Aller au contenu

Olivier Bloch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Olivier Bloch
Fonction
Directeur
Centre d'histoire des philosophies modernes (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
OrléansVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Olivier René BlochVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Olivier Bloch, né à Paris le et mort le à Orléans[1], est un philosophe français, professeur émérite d’histoire de la philosophie à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille d'avocats[2], Olivier Bloch a étudié à Paris aux lycées Carnot et Janson-de-Sailly. Élève d’hypokhâgne et de khâgne au lycée Louis-le-Grand (1947-1949) il a également été élève de l’ENS-Ulm (1949-1954)[3] et il obtint l'agrégation en 1954. Assistant de 1962 à 1967, maître-assistant de philosophie à la Sorbonne, ensuite à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne de 1967 à 1971.

Olivier Bloch a obtenu son doctorat en 1970. Sa thèse était dirigée par Henri Gouhier et porte sur La Philosophie de Gassendi – Nominalisme, matérialisme et métaphysique. Olivier Bloch a occupé à Paris-1 les fonctions de directeur de l’UER de philosophie de 1980 à 1983, et de directeur du CHSPM (Centre de recherche sur l’histoire des systèmes de pensée moderne) de 1983 à 1995[4].

Il était professeur à l'université de la Sorbonne à Paris, puis à l’université Paris 12-Val-de-Marne à Créteil, ensuite à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est professeur émérite depuis 1995[5].

Il est un membre fondateur du Comité international d'initiative pour l’inventaire des manuscrits philosophiques clandestins des XVIIe et XVIIIe siècles. Il est également le fondateur de la revue La Lettre clandestine, et participe aux Journées d’études sur la littérature philosophique clandestine organisées chaque année à Paris-XII.

Domaines de recherche[modifier | modifier le code]

Ses recherches portent sur l’histoire de la philosophie (sur ses doctrines, courants et traditions matérialistes), les matérialismes dans l'Antiquité (aristotélisme, épicurisme et stoïcisme) et de l’âge classique (en France et en Grande-Bretagne comme Marx, Engels, et les traditions marxistes) et les traditions libertines et clandestines de l’âge classique.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Un bouquet de fleurs du mal. Anthologie de textes matérialistes d'Aristote à Marx, Pocket, 2019.
  • Molière : comique et communication, Le Temps des cerises, 2009 [compte rendu en ligne].
  • L'Idée de révolution : quelle place lui faire au XXIe siècle ?, sous la direction d'Olivier Bloch, Publications de la Sorbonne, 2009 [présentation en ligne].
  • Lettres à Sophie - Lettres sur la Religion, Sur l’âme humaine, et Sur l’existence de Dieu, (éd. critique), Honoré Champion, 2004.
  • Molière/Philosophie, Albin Michel, 2000 [compte dans les Annales].
  • Matière à Histoires, Vrin, 1997.
  • Le Matérialisme, PUF, "Que sais-je ?", 1995.
  • Parité de la vie et de la mort – La Réponse du médecin Gaultier, Voltaire Foundation et Universitas, 1993.
  • Spinoza au XVIIIe siècle, Les Méridiens-Klincksieck, 1990.
  • Le Matérialisme du XVIIIe siècle et la littérature clandestine, Vrin, 1982.
  • Images au XIXe siècle du matérialisme du XVIIIe siècle, Desclée, 1979.
  • La Philosophie de Gassendi - Nominalisme, matérialisme et métaphysique, Nijhoff, 1971.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « BLOCH Olivier Rene », sur deces.matchid.io (consulté le )
  2. Didier Gil, « Disparition. Olivier Bloch, le matérialiste des matérialismes », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. « L'annuaire », sur ens.fr (consulté le ).
  4. « Centre d'histoire des philosophies modernes de la Sorbonne », sur centredhistoiredesphilosophiesmodernesdelasorbonne.pantheonsorbonne.fr.
  5. Centre d’histoire des systèmes de pensée moderne

Liens externes[modifier | modifier le code]