Oleg Liagatchev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Oleg Liagatchev
Image dans Infobox.
Naissance
Nationalité
Activités
Formation

Oleg Liagatchev, dit Helgi, né en 1939 à Léningrad en Russie, est un peintre, critique d'art et écrivain russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

  • 1939 : naissance à Léningrad, l'URSS. Père géographe; mère ayant terminé l'École d'Art Dramatique.
  • 1942 : part en évacuation avec ses parents à Omsk (Sibérie).
  • 1945, septembre : Retour à Léningrad.
  • 1955-66 : Faculté de physique de l'Université de Léningrad, puis Académie des Beaux-Arts à Léningrad (Saint-Pétersbourg).
  • 1964 : Participe à l'Exposition «des cinq peintres» au Musée de l'Ermitage.
  • 1966 : Exposition au conservatoire de musique Rimsky-Korsakoff: peintures, dessins et gravures.
  • 1967 : Rédige, avec Mikhaîl Chemiakine, le «Manifeste du groupe Pétersbourg».
  • 1968 : Premiers dessins selon sa conception d' «un l'art sémiotique».
  • 1973 : Début de la peinture sémiotique («Franz Kafka» et «Composition-Canon»).
  • 1975 : Quitte l'URSS pour la France.
  • 1976-2009 : Beaucoup d'expositions personnelles, en groupe (Europe, USA, Russie, Japon). Salons et Biennales (dont la Biennale de Venise, 1977).
  • 1993-2009 : Sept livres des poèmes; quatre romans.
  • 1995-2004 : Période du «classicisme abstrait» (projets, peintures, cubes).
  • De 2004 à ce jour : Nouvelle Synthèse.

Périodes artistiques[modifier | modifier le code]

Période dite du « Groupe Pétersbourg » 1963-68[modifier | modifier le code]

Des premiers travaux (paysages, portraits, natures-mortes) jusqu'aux travaux abstraits et aux recherches de style particulier, c'est une tendance expressionniste. Les œuvres de cette période sont souvent réalisées sur du carton, carton-bois, plus rarement sur toile en utilisant la technique de l'huile ou du tempera. Le fond comporte souvent du sable. («Rue Borovaia», 1965; «Autoportrait», 1966; «Portrait de femme», 1967; «Adam et Eve», «Pieta», tous deux en 1967; «Petit série abstraite», 1966; «Série abstraite à fond reliefé», 1966)

Période visuelle sémiotique 1968-76[modifier | modifier le code]

Travail sur le système des signes sémiotiques lié aux théories des structuralistes (Ch. Peirce, Ch. Morris, R. Barthes). Il se transpose dans le dessin, la technique de l'aquarelle et enfin s'affiche clairement dans la peinture: dans le «Portrait de Franz Kafka», 1973 (Musée National Russe, Saint-Pétersbourg), dans les «Canons»: «Composition-Canon», 1975. Cette période se poursuit après l'installation du peintre en France, fin 1975 («Le visiteur», 1976; «La rencontre», 1976), et s'achève fin 1976. Il signe alors ses œuvres Helgi, version scandinave du prénom Oleg.

Période synthétique 1976-85[modifier | modifier le code]

Tout en conservant les éléments sémiotiques, l'artiste les simplifie et les agrandit. Le système de couleurs s'enrichit et se complique. Recherche d'une nouvelle expression («Mouvement», 1976; «Composition-77»).

On peut situer symboliquement la fin de cette période en 1985 (Triptyque: «Totem», «Profil», «Torse», 1981-82; «Espace sémiotique. Lermontov», 1985), mais certains tableaux importants comme «La femme et le philosophe», «Composition-87», «Vélimir Khlebnikov» ont vu le jour plus tard, respectivement en 1987-88. Collages, 1982-84.

Période expressionniste 1985-89[modifier | modifier le code]

Œuvres expressionnistes - au début sur papier, ensuite sur toile. Les plus importantes se rapportent aux années 1987-88. («Le gardien de Venise», 1983; «Femme dans la tempête», 1985; Têtes et portraits, 1987-89) À cette période se rapporte la partie essentielle des toiles libres (cycle «Journal», N1-26. Ce cycle s'est poursuivi en 1990 jusqu'au N30. Ce sont des sortes de cryptogrammes où la toile elle-même (support) vit sa vie de façon indépendante, en symbiose avec les signes picturaux.

Deuxième période sémiotique 1990-95[modifier | modifier le code]

  • Cycles de travaux: opus.
  • Unité et identicité des séries d'éléments. Variabilité limitée. Peintures sur toiles.

Cubes (Rhomboèdre «Planète», 1992; «Le yin et le yang», 1992; «Saint-Pétersbourg», 1996): acryliques réunies en cube-cristal. Expérience du tridimensionnel.

  • Signes sur le sable, 1990 — Bretagne (Pornichet), Landes (Souston)
  • Signes en intérieur, 1990 — Nanterre, dépôt
  • Photographies : Léningrad-St-Pétersbourg, 1990-95 ; Malte, 1994; Madère et Porto-Santo, 1995.

Période du « classicisme abstrait » 1995-2004[modifier | modifier le code]

Deux niveaux: représentation, - soit portrait, soit réminiscence artistique (par exemple sur le thème de la Renaissance) et systématisation abstraite et géométrique, de type minimaliste («Autoportrait», opus 29, I-IV; «Bartok», triptyque, 2002). Principales œuvres: Triptyque «Projet picturel sur le thème de la Renaissance», 2004; Toile libre «Le niveau de la mer», 2009 (légué au Musée de l'art non-conformiste. Ce projet, acrylique sur toile libre a été réalisé spécialement pour le «Deuxième Festival de l'Art indépendant» au Manège de Saint-Pétersbourg). Photographies: « à Paris»; Ile Valaam, 2001

Nouvelle synthèse de 2004 à ce jour[modifier | modifier le code]

  • Les éléments sémiotiques voisinent avec les zones expressionnistes.
  • Œuvres les plus importantes: «Espace blanc», 2006; «L'homme à la fléchette», 2007; «Démon H.II», 2008; «Danaé», 2008; «Construction du temps», 2010.
  • «Ascension» et «Avènement» tous deux réalisés en 2009 pour la Biennale d'Art Sacré de Lyon ().

Vidéo 2009-2010

Poésie, prose[modifier | modifier le code]

  • Cofondateur (avec A.Vasiliev et B.Komissartchouk) du groupe littéraire «Tchertopolokh» («Le Chardon»). Trois éditions-sam'izdat 1965, 1967 et 1970.
  • Sept livres de poésie, dont :
    • «Minimoum minouiem» Ed. «Litera plus», S.-Pétersbourg, 1999
    • «Rekonstrouktsii» Ed. «Litera plus», S.-Pétersbourg, 2000
    • «Snieg padaiet v moiu chestouiu knigou» Ed. «Soudarynia», S.-Pétersbourg, 2008

Sa poésie est constructive, rythmiquement omnivore. Jeu des thèmes, équilibrisme émotionnel caractérisent son univers poétique. Le poète utilise les techniques classiques et avant-gardistes.

Romans (sous le nom de Helgi Loujine) :

  • «Zigzagui i paralleli» Ed. «Soudarynia», S.-Pétersbourg, 2005
  • «Guenezis» Ed. «Soudarynia», S.-Pétersbourg, 2006
  • «Prokhodnaia piechka» Ed. «Soudarynia», S.-Pétersbourg, 2007

Helgi Loujine — représentant du «nouveau roman — II». Sa technique emprunte les du procédés du nouveau roman: discriptions exactes et dynamiques, originalité metaphorique et fragments d'écriture automatique. Mais, chez lui, histoire et sujet jouent un rôle important dans la construction de ses romans.

Ces trois romans, avec le quatrième, Potchti bessmertnyi Olaf (Presque immortel Olaf) composent le cycle : «Otmetchénnyié» («Les marqués»). Le temps de l'englobement: 1942-2016 - La géographie: Omsk (Sibérie), le Nord de Russie, Léningrad- Saint-Pétersbourg, Paris, l'Europe, mais aussi, le monde fantastique, et le monde parallèle; la virtualité et l'utopie.

Critiques artistiques[modifier | modifier le code]

  • «Врубель for ever» («Vroubel for ever») dans «Les cahiers de l'Art - Петербургские искусствоведческие тетради» N10, 11, 16. Cанкт-Петербург, 2007, 2008, 2009.
  • «L'œuvre de Vadim Filimonov - О творчестве Вадима Филимонова». CCИ 2006 Wiesbaden
  • «L'évolution artistique d'un peintre - Творческая эволюция художника» dans l'album «Анатолий Васильев — Anatoly Vasiliev». Санкт-Петербург, 2007

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Parygin A. B. Oleg Ljagačev // Allgemeines Künstlerlexikon Die Bildenden Künstler. — Walter de Gruyter. Band 85 — 2015. (ISBN 978-3-11-023190-8)
  • «Frères d'exil» par J.L.Ferrier. «Le Point»№469, 14.09.81.p. 23
  • «Oleg Liagatchev» par M.Ben Milad. «Les cahiers de la peinture», 196, p. 9-11.
  • «Oleg Liagatchev. Peindre les signes, leurs mouvements» par P.Garnier. Paris, 1984 Catalogue avec 20 illustrations, dont 16 en couleurs
  • «Oleg Liagatchev» par P.Garnier. «Confluences», 130, p. 17 et 13 (annonce de l'exposition),
  • «Oleg Liagatchev. Abstrait classicisme» par G. Gleyvod. «Confluences», 133, p. 5, 2002
  • «Олег Лягачев. Размышления о триптихе на тему Ренессанса» - «Параллелошар» №4, 2008, стр. 62-64
  • «Современные иконы - Выставка живописи Олега Лягачева «Хельги. Портреты» Над.Воиновой. «Новый Мир Искусства» №3/20, 2001, стр. 62
  • «Олег Лягачев» Пьера Гарнье. «Континент» №47, 1986, стр. 345-49
  • «Олег Лягачев» Вад. Нечаева. «Русская мысль», 22 ноября 1979, стр. 14

Liens externes[modifier | modifier le code]