte le service actif en 1884[5].

Partisan de l'action française[4], il devient directeur du Comité Anti-Maçonnique et Anti-juif de Loire-Atlantique[6], il collabore également à La France antimaçonnique d'Abel Clarin de La Rive. C'est là qu'il rencontre René Guénon en 1913, puis Louis Charbonneau-Lassay, à qui il présente Guénon en 1924[7]. Il entretiendra une importante correspondance avec ces deux figures clef de l'école traditionaliste[8].

Également collaborateur de la Revue Internationale des Sociétés Secrètes de Mgr Jouin, Olivier de Fremond sera l'un des informateurs privilégiés de Guénon, qu'une longue polémique opposera à cette revue. Olivier de Fremond poursuivit sa correspondance avec Guénon jusqu'en 1937, alors même que ce dernier s'était retiré en Égypte[9]. À travers leurs échanges épistolaires, Charbonneau-Lassay et Fremond espéraient que leurs efforts ne seraient pas stériles pour maintenir Guénon sur la voie chrétienne après son départ au Caire[10]. Comme Charbonneau-Lassay, Fremond était membre de la Société des antiquaires de l'Ouest[7] et collaborait au Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest. Olivier de Fremond décéda le 3 mars 1940, à Nantes, en Loire-Inférieure.

Publications[modifier | modifier le code]

  • (collaboration avec) Mme André Saintot: Le Château du Verger d'Antoigné et ses seigneurs, Poitiers, Société française d'imprimerie et de librairie, 1936. Extrait du Bulletin de la Société des antiquaires de l'Ouest, 1936.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Laurant, « Repères biographiques et bibliographiques sur René Guénon », paru dans Pierre-Marie Sigaud, René Guénon, Cahier de l'Herne, 1985.
  2. Louis-Eudes de Fremond (1823-1884), receveur des finances, polytechnicien (1844), capitaine d'Artillerie au 2° régiment d'artillerie, chevalier du Midjidié de Turquie et de la Légion d'Honneur (Base Leonore), médaille de Crimée.
  3. geneanet.org
  4. a et b Marie-France James : Esotérisme et Christianisme autour de René Guénon; Esotérisme, occultisme, franc-maçonnerie et Christianisme aux XIXe et XXe siècles , Fernand Lanore, 2008 (p. 127-128)
  5. Site famille de Roussel de Préville
  6. Jean Pierre Laurant, Le sens caché selon René Guénon, Éditions L'Âge d'homme, 1975, p. 62.
  7. a et b Jean Gouliard, « Le Bestiaire du Christ, tel Phénix... », dans Symbole, lundi 1er janvier 2007 - Bibliophilie - #16
  8. Jean-Pierre Laurant, « La réception de Louis Charbonneau-Lassay dans les milieux français », article en ligne.
  9. Jean Pierre Laurant, Le sens caché selon René Guénon, Éditions L'Âge d'homme, 1975, p. 91.
  10. Robin Waterfield, René Guenon and the Future of the West, Sophia Perennis, 2005, p. 45.