Olivier Norek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Olivier Norek
Image dans Infobox.
Olivier Norek au Festival Interpol'art en 2016
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (46 ans)
ToulouseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Genre artistique

Olivier Norek, né en à Toulouse, est un écrivain et scénariste français, capitaine à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis. Policier de formation, il publie des romans et des scénarios qui relèvent du thriller social.

Biographie[modifier | modifier le code]

Olivier Norek est né à Toulouse, sa mère était directrice d'école[1] et son père Claude Norek, haut fonctionnaire occupant pour dernier poste celui de directeur général de Radio France (de 1999 à 2004)[2]. Son grand-père était sous-officier dans la Légion étrangère, naturalisé français en 1935[3].

Après avoir obtenu son baccalauréat, Olivier Norek s'implique en tant que bénévole chez Pharmaciens sans frontières durant trois ans, lors desquelles il participe à la réhabilitation de l'hôpital de Saint-Laurent-du-Maroni en Guyane, ainsi que de l'approvisionnement en matériel médical des hôpitaux et camps de réfugiés des territoires en guerre de l'ex-Yougoslavie (1994-1995).

En 1995, il s'engage pour deux ans au 33e Régiment d'infanterie de marine[4]. Puis en 1997 il entre dans la police, comme gardien de paix d'abord, puis comme lieutenant à la Section des enquêtes et recherches du SDPJ 93. Quinze ans plus tard, peu après son premier succès littéraire, il se met en disponibilité[4].

Ses trois premiers romans sont composés autour de la figure d'un "Capitaine Coste", flic humaniste et sensible. En Angleterre, The Lost and the Damned, la traduction de Code 93 par Nick Caistor, recueille des articles élogieux du Times (qui l'élit "Crime Book of the Month") et du Financial Times.

En octobre 2020, il publie Impact, un polar en forme de manifeste écologiste radical[5]. Ce sixième roman met en scène un soldat des forces spéciales, reconverti en écoterroriste, qui décide de s'attaquer au plus grand meurtrier de tous les temps, la pollution, via un de ses représentants, le patron d'une multinationale pétrolière.

Il participe également à des collectifs de scénaristes, en particulier pour la série Engrenages.

Il fait partie du collectif d'artistes La Ligue de l'Imaginaire.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Série Capitaine Coste[modifier | modifier le code]

  1. Code 93, Éditions Michel Lafon, 2013, 363 p. (ISBN 978-2-7499-1778-8)[6]
  2. Territoires, Éditions Michel Lafon, 2014, 394 p. (ISBN 978-2-7499-2212-6)[7]
  3. Surtensions, Éditions Michel Lafon, 2016, 505 p. (ISBN 978-2-7499-2816-6)[8]Prix du polar européen 2016 du Point[9]

Autres romans[modifier | modifier le code]

Collectifs[modifier | modifier le code]

  • Je suis encore là, recueil collectif Crimes de sang froid, Nouveau Monde, 2018, réédition Points Policier 2019. D'après l'histoire réelle du tueur en série Pedro Alonso López
  • Belles rencontres / photographies Xavier Hacquard, Vincent Loison, préf. de J.-B. Pouy. Paris : Éd. de la Grange Batelière, 2021, p. 74-75. (ISBN 979-10-97127-17-6)

Scénarios[modifier | modifier le code]

Collectif[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Olivier Norek, flic-écrivain : “Une année dans le 93 équivaut à dix ans dans un autre département” », sur Télérama (consulté le )
  2. « Decazeville. Grève à Radio France : «L'état a une vraie responsabilité» », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  3. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le ).
  4. a et b Didier Arnaud, « Ours polar », Libération, no 12275,‎ , p. 28 (ISSN 0335-1793, lire en ligne, consulté le ).
  5. « Olivier Norek : "Le réchauffement climatique, c'est le serial killer le plus efficace de tous les temps" », sur franceinter.fr (consulté le )
  6. « Code 93, le roman d'Olivier Norek, un flic toulousain », sur RTBF Culture, (consulté le ).
  7. Mathias Destal, « Territoires, le polar qui raconte comment les maires du 93 tiennent leurs villes », sur Marianne, (consulté le ).
  8. Bruno Corty, « Surtensions, d'Olivier Norek : « Le polar n'est pas que de la détente » », sur Le Figaro, (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  9. Claude Combet, « Olivier Norek remporte le prix du polar européen 2016 du Point », sur Livres Hebdo, (consulté le ).
  10. Le Parisien, « EN IMAGES. Voici le palmarès des Etoiles 2017 du Parisien », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « Olivier Norek lauréat du prix Maison de la Presse », sur LExpress.fr, (consulté le )
  12. « Olivier Norek, Franck Bouysse... Les lauréats du prix Babelio 2019 », sur www.actualitte.com (consulté le )
  13. « Olivier Norek, lauréat du prix Relay 2019 », sur Livres Hebdo (consulté le )
  14. « Decazeville. Le Prix de l'Embouchure à Olivier Norek », sur ladepeche.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]