Olivetti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Olivetti
logo de Olivetti
illustration de Olivetti

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs Camillo OlivettiVoir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Società per azioni unipersonale (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Design meets TechnologyVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social IvréeVoir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Telecom Italia (100 %)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Information technology industry (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Produits Matériel informatique, machine à écrire et technologie de l'information[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Société mère Telecom ItaliaVoir et modifier les données sur Wikidata
TVA européenne IT02298700010Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.olivetti.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Olivetti S.p.A. est une société italienne fondée par Camillo Olivetti en 1908 à Ivrée[2]. Sous l'égide de la famille Olivetti, la société devint un des leaders mondiaux dans la fabrication de machines à écrire mécaniques, puis électriques, avant de se lancer dans l'informatique. Elle développe aujourd'hui des imprimantes professionnelles, des caisses enregistreuses, des tableaux interactifs, des tablettes et des machines d'impression tridimensionnelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1908, Camillo Olivetti ouvre la première fabrication de machines à écrire d'Italie. Trois ans plus tard, Olivetti lance sa première machine : la M1. Le fils de Camillo, Adriano Olivetti, nommé directeur général en 1933 développe la société jusqu'à sa mort en 1960[2].

En 1933, les nazis ferment l’école du Bauhaus en Allemagne, Olivetti propose à l’un de ses meilleurs designers, Xanti Schawinsky de rejoindre l’entreprise[3].

À partir de 1949 la société se diversifie dans la fabrication de plusieurs appareils mécanographiques pour se développer ensuite dans l'informatique[4], après une première alliance avec Bull[5], l'un des constructeurs proposant une informatique plus décentralisée. Après la mort accidentelle d'Adriano Olivetti et du responsable de la recherche-développement, Mario Chu, la division Ordinateurs, non rentable, est vendue à l'Américain General Electric, qui prend simultanément le contrôle de la compagnie française Bull[6].

Pier Giorgio Perotto un ingénieur faisant partie de l'entreprise Olivetti est l’inventeur d'un des premiers ordinateurs de bureau, la « Programma 101 »[7], commercialisée en 1965 et utilisée entre autres par la NASA à l'occasion de la mission Apollo 11[8].

Elle est alors l'une des plus grandes multinationales de la péninsule, jusqu'à sa reconversion dans les télécommunications au début des années 1990. En effet, la crise informatique mondiale a entraîné de lourdes restructurations de son outil industriel (lequel avait employé jusqu'à 20 000 salariés dans la région d'Ivrea).

En 2003, l'opérateur national Telecom Italia a lancé une OPA sur Olivetti, devenant son unique actionnaire et le plus grand opérateur de télécommunication de la péninsule.

Galerie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Charlotte Fiell et Peter Fiell, Design of the 20th Century, Cologne, Tashen, (ISBN 3-8228-5873-0)
  • Elisabetta Mori, Olivetti Elea 9003. Storia e diesign del primo computer commerciale italiano, Università degli Studi di Firenze, 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « https://www.olivetti.com/it/corporate/lazienda/olivetti-in-numeri »
  2. a et b Charlotte Fiell, Peter Fiell 1999, p. 526-529.
  3. « A Ivrea, Olivetti ou les vestiges d’une utopie italienne », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Elisabetta Mori, Olivetti Elea 9003. Storia e diesign del primo computer commerciale italiano, Università degli Studi di Firenze, 2012.
  5. Alex Pousseur, « La mécanographie... et les prémices des ordinateurs de 1931 à 1959 », sur histoireinform.com, Fédération des Équipes Bull Belgique-Luxembourg (consulté le )
  6. Pierre Mounier-Kuhn, "Bull, la recherche publique et les marchés internationaux : développement de calculateurs et coopération franco-italienne (1949-1980)", Politiche scientifiche e strategie d’impresa nella Ricostruzione: Un confronto Francia-Italia, École Française de Rome & Università degli Studi di Bologna, 2003
  7. (it) « Université de Pavia : “Olivetti Programma 101 - Primo computer da tavolo al mondo” »
  8. (en) « NASA JOHNSON SPACE CENTER ORAL HISTORY PROJECT - ORAL HISTORY TRANSCRIPT - DAVID W.WHITTLE - INTERVIEWED BY SANDRA JOHNSON - HOUSTON, TEXAS – 16 FEBRUARY 2006 »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :