Olivier Norek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Olivier Norek
Description de l'image Norek au cellier 07324.jpg.
Naissance (45 ans)
Toulouse
Activité principale
écrivain, scénariste, officier de police
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
roman policier

Olivier Norek, né en à Toulouse, est un écrivain et scénariste français, capitaine à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis. Policier de formation, ses 4 romans et ses 2 scénarios relèvent du thriller social[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Olivier Norek est le petit-fils d'Herbert Paul Norek, sous-officier dans la légion étrangère, né en 1903 à Breslau (Silésie) et naturalisé français en 1935[2]. Son père Claude Norek, né en 1947 à Aubin, est haut fonctionnaire et occupe le poste de directeur général de Radio France de 1999 à 2004[3].

Olivier Norek travaille d'abord en tant que bénévole chez Pharmaciens sans frontières durant trois années, lors desquelles il participe à la réhabilitation de l'hôpital de Saint-Laurent-du-Maroni en Guyane, ainsi que de l'approvisionnement en matériel médical des hôpitaux et camps de réfugiés des territoires en guerre de l'ex-Yougoslavie (1994-1995). Il est caporal-chef au 33e RIMa pendant deux ans[4]. Il entre ensuite dans la police, et devient lieutenant à la section des enquêtes et recherches du SDPJ 93. Peu après ses premiers pas littéraires, il se met en disponibilité[4].

Ses trois premiers romans sont composés autour de la figure d'un "Capitaine Coste", flic humaniste et sensible.

Il fait partie du collectif d'artistes La Ligue de l'Imaginaire.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Série Capitaine Coste[modifier | modifier le code]

  1. Code 93, Éditions Michel Lafon, 2013, 363 p. (ISBN 978-2-7499-1778-8)[5]
  2. Territoires, Éditions Michel Lafon, 2014, 394 p. (ISBN 978-2-7499-2212-6)[6]
  3. Surtensions, Éditions Michel Lafon, 2016, 505 p. (ISBN 978-2-7499-2816-6)[7]Prix du polar européen 2016 du Point[8]

Autres romans[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Je suis encore là, recueil collectif Crimes de sang froid, Nouveau Monde éditions 2018, réédition Points Policier 2019. D'après l'histoire réelle du tueur en série Pedro Alonso López

Scénarios[modifier | modifier le code]

Collectif[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « BIOGRAPHIE Olivier Norek »
  2. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le 18 août 2019)
  3. « Decazeville. Grève à Radio France : «L'état a une vraie responsabilité» », sur ladepeche.fr (consulté le 19 août 2019)
  4. a et b Didier Arnaud, « Ours polar », Libération, no 12275,‎ , p. 28 (ISSN 0335-1793, lire en ligne, consulté le 27 novembre 2020).
  5. « Code 93, le roman d'Olivier Norek, un flic toulousain », sur RTBF Culture, (consulté le 12 avril 2016).
  6. Mathias Destal, « Territoires, le polar qui raconte comment les maires du 93 tiennent leurs villes », sur Marianne, (consulté le 12 avril 2016).
  7. Bruno Corty, « Surtensions, d'Olivier Norek : « Le polar n'est pas que de la détente » », sur Le Figaro, (ISSN 0182-5852, consulté le 12 avril 2016).
  8. Claude Combet, « Olivier Norek remporte le prix du polar européen 2016 du Point », sur Livres Hebdo, (consulté le 12 avril 2016).
  9. Le Parisien, « EN IMAGES. Voici le palmarès des Etoiles 2017 du Parisien », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2020).
  10. « Olivier Norek lauréat du prix Maison de la Presse », sur LExpress.fr, (consulté le 19 mai 2020)
  11. « Olivier Norek, Franck Bouysse... Les lauréats du prix Babelio 2019 », sur www.actualitte.com (consulté le 19 mai 2020)
  12. « Olivier Norek, lauréat du prix Relay 2019 », sur Livres Hebdo (consulté le 19 mai 2020)
  13. « Decazeville. Le Prix de l'Embouchure à Olivier Norek », sur ladepeche.fr (consulté le 19 mai 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]