Olivier Barde-Cabuçon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Olivier Barde-Cabuçon
Description de l'image defaut.svg.
Activité principale
Distinctions
Prix Sang d’encre (2012)
Prix Historia du roman policier historique (2013)
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

  • Série Commissaire aux morts étranges

Olivier Barde-Cabuçon est un écrivain français, auteur de plusieurs romans policiers historiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Titulaire d'un master 2 en droit et d'un autre en ressources humaines, il est juriste pendant un temps dans un cabinet d'avocats, puis directeur des relations sociales dans un groupe international.

En 2006, il se lance dans l'écriture. Son intérêt pour l'histoire du XVIIIe siècle et la littérature policière l'amène à créer la série des romans policiers historiques consacrée aux enquêtes du Commissaire aux morts étranges assisté du moine hérétique, sous le règne de Louis XV.

Olivier Barde-Cabuçon vit à Lyon.

Le XVIIIe siècle est pour Olivier Barde-Cabuçon l’occasion d’explorer la part d’ombres du siècle des Lumières.

Une constante majeure de ses romans apparaît dans l’opposition entre la raison, la foi et les superstitions.

Casanova et la femme sans visage aborde ainsi le thème de l’alchimie et des faux mages, Messe noire, celui du satanisme, et Tuez qui vous voulez celui des convulsionnaires.

Ces mêmes thèmes permettent facilement de déborder sur la transgression des interdits et l’inversion de l’ordre social, celle-ci trouvant son point culminant dans Tuez qui vous voulez où un mystérieux inconnu veut ressusciter la fête des fous.

Le problème de l’identité réelle est maintes fois évoqué et porté à son paroxysme dans Humeur noire à Venise où les visages sont des masques (le même mot en dialecte vénitien étant employé pour visage et masque) et les cours des palais des scènes de théâtre.

Le travestissement d’un chevalier d’Eon dans Tuez qui vous voulez ou de Violetta dans Humeur noire à Venise reflète cette inquiétude perpétuelle de connaître qui se cache sous le masque des apparences. L’identité réelle est donc toujours sujette au doute. Quant à la parole, elle ne doit pas être prise au pied de la lettre, particulièrement dans la Venise sophistiquée du XVIIIe siècle et sa complexe société.

Dans Entretien avec le diable, la vallée perdue dans laquelle se situe l'action symbolise tout le XVIIIe siècle, partagé entre la foi avec l'abbaye, pouvoir spirituel, qui surplombe le village, pouvoir temporel, et la forêt qui symbolise tout l'imaginaire ancestral des villageois. L'irruption du duo d'enquêteurs dans cette vallée illustre celle de la raison dans ce siècle.

Autre fil conducteur de l'œuvre, la liberté est clairement exprimée comme un enjeu fondamental du XVIIIe siècle, siècle des idées qui, tel Casanova, éternel voyageur, passe désormais les frontières.

Le duo d'enquêteurs est un élément étranger dans le corps de la monarchie par sa liberté de penser autrement que le pouvoir en place. Il préfigure de ce fait la prochaine révolution dont les germes sont semées sous le règne de Louis XV.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Série Commissaire aux morts étranges[modifier | modifier le code]

  1. Casanova et la femme sans visage[1], Actes Sud, coll. « Actes noirs », 2012, 327 p. (ISBN 978-2-330-00278-7)
  2. Messe noire[2], Actes Sud, coll. « Actes noirs », 2013, 364 p. (ISBN 978-2-330-01641-8)
    Prix Historia du roman policier historique 2013[3]
  3. Tuez qui vous voulez, Actes Sud, coll. « Actes noirs », 2014, 378 p. (ISBN 978-2-330-02773-5)
  4. Humeur noire à Venise, Actes Sud, coll. « Actes noirs », 2015, 336 p. (ISBN 978-2-330-04805-1)
  5. Entretien avec le diable, Actes Sud, coll. « Actes noirs », 2016, 368 p. (ISBN 978-2-330-06058-9)
  6. Le Moine et le Singe-roi, Actes Sud, coll. « Actes noirs », 2017

Romans indépendants[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Portrait de l’artiste avec une balle dans la tête[4], 2015

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe-Jean Catinchi, « Lumières sur le crime », sur Le Monde, (consulté le 4 février 2015)
  2. Julie Malaure, « " Messe noire ", d'Olivier Barde-Cabuçon », sur Le Point.fr, (consulté le 4 février 2015)
  3. Julien Védrenne, « Prix Historia du roman policier historique 2013 », sur k-libre.fr (consulté le 4 février 2015)
  4. « Portrait de l'artiste avec une balle dans la tête d'Olivier Barde-cabuçon par la Cie Raccordés, du 20 au 23 mai à 20h30 au Théâtre de l'Uchronie, Marseille », sur Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles, (consulté le 11 novembre 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]