Oléoduc Caño Limón-Coveñas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Oléoduc Caño Limón-Coveñas
Oleoducto Caño Limón-Coveñas
Informations géographiques
Pays Drapeau de la Colombie Colombie
Tracé Caño LimónCoveñas
Image illustrative de l'article Oléoduc Caño Limón-Coveñas
Tracé du pipeline Caño Limón–Coveñas.
Informations générales
Type de produits Pétrole
Mise en service avril 1986
Longueur 780 km
Capacité de transport 35 000 barils par heure
Propriétaire(s) Drapeau de la Colombie Ecopetrol
Drapeau des États-Unis Occidental Petroleum

L'oléoduc Caño Limón–Coveñas est un oléoduc situé en Colombie qui relie le champ pétrolifère de Caño Limón dans les municipalités d'Arauca et Arauquita (département d'Arauca, à la frontière avec le Venezuela) au port de Coveñas sur la côte Caraïbe colombienne. Il est la propriété conjointe de la société étatique colombienne Ecopetrol et de la compagnie américaine Occidental Petroleum.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'oléoduc Caño Limón–Coveñas fait 780 km de long[1]. Il permet le transit de 35 000 barils par heure[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

L'oléoduc a été inauguré en avril 1986[1].

Attaques[modifier | modifier le code]

Durant son existence, l'oléoduc a souvent fait l'objet d'attaques de guérillas qui s'opposent au gouvernement colombien. L'ELN, traditionnellement impliqué dans ce type d'attaques, diffusa un communiqué disant que « dans notre pays, la politique énergétique ne donne pas la priorité à l'investissement [en Colombie] mais à l'exploitation et la consommation qui sacrifie les générations futures. »[réf. nécessaire]. Avec les FARC, ils ont maintes fois saboté ou fait exploser des sections de l'oléoduc.

En réponse à ces menaces, le gouvernement colombien a militarisé la zone. Pendant plusieurs années, une taxe sécuritaire a été imposée aux producteurs de la région, également la cible d'extortion ou de kidnappings de la part des guérillas. Occidental Petroleum a également engagé la société de sécurité AirScan (en) pour aider les militaires colombiens dans la défense de ses opérations.

Attaques d'oléoducs, 2001-2004
2001 2002 2003 2004
Tous 263 74 179 103
Caño Limón-Coveñas 170 41 34 17
Source: Bibliothèque du Congrès[2]

En 2001, il y a eu 170 attaques de l'oléoduc. Il fut hors-service durant 266 jours cette année-là. Le gouvernement estime que ces attaques ont réduit le PIB colombien de 0,5 %[réf. nécessaire]. Occidental Petroleum a fait du lobbying pour accroître l'implication americaine dans la protection de l'oléoduc. Le gouvernement des États-Unis a accru l'aide militaire de 98 millions de dollars en 2003[réf. nécessaire]. Les attaques sur l'oléoduc ont fortement diminué durant les années suivantes.

En 1998, AirScan (en) pris le village de Santo Domingo pour un repère de guerrillos, ce qui a conduit le 13 décembre à une attaque par arme à sous-munitions par l'armée colombienne, qui tua dix-sept civils dont neuf enfants[3],[4]. L'incident conduisit à différentes actions en justice contre toutes les parties impliquées, dont certaines sont toujours en cours[5].

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Caño Limón–Coveñas pipeline » (voir la liste des auteurs).

  1. a, b et c (es) Pipeline Caño Limón–Coveñas sur www.ecopetrol.com.co
  2. (en) CRS Report for Congress (p.14) [PDF], Connie Veillette, 22 juin 2005.
  3. (en) "A CORPORATE COVER-UP? Douglass W. Cassel Jr., Chicago Daily Law Bulletin, 9 janvier 2003
  4. (en) A Colombian Village Caught in a Cross-Fire, T. Christian Miller, Los Angeles Times, 17 mars 2002
  5. (es) « Condena de 31 años para militares involucrados en bombardeo a Santo Domingo »,‎ 26 septembre 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]