Okjökull

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Okjökull
Pays Drapeau de l'Islande Islande
Région Vesturland
Municipalité Borgarbyggð
Massif Ok (Hautes Terres d'Islande)
Longueur maximale km (2014)
Superficie km2 (2014)
Coordonnées 64° 37′ N, 20° 53′ O

Géolocalisation sur la carte : Islande

(Voir situation sur carte : Islande)
Okjökull

L'Okjökull était un glacier de l'ouest de l'Islande sur le volcan Ok[1]. Il s'agit du premier glacier de l'île à avoir disparu à cause du réchauffement climatique[2].

Après qu'il a été déclaré mort par le glaciologue Oddur Sigurðsson, les anthropologues Cymene Howe et Dominic Boyer ont tourné un documentaire sur le glacier et ont proposé de commémorer sa disparition par une plaque[1]. C'est le 18 août 2019 que la plaque commémorative bilingue, en islandais et en anglais, fut dévoilée[3]. Son texte est une lettre écrite par l'écrivain Andri Snær Magnason, intitulée « Bréf til framtíðarinnar » (en islandais) ou « A letter to the future » (en anglais)[4] :

« Ok est le premier glacier islandais à perdre son statut de glacier. Dans les 200 prochaines années, tous les glaciers du pays devraient suivre le même chemin. Ce monument vise à reconnaître que nous savons ce qui se passe et ce qui doit être fait. Vous serez les seuls à savoir si on l'a fait. »

La plaque se conclue avec l'inscription « Ágúst 2019 415 ppm CO2[2] ». Cette valeur correspond au niveau record de concentration de dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère en mai 2019[2], précédée par le mois de la cérémonie de pose de la plaque en islandais.

L'emplacement de la plaque a pour but de sensibiliser l'opinion publique au déclin des glaciers islandais[5],[6].

Elle a été posée en présence de la Première ministre islandaise Katrín Jakobsdóttir et du ministre de l’Environnement et des Ressources naturelles Guðmundur Ingi Guðbrandsson[2]. L'idée provient de Cymene Howe, professeure de l’Université Rice à Houston, qui analysait la réaction des Islandais face à la perte progressive de leurs glaciers et qui réalisait un documentaire sur la disparition d'Okjökull (Not Ok) en 2018[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Jane C. Hu, « How Can You Tell When a Glacier Is Dead? », sur Slate Magazine, (consulté le 18 août 2019)
  2. a b c d et e « L'adieu de l’Islande à l'Okjökull, premier glacier disparu à cause du réchauffement climatique », sur france24.com, (consulté le 19 août 2019)
  3. « L’Islande dit adieu à un glacier disparu sous l’effet du réchauffement », sur La Presse, (consulté le 18 août 2019)
  4. (en) Hannah Osborne On 7/23/19 at 10:50 AM EDT, « Iceland is about to hold a memorial for its first glacier lost to climate change », sur Newsweek, (consulté le 18 août 2019)
  5. (en) Doyle Rice, « 'Killed' by climate change: Iceland to erect memorial to lost glacier », sur USA TODAY (consulté le 18 août 2019)
  6. (en) Toby Luckhurst, « Obituary for an Icelandic glacier », (consulté le 18 août 2019)