Ole Gunnar Solskjær

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ole Gunnar Solskjær
Image illustrative de l’article Ole Gunnar Solskjær
Ole Gunnar Solskjær en 2014.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : Angleterre Manchester United (entraîneur)
Biographie
Nom Ole Gunnar Solskjær
Nationalité Drapeau : Norvège Norvégien
Naissance (46 ans)
Lieu Kristiansund (Norvège)
Taille 1,78 m (5 10)
Poste Attaquant puis entraîneur
Parcours junior
Saisons Club
1989-1990Drapeau : Norvège Clausenengen FK
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1990-1994Drapeau : Norvège Clausenengen FK 109 (115)
1994-1996Drapeau : Norvège Molde FK 044 0(32)
1996-2007Drapeau : Angleterre Manchester United 366 (126)
Total 519 (273)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1994-1995Drapeau : Norvège Norvège espoirs019 0(9)
1995-2007Drapeau : Norvège Norvège067 (23)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
2008-2010 Drapeau : Angleterre Manchester United rés.
2010-2014 Drapeau : Norvège Molde FK 69v 25n 31d
2014 Drapeau : Pays de Galles Cardiff City 09v 05n 16d
2015-2018Drapeau : Norvège Molde FK 66v 19n 33d
2018- Drapeau : Angleterre Manchester United 18v 06n 10d
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 14 septembre 2019

Ole Gunnar Solskjær, né le à Kristiansund, est un footballeur international norvégien, évoluant au poste d'attaquant, reconverti entraîneur.

Solskjær s'aguerrit en Norvège, son pays natal, où il porte les maillots de Clausenengen FK, son club formateur, entre 1990 et 1994 puis de Molde FK jusqu'en 1996. À 23 ans, il est recruté par Manchester United. Dans le club anglais, il remplit son palmarès d'une Ligue des champions (1999), six titres de champion d'Angleterre (1997, 1999, 2000, 2001, 2003 et 2007), deux Coupes d'Angleterre (1999 et 2004) et une Coupe de la Ligue (2006). Il y termine sa carrière en 2007 après onze saisons mancuniennes. Durant cette période, il tient un rôle de remplaçant souvent décisif lors de ses entrées en jeu, devenant le plus prolifique de l'histoire du club et lui valant le surnom de « Super Sub ». Son visage jeune le fait surnommer « Baby-face Killer ».

Avec l'équipe de Norvège, Solskjær inscrit vingt-trois buts lors de ses soixante-sept sélections entre 1995 et 2007, participant notamment à la Coupe du monde 1998 en France ainsi qu'à l'Euro 2000.

Reconverti en entraîneur, Solskjær prend en charge l'équipe réserve de Manchester United à partir de 2008. En 2010, il signe un contrat de quatre ans avec Molde FK où il remporte les deux premiers titres de champion de Norvège du club (2011 et 2012) et une Coupe nationale (2013). En janvier 2014, il signe à Cardiff mais ne parvient pas à éviter la relégation du club gallois. Il démissionne quelques semaines après le début de la saison suivante. En octobre 2015, Solskjær revient à Molde qu'il mène à la seconde place en 2017 et 2018. En décembre 2018, il est prêté à Manchester United jusqu'à la fin de la saison 2018-2019. Le , il prolonge sont contrat jusqu’en 2022 avec Manchester United.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Ole Gunnar Solskjær naît dans la petite ville de Kristiansund, à l'ouest de la Norvège[1].

Fils de lutteur, c'est dans son pays d'origine que Solskjær apprend le métier de footballeur, au Clausenengen FK, d'abord au sein du centre de formation puis en équipe première.

Révélation en Norvège (1990-1995)[modifier | modifier le code]

Solskjær débute à 17 ans avec son club formateur du Clausenengen FK. Entre 17 et 21 ans, il inscrit 115 buts en 109 matches avec le club de Clausenengen, en troisième puis deuxième division[1],[2] avec notamment 31 réalisations lors de sa dernière saison en 1994, soit un ratio supérieur à un but/match.

Ole Gunnar Solskjær en 1996, sous les couleurs du Molde FK.

Pour la saison 1995, l'attaquant rejoint le Molde FK, récent vainqueur de la Coupe nationale et promu en première division. L'équipe termine vice-championne de Norvège dès la première saison. En deux saisons, il marque 32 buts en 44 matches[2], participant également à la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe (C2) en 1995[1].

En juillet 1996, à 23 ans et alors qu'il est courtisé par le PSV Eindhoven et le Bayern Munich, Solskjær s'envole pour Manchester United[3] contre une indemnité de transfert de 1,8 million d'euros[4].

Confirmation à Manchester United (1996-2007)[modifier | modifier le code]

Décisif dès son arrivée (1996-2003)[modifier | modifier le code]

À peine débarqué du Molde FK, Solskjær se voit offrir ses premières minutes par Alex Ferguson le 25 août 1996 face à Blackburn lors de la troisième journée de championnat. Mené 2-1, le Norvégien marque cinq minutes après son entrée et arrache le match nul[4]. Pour sa première saison, le Norvégien termine troisième meilleur buteur du championnat que son club gagne.

En septembre 1997, remplaçant pour la réception du Chelsea FC, il entre à cinq minutes de la fin et égalise d'une frappe à l'entrée de la surface dans la lucarne opposée. En fin de saison, United perd le titre d’un petit point face au Arsenal FC[4].

Sur le fait d'être presque systématiquement remplaçant au coup d'envoi, Solskjær déclare « Je viens de Kristiansund, et je jouais pour Manchester United. Il m'arrivait de m'asseoir sur le banc à côté de David Beckham ou de Ryan Giggs. (...) Alors, qui j'étais pour faire la gueule, sachant qu'en plus la décision de ne pas me titulariser venait du plus grand manager du monde ? »[3] (Alex Ferguson).

Solskjær (à d.) et ManU remportent la C1 en 1999.

Lors de la saison 1998-1999, ManU remporte le triplé championnat, Coupe d'Angleterre et Ligue des champions)[5]. En janvier 1999, Ole entre lors du 4e tour de Coupe nationale contre l'ennemi Liverpool FC qui mène 1-0. Après l'égalisation, il offre la qualification dans le temps additionnel[4]. Deux semaines plus tard, Solskjær inscrit un quadruplé en douze minutes face à Nottingham Forest (victoire 8-1)[6] entre la 80e minute et la 92e[4]. L'attaquant est un grand artisan de la victoire sur le Bayern Munich lors de la finale européenne. Ce match lui vaudra son surnom de « Baby-Face Killer » (tueur au visage de bébé). Entré à la 81e minute à la place d'Andy Cole alors que United est mené 1-0, Solskjær surgit au second poteau sur un corner dévié pour reprendre du droit sous la barre d'Oliver Kahn et marque le but de la victoire à la 92e minute, une minute après l'égalisation de Teddy Sheringham (2-1)[2],[7]. Le club gagne le championnat lors de la dernière journée. En finale de la coupe d'Angleterre, ManU bat Newcastle United 2-0.

Solskjær est titulaire pour la Coupe intercontinentale 1999.

Le 4 décembre 1999, après avoir perdu la Supercoupe de l'UEFA 1999 et gagné la Coupe intercontinentale 1999, le Norvégien marque un nouveau quadruplé contre Everton FC (5-1). Le club remporte le championnat avec 18 points d'avance sur Arsenal mais échoue en quart-de-finale de la Ligue des champions.

En avril 2001, quatre minutes seulement après son entrée au jeu, le Norvégien permet aux Reds Devils de reprendre l’avantage grâce à son onzième et dernier but de la saison contre le Charlton FC (2-1). Un mois plus tard, Manchester est sacré pour la troisième année consécutive[4] avec dix points d'avance, mais s'arrête à nouveau en quart-de-finale de C1.

À partir de 2001, Solskjaer devient ambassadeur de bonne volonté de l'Unicef en Norvège.

Fin janvier 2002, l'attaquant inscrit son troisième et dernier triplé en Premier League (en comptant ses deux quadruplés) chez les Bolton Wanderers (0-4). Mais l'équipe connaît une saison blanche de titre.

Pour la saison 2002-2003, Olé Gunnar marque pour sa première entrée en jeu lors du premier match de la saison et la réception de West Brom en championnat (1-0)[4]. le club renoue avec le titre national.

Fin sur blessure (2003-2007)[modifier | modifier le code]

En septembre 2003, Solskjær se blesse au genou et reste éloigné des terrains pendant cinq mois. Mais il doit à nouveau être opéré à l'été 2004, le contraignant à manquer l'intégralité de la saison 2004-2005. Néanmoins, les supporters n'ont cessé de lui montrer de l'affection, attendant son retour avec impatience[1].

Après être revenu timidement lors de l'exercice 2005-2006, il connaît un ultime sursaut lors de la saison 2006-2007, la dernière de sa carrière[1]. En septembre 2006 et la réception du Celtic Glasgow en Ligue des champions 2006-2007, Solskjær permet à United de repasser en tête dans ce premier match du groupe F (3-2)[4]. Sur l'exercice 2006-2007, l'attaquant marque tout de même à onze reprises en quatorze titularisations et seize entrées en jeu toutes compétitions confondues. Fin août 2007, il annonce sa retraite sportive, mais compte rester au sein du club en visant une reconversion au sein du staff mancunien. C'est ainsi qu'il prend place en tant que préparateur d'attaque[8].

En onze saisons de joueur, il joue 366 rencontres avec les Red Devils et inscrit 126 buts[2]. Avec le club mancunien, Ole remporte une C1 en 1999, six championnats (1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007), trois Community Shield (1996, 1997, 2003), deux FA Cup (1999, 2004) et la Coupe intercontinentale 1999[3]. Il détient aussi le titre de remplaçant le plus prolifique en Premier League avec un seul club et ses dix-sept buts en entrant en jeu. Il est ensuite dépassé par Olivier Giroud[9]. Avec 91 buts en 235 matchs de Premier League, l'attaquant est, en décembre 2018, le 35e meilleure buteur de l'histoire du championnat depuis 1992.

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Ole Gunnar Solskjær débute en équipe A de Norvège le 26 novembre 1995 à Kingston contre le Jamaïque[10].

En préparation pour la Coupe du monde 1998, il marque un doublé buts contre l'Arabie saoudite. La meilleure performance des Norvégiens dans une Coupe du monde est faite en 1998. L’équipe de Norvège sort de son groupe après deux nuls face au Maroc et à l’Écosse et une victoire historique 2-1 face au Brésil. Ils perdent en huitièmes de finale face à l'Italie 0-1 à Marseille.

L'attaquant fait partie de la sélection norvégienne pour l'Euro 2000. La Norvège se qualifie pour la phase finale, où elle termine meilleure défense du tournoi, mais troisième de son groupe avec quatre points (une victoire sur l’Espagne (1-0), un match nul contre la Slovénie (0-0) et une défaite contre la Yougoslavie (0-1).

Il marque deux buts lors des éliminatoires de l'Euro 2008. Solskjær prend sa retraite en août 2007.

En sélection, il totalise 67 capes pour 23 réalisations[1], faisant de lui le cinquième meilleur buteur de l'histoire de la sélection norvégienne.

Carrière d’entraîneur[modifier | modifier le code]

Débuts entre échecs et réussites (2008-2018)[modifier | modifier le code]

Après sa retraite sportive, Alex Ferguson confie l'entraînement des attaquants de l'équipe première de Manchester United à Solskjær. Il passe alors ses diplômes depuis 2006. Ole Gunnar prend ensuite en charge l'équipe réserve mancunienne[2] entre 2008 et 2010[1] où il croise notamment Paul Pogba[3], qu'il retrouve en 2018 en équipe première.

En 2010, il prend en main l'équipe première du Molde FK et signe un contrat de quatre ans. Lors de son premier passage à la tête du club, il remporte les deux premiers titres de champion de Norvège du club (2011 et 2012) et une Coupe nationale (2013)[2].

Solskjær entraîneur de Cardiff City en 2014.

En janvier 2014, Solkjær devient l'entraîneur de l'équipe galloise de Cardiff City qui évolue en Premier League, en remplaçant Malky Mackay jusqu'à la fin de la saison[11], limogé en décembre. Dés son intronisation, lors du mercato hivernal, il recrute plusieurs joueurs norvégiens qu'il a eu sous ses ordres lorsqu'il entraînait Molde FK : Magnus Eikrem[12], Mats Møller Dæhli[13] et Jo Inge Berget[14]. Il ne parvient pas à éviter la relégation du club gallois qui termine vingtième. Sur les 18 rencontres qu’il dirige, le technicien scandinave gagne trois fois, fait trois matches nuls et concède la défaite à douze reprises, soit un ratio de victoire de 16,7 %[15]. La saison suivante, il quitte Cardiff en septembre 2014 alors que l'équipe est 17e de deuxième division[2] (sur 24 équipes) après trois défaites en sept matchs[16]. Après neuf mois à la tête de l'équipe, il plaide une « différence de philosophie sur la façon de manager un club » avec son président[17].

Après cette expérience malheureuse, Solkjær renoue avec Molde, en octobre 2015, pour un contrat de trois ans et demi[18]. Lors de la saison 2015-2016, il hisse l'équipe jusqu'en seizième-de-finale de la Ligue Europa[3]. Après deux saisons terminées à quelques points d'une qualification européenne, Solkjær et son équipe termine vice-champion de Norvège en 2017 et 2018. Son contrat est alors prolongé jusqu'en 2021 au début du mois[1],[2].

Retour à Manchester United (Depuis 2018)[modifier | modifier le code]

Le , un jour après le limogeage de José Mourinho, il devient l'entraîneur de Manchester United sur la base d'un prêt jusqu'à la fin de saison 2018-2019[19]. En effet, après avoir prolongé à Molde FK quelques jours plus tôt, son contrat aurait inclus une clause lui permettant de rejoindre les Red Devils si ceux-ci déboursaient la somme de 2 millions d'euros[20].

Trois jours plus tard, il dirige son premier match contre Cardiff City, son ancien club, et le remporte 5 buts à 1[21]. C'est la première fois depuis la retraite d'Alex Ferguson, qui remonte à mai 2013, que le club mancunien marque 5 buts lors d'un même match de Premier League[22]. Peu à peu, il fait alors l'unanimité auprès de la presse anglaise en gommant les carences offensives de l'équipe (12 buts lors de ses 3 premiers matches)[23],[24], même si des inquiétudes persistent dans le secteur défensif[25]. Les supporters saluent également son discours positif et sa volonté de renouer avec le passé historique du club, notamment en invitant Alex Ferguson au centre d'entraînement[26],[27]. Le , après une victoire importante face à Tottenham (0-1), il devient le premier entraîneur de l'histoire du club à remporter ses six premiers matches[28]. Le , alors qu'il porte désormais sa série d'invincibilité à 9 victoires et 1 match nul, il est nommé entraîneur du mois de janvier en Premier League (une première pour le club depuis octobre 2012)[29].

Son bilan prend un tournant décisif lors de la double confrontation en huitième de finale de la Ligue des champions contre le Paris Saint-Germain. Défait 2 à 0 lors du match aller où il est, selon une grande partie des journalistes et experts européens, surclassé tactiquement par Thomas Tuchel[30],[31],[32], il mène le club à l'un des plus grands exploits du football européen[33],[34]. Malgré la pléiade de blessés avant le match[35], le club renverse la situation au Parc des Princes en gagnant 3 buts à 1 dans les dernières minutes[36]. À la suite de cette soirée – « typiquement mancunienne » d'après lui[37] –, il se place comme le principal prétendant au poste d'entraîneur pour la saison prochaine[38].

Le , il est confirmé comme entraîneur titulaire de l'équipe pour une durée de trois ans[39], et ce, malgré une fin de saison compliquée au cours de laquelle il est éliminé en quart de finale de la FA Cup par Wolverhampton (1-2), et en quart de finale de la Ligue des champions après deux défaites contre le FC Barcelone (0-1 ; 0-3).

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Attaquant[modifier | modifier le code]

Entraîneur évolutif[modifier | modifier le code]

À ses débuts d'entraîneur, Solskjær ne jure que par le 4-4-2 cher à Alex Ferguson avant d'embrasser le 4-3-3. Lors de son second passage à Molde, il s'essaye à la défense à trois joueurs. Ole est réputé comme un technicien au discours positif donnant confiance à ses joueurs[3].

Statistiques détaillées[modifier | modifier le code]

En tant que joueur[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Statistiques de Ole Gunnar Solskjær au 30 mai 2017[40]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Autres[note 1] Total
Division M B M B M B C M B M B M B
1990 Drapeau de la Norvège Clausenengen FK D3 - - - - - - - - - - - 0 0
1991 Drapeau de la Norvège Clausenengen FK D3 - - - - - - - - - - - 0 0
1992 Drapeau de la Norvège Clausenengen FK D3 - - - - - - - - - - - 0 0
1993 Drapeau de la Norvège Clausenengen FK D3 - - - - - - - - - - - 0 0
1994 Drapeau de la Norvège Clausenengen FK D2 - 31 - - - - - - - - - 0 31
Sous-total 109 115 0 0 0 0 - 0 0 0 0 109 115
1995 Drapeau de la Norvège Molde FK Tippeligaen 26 20 - - - - C2 2 1 - - 28 21
1996 Drapeau de la Norvège Molde FK Tippeligaen 16 11 - - - - - - - - - 16 11
Sous-total 42 31 0 0 0 0 - 2 1 0 0 44 32
1996-1997 Drapeau de l'Angleterre Manchester United Premier League 33 18 3 - - - C1 10 1 - - 46 19
1997-1998 Drapeau de l'Angleterre Manchester United Premier League 22 6 2 2 - - C1 6 1 - - 30 9
1998-1999 Drapeau de l'Angleterre Manchester United Premier League 19 12 11 4 1 - C1 6 2 - - 37 18
1999-2000 Drapeau de l'Angleterre Manchester United Premier League 28 12 1 - 1 - C1 11 3 5 - 46 15
2000-2001 Drapeau de l'Angleterre Manchester United Premier League 31 10 4 3 1 - C1 11 - - - 47 13
2001-2002 Drapeau de l'Angleterre Manchester United Premier League 30 17 2 1 - - C1 15 7 - - 47 25
2002-2003 Drapeau de l'Angleterre Manchester United Premier League 37 9 6 2 - - C1 14 4 - - 57 15
2003-2004 Drapeau de l'Angleterre Manchester United Premier League 13 - 3 - 1 - C1 2 1 - - 19 1
2004-2005 Drapeau de l'Angleterre Manchester United Premier League - - - - - - C1 - - - - 0 0
2005-2006 Drapeau de l'Angleterre Manchester United Premier League 3 - 2 - - - C1 - - - - 5 0
2006-2007 Drapeau de l'Angleterre Manchester United Premier League 19 7 7 3 - - C1 6 1 - - 32 11
Sous-total 235 91 41 15 4 0 - 81 20 5 0 366 126
Total sur la carrière 386 237 41 15 4 0 - 83 21 5 0 519 273

En sélection[modifier | modifier le code]

En tant qu'entraîneur[modifier | modifier le code]

Mis à jour le 24 août 2019.

Club Championnat Début Fin Résultats
M V N D % Victoires
Drapeau : Norvège Molde FK Tippeligaen 125 69 25 31 55 %
Drapeau : Pays de Galles Cardiff City Premier League 30 9 5 16 30 %
Drapeau : Norvège Molde FK Tippeligaen 118 66 19 33 55 %
Drapeau : Angleterre Manchester United Premier League - 34 18 6 10 52 %
Total 307 162 55 90 52 %

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Individuel[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h « Manchester United : qui est Ole Gunnar Solskjær, successeur de Mourinho ? », sur sport24.lefigaro.fr, (consulté le 20 décembre 2018)
  2. a b c d e f g et h « Six choses à savoir sur Ole Gunnar Solskjær, le nouvel entraîneur de Manchester United », sur lequipe.fr, (consulté le 20 décembre 2018)
  3. a b c d e et f « Solskjær, le retour de l'assassin », sur sofoot.com, (consulté le 20 décembre 2018)
  4. a b c d e f g et h « Top 10 : Ole Gunnar « Super Sub » Solskjær », sur sofoot, (consulté le 20 décembre 2018)
  5. Jean-Marie Dumas, « Manchester United : Alex Ferguson veut réitérer le triplé de 1999 » sur le site de TF1, 7 avril 2011
  6. Sébastien Ferreira, « Manchester United : qui est Ole Gunnar Solskjær, successeur de Mourinho ? » sur Sport24.com / Le Figaro, 19 décembre 2018
  7. Christophe Da Silva, « ManU-Bayern (1999): deux minutes qui changeront l'Histoire » sur 7sur7, 26 mai 2016
  8. (en) Giles Mole, « Man Utd hero Solskjær retires from football » sur The Daily Telegraph, 28 août 2007
  9. « Giroud égale un record d'Ole Gunnar Solskjær », sur sofoot.com, (consulté le 20 décembre 2018)
  10. « Fiche d’Ole Gunnar Solskjær », sur L'Équipe.fr
  11. (en) « City Announce Solskjær as manager », Cardiffcityfc.co.uk, 2 janvier 2014.
  12. (en) « CITY SIGN MAGNUS WOLFF EIKREM », Cardiffcityfc.co.uk, 8 janvier 2014.
  13. (en) « Solskjær swoops for second Norwegian Daehli », Premierleague.com, 11 janvier 2014.
  14. (en) « Berget completes Cardiff City move », Premierleague.com, 24 janvier 2014.
  15. « MU : le maigre bilan d’Ole Gunnar Solskjær en Premier League », sur footmercato.net, (consulté le 20 décembre 2018)
  16. « Solskjær quitte Cardiff City », sur lequipe.fr, (consulté le 20 décembre 2018)
  17. « Solskjær démissionne de Cardiff City », sur SoFoot.com
  18. « Ole-Gunnar Solskjær fait son retour sur le banc de Molde », sur lequipe.fr, 21 octobre 2015.
  19. Aurélien Léger-Moëc et Matthieu Margueritte, « Officiel : Ole Gunnar Solskjær prend les commandes de Manchester United » sur Foot Mercato, 19 décembre 2018
  20. « Ce que Manchester United a déboursé pour faire venir Solskjaer », sur RMC Sport,
  21. « Manchester United : Solskjaer cartonne pour sa première », sur RMC Sport,
  22. « Manchester United : la stat dingue de Solskjaer », sur Onze Mondial,
  23. « Héritage "fergusonien", jeunesse et jeu offensif : comment Solskjaer va s'y prendre avec MU », sur Eurosport,
  24. « Gunnar Solskjaer a-t-il vraiment changé Manchester ? », sur Eurosport,
  25. « Tactique : avec Solskjaer, un Manchester United libéré mais exposé », sur L'Equipe,
  26. « MU : Sir Alex Ferguson de retour à l’entrainement ! », sur Foot Mercato,
  27. « Comment Solskjaer peut changer Manchester United au-delà du déclic psychologique ? », sur Foot Mercato,
  28. « Solskjaer bat (déjà) un record », sur So Foot,
  29. « Ole Gunnar Solskjaer (Manchester United) élu manager du mois de janvier en Angleterre », sur France Football, (consulté le 9 février 2019)
  30. « Comment Thomas Tuchel a réussi son pari du contrôle : le débrief tactique de Manchester United-PSG », sur L'Équipe, (consulté le 14 février 2019)
  31. « Tactique : Arsène Wenger explique comment Tuchel a vaincu Solskjær », sur MSN, (consulté le 14 février 2019)
  32. « Manchester United - PSG (0-2) - Tuchel, le sorcier bien-aimé », sur Eurosport, (consulté le 14 février 2019)
  33. « PSG - Manchester: les statistiques de la malédiction parisienne battent tous les records », sur Le HuffPost, (consulté le 7 mars 2019)
  34. « Ligue des champions : les chiffres de l'incroyable élimination du PSG face à Manchester United », sur L'Équipe, (consulté le 7 mars 2019)
  35. « Décimé, MU va devoir se reposer sur des joueurs en manque de rythme », sur Eurosport, (consulté le 7 mars 2019)
  36. « PSG-Manchester United (1-3), l'antisèche : Pire que la "remontada" », sur Eurosport, (consulté le 7 mars 2019)
  37. « «C'est comme ça qu'on fait à MU», Solskjaer fier de ses boys », sur 20 Minutes, (consulté le 7 mars 2019)
  38. « Allez, Ola, Ole », sur So Foot, (consulté le 7 mars 2019)
  39. « Manchester United confirme Ole Gunnar Solskjaer comme entraîneur », sur Europe 1, (consulté le 21 avril 2019)
  40. « Fiche d’Ole Gunnar Solskjær », sur footballdatabase.eu

Liens externes[modifier | modifier le code]