Olivier Bertrand (journaliste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Olivier Bertrand.
Olivier Bertrand
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (55 ans)
Nationalité
Formation
Activité

Olivier Bertrand, né le , est un journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et débuts[modifier | modifier le code]

Olivier Bertrand passe une partie de son enfance à Épinay-sous-Sénart en Essonne. Après avoir travaillé très jeune il passe un examen spécial d'entrée à l'université (ESEU) et suit pendant trois années des cours d'esthetique à Paris I Panthéon-Sorbonne, puis de journalisme à l'institut français de presse de l'université Panthéon-Assas où il obtient un DESS[1]. Il commence sa carrière de journaliste avec un stage à Nice-Matin puis des piges pour des magazines spécialisés pendant ses études.

Carrière journalistique[modifier | modifier le code]

Journaliste chez Libération[modifier | modifier le code]

Après ses études, il travaille comme pigiste pour le quotidien Libération, chargé notamment de l'actu le week-end sur le 3615 Libé, sur le minitel. Il devient correspondant du journal en Essonne où il couvre les affaires politico-judiciaires touchant le département, et les émeutes urbaines nombreuses alors dans les quartiers, aux Tarterêts et à la Grande Borne notamment. Il entre ensuite au service politique du journal puis au service société pour couvrir la banlieue et la politique de la ville[1].

En 2000, il devient correspondant pour Libération à Lyon où il restera 10 ans[2]. Il lance en 1997 le blog LibéLyon, premier des Libévilles, blogs d'information locale lancés à cette époque par Libération. Il s'installe ensuite à Marseille et relate pour le journal l'actualité de PACA et de la Corse[1]. Parallèlement à son métier de journaliste il réalise plusieurs documentaires pour la télévision comme Un soir d’été, un étranger[3] et Vaulx-en-Velin, la cité retrouvée[4].

De 2013 à 2014, membre du comité d'entreprise de Libération, il est l'un des acteurs[5] des négociations entre les journalistes et les actionnaires dans les crises économique et de confiance profondes que traverse le quotidien.

Cofondateur du site "Les jours"[modifier | modifier le code]

En 2015, après 23 ans à Libération, il quitte le journal pour co-fonder Les Jours, un site web d'informations[1],[6].

Arrestation et expulsion de Turquie[modifier | modifier le code]

Le 11 novembre 2016, alors qu'il effectue un reportage dans la province de Gaziantep en Turquie, il est arrêté et placé en garde à vue puis en rétention par les autorités turques[7], officiellement pour ne pas avoir demandé d'accréditation à la Direction générale de la presse et de l'information pour un reportage près de la frontière syrienne[8]. On lui reproche aussi des écrits en faveur de la confrérie de Fethullah Gülen, instigateur désigné de la tentative de coup d'État de 2016 en Turquie[9]. Il est libéré trois jours plus tard et expulsé vers la France[10]. Il raconte alors dans Les Jours ces trois jours de détention[11].

Publication des Imprudents[modifier | modifier le code]

En mars 2019 il publie son premier livre, Les Imprudents, aux Éditions du Seuil. L'ouvrage raconte le massacre, le 3 mars 1944, de tous les habitants d'un hameau de Labastide-de-Virac, village de l'Ardèche, par les hommes de la division SS Hohenstaufen. Quinze personnes vivaient dans le hameau mais on a retrouvé seize corps. Les Imprudents raconte l'enquête menée par l'auteur, soixante-quinze ans après, pour retrouver l'identité de l'inconnu, jeune résistant venu de Levallois-Perret et nommé René Auguste Desandre.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les Imprudents, Le Seuil, 2019. (ISBN 2021413101). Ayant des attaches familiales avec le lieu, Olivier Bertrand publie une enquête historique sur le massacre de Labastide-de-Virac où 16 habitants ont été exécutés par une colonne allemande le [12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Nadja Pobel, « Olivier Bertrand, de Libé aux Jours » sur Le Petit Bulletin, 12 mai 2015
  2. Manon Biarese, « Rencontre : Olivier Bertrand, correspondant de Libération » sur le site de l'Académie d'Aix-Marseille, 19 avril 2013
  3. « Un soir d'été, un étranger (Olivier Bertrand) - la cinémathèque Varan », sur www.ateliersvaran.com (consulté le 10 septembre 2019)
  4. Laurence Loison, « Vaulx-en-Velin, la cité retrouvée : la politique de la ville fait son film  » sur Le Progrès, 24 juillet 2011
  5. Alexandre Piquard, « Dans les pertes de "Libération", tout le monde a une part de responsabilité », sur lemonde.fr, quotidien, (consulté le 19 octobre 2019)
  6. Emmanuelle Anizon, « Les Jours : il y a une vie après "Libé" » sur Télérama, 10 mars 2015
  7. LeMonde.fr avec AFP, « Le journaliste Olivier Bertrand arrêté en Turquie » sur Le Monde, 12 novembre 2016
  8. Doğan Haber Ajansı, « Gözaltına alınan Fransız gazeteci Olivier Bertrand'a sınırdışı », sur hurriyet.com.tr, (consulté le 13 novembre 2016)
  9. Alexandra Schwartzbrod, « Olivier Bertrand libéré, la presse turque bâillonnée », sur liberation.fr, (consulté le 13 novembre 2016)
  10. LeMonde.fr avec AFP, « Le journaliste Olivier Bertrand est libre » sur Le Monde, 13 novembre 2016
  11. « Trois jours à l’ombre de la dictature », sur Les Jours, (consulté le 10 septembre 2019)
  12. Les Imprudents, édition du Seuil sur le site Seuil.com.