Olivier Bourdeaut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie « Bourdeaut » redirige ici. Pour les articles homophones, voir Bourdeau et Bourdeaux.
Olivier Bourdeaut
Naissance
Nantes, France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français

Œuvres principales

Olivier Bourdeaut est un écrivain français, né le [1],[2] à Nantes dans la Loire-Atlantique[3].

Son premier roman En attendant Bojangles, paru en aux éditions Finitude, est récompensé la même année du prix France Culture-Télérama, du grand prix RTL-Lire, du prix Emmanuel-Roblès, et du prix Roman France Télévisions.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un notaire nantais, Olivier Bourdeaut est le troisième d'une famille de cinq enfants. Après son échec au brevet des collèges, il s'oriente vers un BEP vente-action marchande et devient agent immobilier à Nantes[4]. À l'âge de trente ans, il perd son travail et décide de se consacrer à la littérature. Il travaille durant deux ans à l'écriture d'un premier roman, sombre, qui ne trouvera cependant aucun éditeur. Alors qu'il réside chez ses parents en Espagne, il se consacre à l'écriture, rapide en sept semaines, d'un autre roman léger et loufoque qui deviendra En attendant Bojangles[5]. Publié par les éditions Finitude, les premières à s'en être porté acquéreur, le livre reçoit le soutien enthousiaste de Jérôme Garcin dans Le Nouvel Observateur[6],[7] et rencontre immédiatement un énorme succès auprès du public[7].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Olivier Bourdeaut », sur Finitude, (consulté le 21 mars 2016).
  2. « Olivier Bourdeaut », sur catalogue.bnf.fr.
  3. Éric Cabanas, « Le roman du Nantais Olivier Bourdeaut fait sensation », sur Presse-Océan, (consulté le 21 mars 2016).
  4. « Olivier Bourdeaut, ou la revanche d'un "loser" magnifique », L'Express,‎ (lire en ligne).
  5. (es) Irene González Cueto, « "Esperando a mister Bojangles" de Olivier Bourdeaut », Cultural Resuena,‎
  6. Retenez bien ce nom : Olivier Bourdeaut par Jérôme Garcin dans Le Nouvel Observateur du 11 janvier 2016.
  7. a et b Bojangles bien arrivé, Bourdeaut aussi par Pierre Assouline sur La République des livres le 12 février 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]