Olivia Shakespear

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Olivia Shakespear
Description de l'image Olivia Shakespear.png.
Naissance
Île de Wight
Décès (à 75 ans)
Londres
Auteur
Langue d’écriture anglais
Genres

Olivia Shakespear (née Tucker le sur l'Île de Wight et décédée le à Londres) était une auteur de romans et pièces de théâtre anglaise. Elle eut une longue relation avec William Butler Yeats.

Biographie[modifier | modifier le code]

Olivia Tucker était le deuxième enfant du major-général de l'Armée des Indes britanniques Henry Tod Tucker et de son épouse Harriet Maria Johnson. Elle fut éduquée à domicile[1].

Le , elle épousa Henry Hope Shakespear (1849–1923), un avocat avec qui elle eut une fille Dorothy née le qui épousa Ezra Pound en 1914[1].

En avril 1894, lors du dîner de lancement du Yellow Book d'Aubrey Beardsley, elle fit la connaissance de William Butler Yeats avec qui elle entama une longue liaison. Ils se séparèrent en 1897 en raison de son obsession pour Maud Gonne. Son roman de 1898 Rupert Armstrong emprunte une partie de son intrigue à sa relation avec Yeats. Ils se rencontrèrent à nouveau en 1899 et redevinrent amis[1].

Elle écrivit deux pièces égyptiennes avec Florence Farr : The Beloved of Hathor et The Shrine of the Golden Hawk que cette dernière monta en 1902.

Elle appartenait, avec Yeats et Farr, ainsi que sa fille Dorothy, aux milieux occultistes londoniens[2].

Annexes[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Romans :
    • Love on a Mortal Lease (1894)
    • Beauty's Hour (1894)
    • The Journey of High Honour (1894)
    • The False Laurel (1896)
    • Rupert Armstrong (1898)
    • The Devotees (1904)
    • Uncle Hilary (1909)
  • Théâtre :
    • The Beloved of Hathor
    • The Shrine of the Golden Hawk

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John Harwood, « Shakespear, Olivia (1863–1938) », Oxford Dictionary of National Biography,‎ (lire en ligne)
  • (en) Demetres P. Tryphonopoulos, « Ezra Pound's Occult Education », Journal of Modern Literature, vol. 17, no 1,‎ , p. 73-96

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]