Olga de Amaral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Olga de Amaral
Olga in Ubaté.jpg
Olga de Amaral à Ubaté, Cundinamarca, Colombie, 1944.
Naissance
Nationalité
Activité
Formation
Cranbrook Academy of Art (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Olga de Amaral, née en 1932 à Bogota en Colombie, est une artiste visuelle connue pour ses œuvres abstraites à grande échelle  réalisées au moyen de fibres et de couverts en or et/ou en feuille d'argent. En raison de sa capacité à concilier les préoccupations locales avec l'évolution de la situation internationale, elle est devenue l'une des rares artistes d'Amérique du Sud internationalement connue pour son travail de la fibre au cours des années 1960 et 1970[1]. Elle est aussi considérée comme une importante praticienne du développement de l'abstraction de l'Amérique latine d'après-guerre. Elle a développé un langage unique avec une diversité du vocabulaire du tissage, de la peinture, et la sculpture traditionnelle. Ses œuvres sont conservées dans de grands musées à travers l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud, et également dans les plus grandes collections publiques et privées.

Biographie et éducation[modifier | modifier le code]

Olga de Amaral est née Olga Ceballos Velez à Bogota de parents originaires de ldu département d'Antioquia en Colombie. Elle a vécu dans une famille religieuse traditionnelle avec 5 sœurs et 2 frères. Elle a grandi dans un quartier traditionnel de Bogota dans une atmosphère familiale chaleureuse et sécuritaire, entretenant une relation privilégiée avec sa mère aimante et attentionnée.

Après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires, elle a obtenu, en 1951-52, un diplôme en conception architecturale au Colegio Mayor de Cundinamarca à Bogota. Après l'obtention du diplôme, la future artiste textile a travaillé pendant un an comme directrice de la faculté de dessin architectural de la même école. En 1954, elle se rend aux États-Unis pour étudier l'anglais à New York à l'Université de Columbia. Elle a ensuite déménagé et étudié l'art de la fibre à Cranbrook Community à Bloomfield Hills, Michigan, USA (1954-55). L'artiste chérit cette période de son éducation et la considère cruciale pour son développement artistique postérieur: « À Cranbrook, l'atelier textile avait huit métiers à tisser contre les fenêtres: l'un d'eux, dans le coin, serait ma maison pendant un an. , J'ai vécu mes moments les plus intimes de solitude, il est né de ma certitude sur la couleur, sa force, je me sentais comme si j'aimais la couleur comme si c'était quelque chose de tangible.J'ai aussi appris à parler en couleur.Je me souviens avec nostalgie que l'expérience en Dont les âmes ont touché les mains ».

À Cranbrook, elle rencontre Jim Amaral et ils deviennent des amis proches. En 1955, après un an à Cranbrook, elle retourne en Colombie et commence à confectionner des textiles décoratifs pour ses amis architectes. Pendant ce temps, Jim Amaral était dans la marine américaine, sur une base aux Philippines. En 1956, Jim a visité la Colombie pour voir Olga, initialement pendant quelques semaines. Peu de temps après, Jim Amaral et Olga Ceballos Velez se sont mariés et sont installés à Bogota. Ils ont fondé une famille (enfants Diego et Andrea) et un atelier de tissus tissés à la main. Durant cette période, Jack Lenor Larsen a visité la Colombie et l'atelier d'Amaral. Il s'intéresse aux tapisseries d'Olga. Leur relation professionnelle et artistique est devenue cruciale dans la projection de son travail à l'international dans le monde de la tapisserie contemporaine. En 1965, Amaral a fondé et enseigné à la Faculté des textiles de l'Université des Andes de Bogota. En 1966-1967, la famille Amaral résidait à New York. Olga de Amaral a rencontré Eileen Vanderbilt du World Crafts Council et est devenue son représentant pour la Colombie. Avec la collaboration de Jack Lenor Larsen, Olga de Amaral a exposé ses tapisseries à New York (exposition solo dans la salle d'exposition de Jack Lenor Larsen à New York en 1967), enseignée à l'École de métiers de Penland en Caroline du Nord et à Haystack Mountain School of Maine. Après le retour en Colombie, les Amarals se sont rendus à Popayán et à la région de Tierradentro avec son incontournable San Agustín. Plus tard, Olga a visité le Pérou comme représentant du COE.

Lors d'une visite rapide en Irlande pour participer à une conférence du COE, Olga a rencontré Lucie Rie, une céramiste britannique qui l'a inspirée à incorporer l'or dans les tapisseries. Au début des années 1970, les Amarals s'installèrent à Barcelone puis à Paris. Ils ont visité la Grèce, l'Italie, la Hollande, la Belgique, la Suisse, la Suède et l'Angleterre. Ils ont établi des contacts avec les centres d'art européen. Ils ont vécu pendant un certain temps en Europe, puis sont retournés à Bogota, ont visité différentes régions de la Colombie, puis sont retournés en France, au milieu d'expositions, de travail et de nouvelles amitiés. Un autre voyage important pour l'artiste a été son voyage au Japon. Aujourd'hui, Olga de Amaral vit et travaille à Bogota, en Colombie.

Art[modifier | modifier le code]

Árbol j', 2013; 200 x 40 cm; lin, du gesso, de la peinture acrylique et feuille d'or.
Nudo XV, 2013; 285 x 30 cm; lin, du gesso et peinture acrylique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sarah Parrish, Fiber: Sculpture 1960-present, Institute of Contemporary Art/Boston and Delmonico Books Prestel, , 182 p. (ISBN 978-3-7913-5382-1)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]