Oléoduc d'Afrique de l'Est

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Oléoduc d'Afrique de l'Est
Informations géographiques
Pays Ouganda et Tanzanie
Tracé De l'Ouest à l'Est
Image illustrative de l’article Oléoduc d'Afrique de l'Est
Carte de la pipeline de pétrole brut d'Afrique de l'Est
Informations générales
Type de produits Oléoduc
Mise en service 2025 (Estimée)[1],[2]
Longueur 1 443 km
Propriétaire(s) TotalEnergies (62 % en 2021)

L'oléoduc d'Afrique de l'Est, en anglais East African Crude Oil Pipeline (EACOP), également connu sous le nom de Uganda–Tanzania Crude Oil Pipeline (UTCOP)[3],[4], est un projet en construction[5] destiné à transporter du pétrole brut à partir de nouveaux puits ougandais vers le port de Tanga, en Tanzanie sur l'océan Indien[6]. S'il est achevé, le pipeline devrait être le plus long pipeline de pétrole brut chauffé au monde[7].

Ce projet suppose des conséquences gravement problématiques au niveaux éthique et environnemental : déplacement à grande échelle des communautés et de la faune, destruction d'aires protégées de biodiversité, émissions massives de gaz à effets de serre[8], risques pesant sur l'approvisionnement en eau de 40 millions de personnes, les scientifiques et les groupes écologistes mondiaux protestent contre sa construction et son financement[9],[10]. Malgré l'implication des Organisations non gouvernementales ougandaises telles que AFIEGO (Africa Institute for Energy Governance) dans les protestations contre ce projet[11], les gouvernements d'Ouganda et la Tanzanie ont critiqué ces protestations comme étant du néocolonialisme niant leur souveraineté[12].

Approvisionnement et tracé[modifier | modifier le code]

L'objectif est d'exploiter le pétrole présent sous le lac Albert, en Ouganda, où quatre cents puits doivent être forés à partir de décembre 2022, dont 132 dans la zone naturelle protégée des Murchison Falls, pour l'acheminer jusqu'à la côte est de la Tanzanie.

Le projet d'oléoduc prévoit un départ dans le sous-comté de Buseruka, district de Hoima, dans la région occidentale de l'Ouganda. Il devrait s'orienter dans une direction générale sud-est pour traverser le district de Rakai en Ouganda, Bukoba en Tanzanie, boucler autour des rives sud du lac Victoria, continuer à travers Shinyanga et Singida, pour se terminer à Tanga[13] sur une distance d'environ 1 410 km[14].

Aperçu[modifier | modifier le code]

L'Ouganda a des réserves prouvées de pétrole dépassant 6,5 milliards de barils, dont environ 2,2 milliards de barils sont récupérables[15]. Le pays prévoit de construire une raffinerie dans la région occidentale pour répondre à la demande locale et régionale, le reste étant exporté par pipeline vers la côte de l'océan Indien[16].

L'Ouganda avait précédemment accepté de construire un oléoduc conjoint Ouganda-Kenya vers le port Kenyan de Lamu[17],[18].

Des préoccupations concernant la sécurité et les coûts ont toutefois motivé des négociations parallèles avec la Tanzanie concernant un tracé plus court et plus sûr vers le port Tanga, avec le soutien du conglomérat pétrolier français TotalEnergies[19],[20].

Lors du 13e sommet des chefs d'État du corridor nord à Kampala en avril 2016, l'Ouganda a officiellement choisi la route tanzanienne pour son pétrole brut, de préférence aux routes de Mombasa ou de Lamu au Kenya. Les présidents du Kenya et du Rwanda étaient présents, ainsi que des représentants de l'Éthiopie, du Soudan du Sud et de la Tanzanie[21],[22]. Lors du même sommet, le président Uhuru Kenyatta annonce que le Kenya construirait lui-même l'oléoduc de pétrole brut du Kenya, abandonnant ainsi l'oléoduc de pétrole brut Ouganda-Kenya[23],[24].

Le budget de construction des 1 445 km pipeline est de 3,5 milliards de dollars américains[25],[26]. L'oléoduc devrait avoir une capacité de production de 216 000 barils de pétrole brut par jour[25]. Il sera de 61 cm de diamètre, et l'Ouganda paiera à la Tanzanie 12,20 dollars US pour chaque baril passant par l'oléoduc[27].

En , le parlement de l'Ouganda adopte le projet de loi sur les dispositions spéciales de l'oléoduc de pétrole brut d'Afrique de l'Est dans la législation ougandaise. Une loi similaire est adoptée par le parlement tanzanien, en . La nouvelle loi du parlement régit la participation du comté à la construction, à l'exploitation et à l'entretien estimés à 3,5 milliards de dollars de l'EACOP. La contribution de l'Ouganda est estimée à 293 millions de dollars, dont 130 millions ont été payés d'avance[28].

Coût, financement et calendriers successifs[modifier | modifier le code]

La construction devait initialement commencer en et durer trois ans pour un coût budgété de 4 milliards de dollars américains, fournissant environ 15 000 emplois dans la construction et 1 000 à 2 000 emplois permanents[29]. En , le Daily Monitor rapporte que Total E&P était prêt à dépenser 4 milliards de dollars US pour financer la construction de ce pipeline[14]. À la suite de réunions entre les délégations conduites par les ministres du pétrole de la Tanzanie et de l'Ouganda, tenues à Hoima en , il est annoncé que la construction des 1 443 km de pipeline commencerait en [30]. L'achèvement était prévu alors pour 2020[31].

Le , TotalEnergies et le gouvernement ougandais signe le Host Government Agreement (HGA) pour le projet EACOP, à State House Entebbe. Cela devrait conduire à la décision finale d'investissement, d'ici à la fin de 2020[32],[33].

Deux jours plus tard, le président Yoweri Museveni de l'Ouganda et le président John Magufuli de la Tanzanie signe un accord à Chato, s'engageant à construire conjointement l'EACOP pour un coût estimé à 3,5 milliards de dollars. Les travaux sur le pipeline devaient commencer d'ici la fin de 2020[34]. Une fois commencée, la construction du pipeline devrait durer environ 36 mois[33].

Le , TotalEnergies et le gouvernement tanzanien signe un HGA pour régir les relations des deux entités concernant le projet EACOP, dont 70% passeront par le territoire tanzanien. Le début de la pose du pipeline est reporté au premier trimestre de 2021[35].

Le 11 avril 2021, les présidents Yoweri Museveni d'Ouganda et Samia Suluhu de Tanzanie rencontrent à Entebbe, en Ouganda, Patrick Pouyanné, le président-directeur général de Total SA et Chen Zhuoubiao, président de CNOOC Ouganda, ainsi que des technocrates, des avocats et des ministres ougandais et tanzaniens, en vue de signer un certain nombre d'accords, permettant le début de la construction de l'EACOP[36]. La construction devait alors commencer en , avec une première livraison de pétrole prévu en 2025.

En , le coût total du projet est réévalué à 5 milliards de dollars américains. Sur ce montant, 2 milliards de dollars seront levés par les propriétaires du pipeline sous forme d'investissement en actions. Les 3 milliards de dollars restants seront empruntés à des financements externes[37].

Propriétaires[modifier | modifier le code]

En , la liste des partenaires potentiels comprenait plusieurs parties prenantes, comme indiqué dans le tableau ci-dessous[38] :

Les négociations et la recherche de prêteurs internationaux sont en cours. L'Ouganda et la Tanzanie sont conseillés par Standard Bank of South Africa, tandis que TotalEnergies est conseillé par Sumitomo Mitsui Banking Corporation. Le cabinet d'avocats basé à Londres Clifford Chance conseille TotalEnergies sur les questions juridiques, tandis que CNOOC est conseillé par la Banque impériale de Chine[38].

En , Tullow Oil Plc a vendu « l'intégralité de ses intérêts dans le projet de développement du lac Albert en Ouganda, y compris l'oléoduc de pétrole brut d'Afrique de l'Est », à TotalEnergies, pour un montant de 575 millions de dollars américains. Total assumera toutes les dettes fiscales liées à la transaction[39]. En , la propriété du pipeline était telle que représentée dans le tableau ci-dessous[40]. Cette propriété a changé en avril 2021, lors de la signature des accords d'investissement définitifs[41].

Actionnariat du pipeline de pétrole brut d'Afrique de l'Est[41]
Rang Nom du propriétaire Propriété en 2020 (%) Propriété en 2021 (%)
1 TotalEnergies 45,0 62,0
2 Société nationale chinoise du pétrole offshore 35,0 8.0
3 Société nationale ougandaise du pipeline 15,0 15,0
4 Société tanzanienne de développement pétrolier 5.0 15,0
Total 100,00 100,00

Décision finale d'investissement[modifier | modifier le code]

Le , le président ougandais Yoweri Museveni ; le vice-président de la Tanzanie Philip Mpango ; le Président-directeur général de TotalEnergies, Patrick Pouyanné ; le président de CNOOC Uganda Limited, Chen Zhuobiao ; les ministres ougandais, les technocrates pétroliers ougandais et tanzaniens et d'autres invités se sont réunis à Kololo à Kampala, pour assister à la signature de la décision finale d'investissement, par TotalEnergies et CNOOC[42].

Les autres parties liées à l'EACOP, représentées lors de la signature de l'accord final d'investissement, comprenaient Uganda National Oil Company, CNOOC Uganda Limited, Petroleum Authority of Uganda, TotalEnergies Uganda et Tanzania Petroleum Development Corporation[43].

Raffinerie de pétrole[modifier | modifier le code]

Une raffinerie de pétrole devrait être construite dans l'ouest de l'Ouganda pour traiter le pétrole destiné à être utilisé dans la Communauté de l'Afrique de l'Est. Le projet de 2,5 milliards de dollars doit être développé dans le cadre d'un partenariat public-privé, avec 50% du projet détenu par un développeur privé et 10% détenu par Jk Minerals Africa d'Afrique du Sud. Les 40 % restants seront répartis entre les pays d'Afrique de l'Est[44]. Le , la Tanzanie accepte d'acheter 8 % des actions de la raffinerie pour 150,4 millions de dollars[45].

Impact social et environnemental[modifier | modifier le code]

Le projet « déplacera des milliers de petits agriculteurs et mettra en danger les principaux habitats fauniques et les eaux côtières »[9]. En 2022, selon l'ONG Les Amis de la Terre - France et L'Usine nouvelle, 100 000 personnes ont été expropriées[46], mais seule une petite partie d'entre elles ont été relogées, et de nombreuses violations des droits de l'homme sont dénoncées[47]. Le pipeline étant à proximité immédiate des lacs Albert et Victoria, il menace en cas de fuites l'approvisionnement en eau potable de 40 millions de personnes[48],[49].

Selon un rapport de l'Institut Africain pour la Gouvernance de l'Energie (eo), le projet doit générer des émissions de CO² à hauteur de 34 millions de tonnes par an[48]. Ces émissions seraient équivalentes à 25 fois les émissions totales actuelles de la Tanzanie et de l'Ouganda[8].

263 organisations de la société civile ont demandé aux agences de financement de ne pas soutenir le projet, citant les dommages sociaux et environnementaux potentiels que le pipeline causera[10],[49],[50]. En septembre 2022, le parlement européen vote une résolution en urgence, dénonçant des « violations des droits de l’homme », « actes d’intimidation », « harcèlements judiciaires », ainsi que les « immenses risques et incidences » sur les communautés locales, l’environnement et le climat. Il demande au groupe Total l'arrêt des forages, et le presse d'étudier un tracé moins destructeur pour l'environnement et les populations, ainsi qu'une solution alternative basée sur des énergies renouvelables. Il réclame aussi la libération des défenseurs des droits de l'homme arrêtés de façon arbitraire dans le cadre de ce projet, ainsi que l'indemnisation des personnes expropriées ou empêchées d'accéder à leurs terres[51].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daily Monitor, « Uganda's first oil production now set for early 2025 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [The Citizen Tanzania Quoting Daily Monitor], Dar es Salaam, (consulté le )
  2. Nicholas Bariyo, « Total Expects First Oil From Ugandan Project in 2025 », Annecy, France, Market Screener, (consulté le )
  3. Editorial, « Getting crude oil pipeline off ground is great leap »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Kampala, (consulté le )
  4. Halima Abdallah, « Uganda seeks more land for oil pipeline », Nairobi, (consulté le )
  5. The EastAfrican, « Magufuli, Museveni lay foundation stone for crude oil pipeline », Nairobi, (consulté le )
  6. Elias Biryabarema, « Uganda, Tanzania plan oil pipeline », Reuters.com, (consulté le )
  7. (en-US) The Economist, « A big Ugandan oil project is progressing at last », (consulté le )
  8. a et b (en-GB) Damian Carrington et Damian Carrington Environment editor, « ‘Monstrous’ east African oil project will emit vast amounts of carbon, data shows », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  9. a et b (en-US) Pearce, « A Major Oil Pipeline Project Strikes Deep at the Heart of Africa », Yale E360, (consulté le )
  10. a et b (en) Karashani, « AfDB says no plans to fund Uganda-Tanzania pipeline », The East African, (consulté le )
  11. (en-GB) « StopEACOP | East African Crude Oil Pipeline », sur #StopEACOP (consulté le )
  12. « Malgré les critiques des eurodéputés, l'Ouganda maintient son projet d'oléoduc », sur euronews, (consulté le )
  13. Musisi, « Oil pipeline: Which way for Uganda? », Kampala, (consulté le )
  14. a et b Musisi, « Total readies UShs13 trillion for oil pipeline development », Kampala, (consulté le )
  15. Patey, « Oil in Uganda: Hard bargaining and complex politics in East Africa », Oxford, Oxford Institute for Energy Studies, (consulté le )
  16. Ouga, « Uganda's Oil Refinery – An Opportunity for transformation », Kampala, (consulté le )
  17. Biryabarema, « Uganda agrees to plan for oil pipeline to new Kenya port », Reuters.com, (consulté le )
  18. Bariyo, « Uganda, Kenya Agree to Construct Crude export Pipeline to Port Lamu » [archive du ], New York City, (consulté le )
  19. Allan Olingo, « Regional power play in tussle over new route of Uganda oil pipeline », Nairobi, (consulté le )
  20. Abdalah, « Oil firms prefer Tanga pipeline route to Lamu », Nairobi, (consulté le )
  21. Musisi, « Uganda chooses Tanga route for oil pipeline », Kampala, (consulté le )
  22. Musisi, « Transporting oil to Tanzania to cost Shs40,000 per barrel », Kampala, (consulté le )
  23. PSCU, « Kenya will build own pipeline, Uhuru tells EAC summit », Nairobi, (consulté le )
  24. Ligami, « As Uganda chooses Tanzania pipeline route, Kenya to go it alone », Nairobi, (consulté le )
  25. a et b The Independent Uganda, « Uganda: Museveni, Magufuli Lay Foundation Stone for Oil Pipeline », Kampala, (consulté le )
  26. Kidanka, « Tanzania ready to take up pipeline contracts », Nairobi, (consulté le )
  27. Barigaba, « Museveni's visit to Dar rescues oil pipeline deal, sets project timelines », Nairobi, (consulté le )
  28. Johnathan Kamoga, « Ugandan Parliament Passes EACOP Law », The EastAfrican, Nairobi, Kenya, (consulté le )
  29. Mwakyusa, « East Africa: Construction of Uganda - Tanga Port Oil Pipeline Starts August », Dar es Salaam, (consulté le )
  30. Mugerwa, « Building of Hoima-Tanzania oil pipeline will start in January », Nairobi, (consulté le )
  31. « Tanzania aims to complete oil pipeline from Uganda in 2020 », (consulté le )
  32. New Vision, « Uganda, Total sign key oil pipeline agreement », (consulté le )
  33. a et b « Uganda, Total reach agreement bringing crude pipeline construction closer », Mumbai, The Economic Times, (consulté le )
  34. Agence France-Presse, « Magufuli, Museveni sign deal on $3.5bn crude pipeline », Nairobi, (consulté le )
  35. Zephania Ubwani, « Tanzania, Total sign agreement for East African Crude Oil Pipeline », Dar es Salaam, (consulté le )
  36. Frederic Musisi, « New Dawn As Govt, Oil Firms Seal Deal To Kick Off Production », Kampala, (consulté le )
  37. Julius Barigaba, « Cost of Hoima-Tanga pipeline hits $5b as risk averse banks walk away from project », The EastAfrican, Nairobi, Kenya, (consulté le )
  38. a et b Musisi, « Uganda, TZ target 'flexible' European pipeline funding », Kampala, (consulté le )
  39. Daily Monitor, « Total To Acquire Tullow Interests In Uganda At $575 Million », Kampala, (consulté le )
  40. Halima Abdallah, « Uganda oil pipeline to wait for a while », Nairobi, (consulté le )
  41. a et b Julius Barigaba, « EACOP's Financing Blues As Lenders Desert $3.5B Project », Nairobi, (consulté le )
  42. Muhamadi Byemboijana, « Oil & Gas: The Long Awaited FID Is Here », SoftPower, Kampala, Uganda, (consulté le )
  43. Joseph Kizza, « As it happened: Final investment decision on oil announced », New Vision, Kampala, Uganda, (consulté le )
  44. Kasita, « East Africa: EAC States to Invest 40 Percent in Oil Refinery », Kampala, (consulté le )
  45. Ludger Kasumuni, « TZ to spend Sh300bn on buying stake in Uganda refinery », Dar Es Salaam, (consulté le )
  46. « Projet EACOP de Total : 4 militant·es ougandais·es sont venu·es faire entendre leur voix en Europe », sur www.amisdelaterre.org (consulté le )
  47. « Pourquoi TotalEnergies se met (presque) à nu en Ouganda », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  48. a et b « Ouganda/Tanzanie : Le projet EACOP émettra 34 millions de tonnes de carbone par an », sur Afrik Intelligentsia, (consulté le )
  49. a et b Lorianne BIAOU, « 263 ONG appellent les banques à ne pas financer la construction de l’oléoduc ougando-tanzanien », sur Agence Ecofin (consulté le )
  50. (en-US) « SA's Standard Bank Group Faces Protest Over Pipeline Funding Plan », Naija247news, (consulté le )
  51. « Deux méga projets pétroliers de TotalEnergies en Ouganda dénoncés par le Parlement européen », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]