Olga Boldyreff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boldyreff.

Olga Boldyreff, née le à Nantes (Loire-Atlantique), est une artiste française. Artiste polymorphe, elle s'est formée au contact de l'Avant-garde russe et des artistes du post Minimalisme (art), de l'Antiforme et de l'Arte Povera.

Biographie[modifier | modifier le code]

Olga Boldyreff nait en 1957 de parents russes exilés originaires de Rostov-sur-le-Don. Après un premier voyage en 1976 en URSS pour y retrouver sa famille, Olga Boldyreff commence à s'interroger sur les questions d'identité composée et de leurs influences sur la création.

Titulaire d'un baccalauréat option arts plastiques obtenu en 1977, elle intègre l’École des Beaux-Arts de Nantes où elle obtient le Diplôme national supérieur d'expression plastique option art en 1982.

Dès 1980, elle réalise une performance intitulée Moi, je me balance et entame dès lors une création continue entre la France et la Russie, entre tradition et modernité. En 1981, elle participe au festival de performances Nantes-Düsseldorf organisé à l’École des Beaux-Arts de Nantes où elle s'intéresse aux questions de l'exil.

En 1983, la ville de Nantes lui décerne le prix Jeune espoir peinture. Elle participe à l'atelier-galerie d'artistes à Nantes Cas d'urgence créé par Marie O Marchand aux côtes des artistes J. Bannier, Philippe Cognée, J. Fléaca, M.O. Marchand, B. Plantive, O. Puibaraud, P. Raguideau.

De 1985 à 1990, Olga Boldyreff voyage régulièrement en Grande-Bretagne puis s'installe au Pays de Galles où elle obtient une bourse du Welsh Arts Council. De retour en France, elle organise en tant qu'artiste-commissaire d'exposition deux événements majeurs avec le soutien du British Council.

L’œuvre d'Olga Boldyreff couvre indifféremment les champs du dessin, de l'écriture, de la peinture, de la sculpture, de la vidéo et de la performance. Elle associe aux pratiques traditionnelles des beaux-arts des matériaux (fil, feu) et des techniques (broderie, crochet, tricot, tricotin, pyrogravure) non conventionnels. Cette œuvre aux influences multiples pose les questions de la frontière entre art majeur et art mineur, du rapport au temps et à l'espace dans leurs dimensions intime et monumentale. Elle se structure autour de trois grands axes : la quête, l'amour, l'attente.

L'artiste donne régulièrement des conférences et anime des ateliers dans les écoles d'art. Elle est aussi animatrice FIP à Radio France depuis 1982.

Olga Boldyreff s'intéresse à l'œuvre de John Cage, aux chorégraphes Merce Cunningham et Alwin Nikolais. Elle aime la poésie d'Anna Akhmatova et d'Ossip Mandelstam ainsi que l’œuvre d'Andreï Makine. Elle se nourrit de l’œuvre du philosophe Gilles Deleuze et des écrits du physicien Étienne Klein.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Olga Boldyreff a bénéficié d'une aide de l'Association française d'action artistique en 1993 pour exposer en Russie au musée de Rostov-sur-le-Don.

En 1997, elle obtient l'aide du Ministère français de la culture (FIACRE) Centre national des arts plastiques, allocation de recherche en France et à l'étranger, pour le projet L'Enlèvement 1996-2000, une réalisation qu'elle mène en se déplaçant dans les quinze pays membres de l'Union européenne à l'époque.

En 2006, le musée de la Tapisserie de Tournai en Belgique lui consacre une exposition rétrospective L'Or et le fil, 25 années de création.

Entre 2008 et 2010, Olga Boldyreff conçoit le programme d'expositions Voyages et autres investigations pour le musée des beaux-arts de Calais, la galerie Stanislas Bourgain à Paris, le musée Anna Akhmatova à Saint-Pétersbourg, le musée des beaux-arts de Nantes.

Après une première exposition en 2011 à Vilnius en Lituanie, les récents travaux d'Olga Boldyreff sont présentés en 2012 à l'Institut Français de Lituanie, à la Galerie St Jean et la galerie Artifex, Vilnius.

L’œuvre d'Olga Boldyreff figure notamment dans les collections suivantes :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Giquel P. (1998), C'est là tout le secret, FRAC Bretagne, Rennes
  • Novion M. (2003) L'Enlèvement, Espace des Arts, Colomiers
  • Baudin K., Loubier P. (2005), Catalogue FRAC Nord-Pas-de-Calais
  • Marie C. (2006) Tamat, musée de la tapisserie, Tournai, Belgique
  • Forest B. (2008), Voyages et autres investigations (1), musée des beaux-arts de Calais
  • Doove E. (2010), Voyages et autres investigations (4), musée des beaux-arts de Nantes
  • Shaguina E. (2014), Bond, musée Erarta, St Petersbourg, Russie

Lien externe[modifier | modifier le code]