Olea capensis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la botanique image illustrant une Oleaceae
Cet article est une ébauche concernant la botanique et une Oleaceae.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Olea capensis ou Olivier du Cap est un arbre/arbuste d'Afrique appartenant à la famille des Oleaceae.

Olea capensis est connu d'après un nombre varié de noms communs incluant [1]:

  • Afrikaans : ysterhout,
  • Anglais : black ironwood, East African olive, Elgon olive, ironwood, ironwood olive,
  • Swahili : loliondo, mushargi
  • Noms commerciaux : loliondo, mutharage, mutharagi, olive.


Description botanique[modifier | modifier le code]

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

L'Olivier du Cap est un buisson touffu ou un arbre de taille petite à moyenne, jusqu'à 30 m de hauteur, pouvant atteindre occasionnellement 40 m[1]. Les rameaux sont glabres, têtiformes.

  • Écorces : gris clair, devenant gris foncé et fissurée verticalement avec l'âge ; une résine noirâtre caractéristique est exsudée des blessures de l'écorce.
Olea capensis : détail de l'écorce fissurée.
  • Feuilles : vert pâle à vert foncé, brillantes sur la face supérieure et plus pâles en dessous ; le pétiole est souvent violacé, de 0,3 à 1,7 cm de long ; lancéolées-oblongues à presque circulaires, 3 à 10 × 1,5 à 5 cm.

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

  • Fleurs : blanches ou crème et délicatement odorantes, petites et abondamment axillaires ou en inflorescences terminales, plante bisexuée, 3 à 15 cm de long.
  • Fruit : ce sont des drupes violacées quand elles sont mûres, elles sont alors succulentes. La forme est ovoïde, de 2 par 1 cm.
Détail des fleurs d'Olea capensis.
Olivier du Cap en fleurs. Ville du Cap.
Olivier du Cap comme arbre de jardin.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

L'espèce est divisée en 3 sous-espèces[1],[2]:

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Olea capensis subsp. hochstetteri (Baker) Friis & P. S. Green [= Olea capensis subsp. macrocarpa]
  • Olea enervis Harv. [≡ Olea capensis subsp. enervis]
  • Olea hochstetteri Baker [= Olea capensis subsp. macrocarpa]
  • (=) Olea laurifolia Lam.
  • Olea macrocarpa C. H. Wright [≡ Olea capensis subsp. macrocarpa]

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

  • Afrique
    • Afrique tropicale du nord-est : Éthiopie ; Somalie ; Soudan.
    • Afrique tropicale de l'est : Kenya ; Tanzanie ; Ouganda.
    • Afrique tropicale ouest-centrale : Burundi; Cameroun ; Rwanda ; Zaïre.
    • Afrique tropicale de l'ouest : Côte d'Ivoire ; Guinée ; Nigeria ; Sierra Leone.
    • Afrique tropicale du sud : Angola ; Malawi ; Mozambique ; Zambie ; Zimbabwe.
    • Sud de l'Afrique : Afrique du Sud - Province du Cap, KwaZulu-Natal, Transvaal ; Swaziland.
    • Océan Indien occidental : Comores ; Madagascar.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Alimentation

Olea capensis a de nombreuses masses florales odorantes, bisexuées, produisant de gros fruits comestibles.

Bois de charpente

Le bois de cet arbre est très dur, à grain fin et lourd, cependant difficile à travailler ; il est largement utilisé pour les travaux d'art et les objets manufacturés.

Jardins

Olea capensis est cultivé comme arbre ornemental dans les parcs et les jardins.

Sources[modifier | modifier le code]

Article général Pour des articles plus généraux, voir Oleaceae et Olea.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) P. S. Green, 2002. A revision of Olea L. Kew Bull. vol. 57 : p. 105-110.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Olea capensis @ world agroforestry centre.org; lu le 4.4.2011
  2. voir P.S. Green (2002)

Liens externes[modifier | modifier le code]