Olímpio Mourão Filho

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mourão.
Olímpio Mourão Filho
GenMourãoFilho.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
Rio de JaneiroVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Grade militaire

Olímpio Mourão Filho (né en 1900 à Diamantina - mort en 1972 à Rio de Janeiro) était un général brésilien, membre de l'Action intégraliste, un mouvement fascisant, qui initia en 1964 les mouvements de troupes qui menèrent au coup d'État contre le président Jango.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1937, le capitaine Olímpio rédigea de faux documents visant à faire accroire, peu de temps après l'Intentona comunista de 1935, à un complot communiste visant à prendre le pouvoir avant les élections présidentielles de janvier 1938. Dénommé « Plan Cohen », ce complot créé de toutes pièces fut utilisé par Getúlio Vargas comme l'un des prétextes justifiant la mise en place de l'Estado Novo le . Mais Vargas décida alors d'interdire plusieurs partis politiques, dont l'Action intégraliste, ce qui suscita une tentative de putsch de ces derniers, dénommée Intentona Integralista, le . Les leaders de ce soulèvement, dont Mourão, furent faits prisonniers et condamnés, avant d'être amnistiés après avoir juré fidélité au caudillo.

En 1964, devenu général et commandant de la IVe Région militaire à Minas Gerais, Mourão Filho joua un nouveau rôle déterminant dans le coup d'État, en précipitant celui-ci par ses mouvements de troupe, ordonnant à celle-ci de quitter, le , Juiz de Fora, pour marcher sur Rio. Le , le président du Sénat Auro de Moura Andrade déclara la présidence vacante. Cet empressement risqué lui valut par la suite de tomber en disgrâce parmi les militaires. Il fut toutefois nommé au Tribunal supérieur militaire, étant chargé des interrogatoires de la police militaire.

La fille de Mourão Filho, Laurita Mourâo de Irazábal, se maria avec un riche hacendero (propriétaire terrien) uruguayen, Rubén Pedro Irazábal Villar, avec qui elle eut onze fils avant de divorcer. Elle fut nommée diplomate en Espagne puis en France, où elle hébergea notamment le colonel Ramon Trabal la veille de son assassinat, en 1974[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • MOURÃO FILHO, Olímpio. Memórias: A Verdade de um Revolucionário, Porto Alegre, L&PM, 1978.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source originale partielle[modifier | modifier le code]