Oiz (mont)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oiz.

Oiz
Sommet de l'Oiz depuis l'ermitage de San Cristóbal
Sommet de l'Oiz depuis l'ermitage de San Cristóbal
Géographie
Altitude 1 026 m
Massif Massif d'Oiz (Montagnes basques)
Coordonnées 43° 13′ 43″ nord, 2° 35′ 24″ ouest
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Pays basque
Province Biscaye

Géolocalisation sur la carte : Pays basque

(Voir situation sur carte : Pays basque)
Oiz

Géolocalisation sur la carte : Montagnes basques

(Voir situation sur carte : Montagnes basques)
Oiz

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Oiz

Le mont Oiz[1] est une montagne culminant à 1 026 m d'altitude dans le massif du même nom et connue, populairement, comme le Mirador de Biscaye.

L'Oiz est un des sommets les plus mythiques du territoire historique de Biscaye, au Pays basque (Espagne). Les sommets Oiz et Zengotitagane font partie d'une longue ligne de crêtes dont les eaux vont se jeter dans différents bassins fluviaux : Ibaizabal, Artibai, Lea, Oka et Deba, tous sur le versant cantabrique.

Sa situation privilégiée et sa hauteur font que, depuis sa crête et son sommet, on puisse visuellement contrôler un espace souvent qualifié par certains comme « infinie ».

Géographie[modifier | modifier le code]

La montagne Oiz possède une silhouette facilement identifiable même depuis très loin, silhouette accentuée par les hauts pylônes de communications qui sont édifiés sur leur sommet et par la longue rangée d'éoliennes qui parcourt la ligne de crête.

Oiz conserve encore des taches touffues et de la forêt mixte, surtout dans le nord, est, et sud-est. Les hautes zones, qui ont totalement subi une déforestation, sont des pâturages pour brebis, chevaux et vaches. La faune sauvage est aussi remarquable, avec de nombreuses espèces de mammifères comme le sanglier et le chevreuil. Quant aux oiseaux, il partagent l'habitat dans le parc naturel d'Urkiola tout proche.

Des exemples isolés de houx et d'arbustes comme les bruyères et myrtille, jalonnent le chemin, qui parfois décharné, montre les entrailles d'un sous-sol de pierre de grès, en franc contraste avec les calcaires des montagnes du Durangaldea. À Iturzuri, il existe une source.

Sur le sommet se trouve un point géodésique de premier ordre.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ligne de crête d'Oiz représente un des lieux les plus emblématiques de l'histoire de Biscaye et du Pays basque. Pendant une partie de la préhistoire, ces endroits ont été habités par une population consacrée au pacage qui a laissé des traces sur les monuments préhistoriques existants. Elle s'est plus tard rapprochée de la vallée jusqu'à la conquérir au début de notre Ère. La nécropole de San Juan de Momoitio en est un exemple.

Oiz est une des montagnes bocineros qui servaient à crier pour convoquer la population pour les Fors de Biscaye, depuis lesquelles on effectuait les convocations aux assemblées (Batzarrak en basque) ou assemblées de Guernica. Cet appel se faisait au moyen de feux et d'appels de cors.

Oiz a connu une catastrophe aérienne le un vol de la compagnie Iberia L.A.E qui faisait le trajet Madrid-Bilbao a heurté l'antenne d'Euskal Irrati Telebista (Télévision basque) (la première qui est vue dans la photographie), en tombant sur la pente nord a (148 victimes)[2].

Légende[modifier | modifier le code]

Oiz a aussi des mythes et légendes. Mari, la Dame d'Anboto, a sa demeure dans la montagne. Une légende raconte que tous les sept ans, Mari se déplace d'Anboto à Oiz, et que le temps, bon ou mauvais, ainsi que les récoltes, abondantes ou faibles, dépendront du lieu où elle se trouve.

Le parc éolien[modifier | modifier le code]

Installation[modifier | modifier le code]

Vue partielle du parc éolien du mont Oiz.

Un parc éolien d'une puissance de 34 MW a été installé sur la montagne Oiz. Ce parc, qui s'étend sur les territoires des communes de Mallabia, Bérriz et de Munitibar, est formé par 40 aéro-générateurs de 850 kW chacun et appartient à l'entreprise Eólicas Euskadi. Il a été le premier parc de génération d'énergie électrique par des moyens éoliens de Biscaye.

Les aéro-générateurs sont orientés selon une direction nord-ouest à sud-est. Il y a trois alignements différents : l'un est constitué de 21 aéro-générateurs, situés à l'est du sommet de l'Oiz, entre une altitude qui oscille entre les 850 m et les 965 m d'altitude, suivi d'un autre, de 9 machines génératrices, à une altitude de 770 m[3]. Ces deux alignements ont constitué la première phase de construction du parc qui est entré en service en décembre 2003[4]. Le troisième alignement, composé de 10 aéro-générateurs situés à l'ouest du sommet, est entré en service en août 2007. L'entrée en fonctionnement de la seconde phase a fait du parc éolien d'Oiz la plus grande installation de ce type de Biscaye et la seconde du Pays basque.

Dans la conception de la situation des aéro-générateurs on a pris des soins particuliers pour respecter différents éléments de valeur archéologique et naturelle, parmi lesquels le dolmen d'Iturzurigaina et le tumulus de Probazelaiburua I et II, ainsi que quelques éléments biotopiques (plaines inondables, groupements, végétation singulière…)[3]. La ligne d'évacuation de l'électricité produite par chaque générateur, ainsi que les lignes de contrôle de ce dernier, confluent dans un poste situé aux alentours de l'emplacement des aéro-générateurs, juste entre les tronçons un et deux. De ce point part une ligne souterraine qui a un saut aérien de 500 m, de 9 km de longueur et relie l'installation avec le réseau électrique général dans la sous-station que la compagnie Iberdrola possède dans la commune d'Abadiano.

Les aéro-générateurs ont été fournis par l'entreprise Gamesa Eólica et ont collaboré ailleurs fabrication des entreprises comme Indar, Ormazábal, Alkargo et Etxesa. L'installation de ces derniers a été effectuée par les entreprises de la zone Usabiaga et Aldaiturriaga tandis que l'ouvrage civil du parc a été réalisé par l'entreprise marquiñarra Gaimaz.

L'ouverture d'une piste de randonnée à pied des générateurs qui parcourt tout le mont Oiz a permis de compléter une série de parcours à bicyclette de montagne (VTT), interrompus auparavant, ouvrant ainsi des possibilités de création de beaucoup de routes de VTT de difficulté assez importante.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Vue de la face Sud du mont Oiz.

Eólicas Euskadi a commencé à effectuer des mesures des caractéristiques des ressources éoliennes de la montagne Oiz en 1997. Les générateurs sont de la marque Gemesa Eólica, des modèles G58-850 des kW et G58-850 kW[5], avec une puissance de 850 kW, un poids de 60 tonnes et un diamètre de pales 22 m et de 52 mètres de hauteur. Ils ont une vitesse de démarrage de 4 m/s et une vitesse de coupe de 25 m/s.

La vitesse moyenne du vent dans le parc est de 7,3 m/s. La puissance installée est de 34 MW, avec une production moyenne annuelle équivalant à la consommation de 85 000 maisons. L'investissement effectué a été pour la première phase, de 23 millions d'euros et pour la deuxième de 8,5 millions[5].

Ascensions[modifier | modifier le code]

Itinéraires[modifier | modifier le code]

Depuis la route qui serpente sur le versant Ouest du massif et où se trouve le mirador appelé Bizkaiko Talaia (« balcon de Biscaye »), une piste bien signalisée marque l'itinéraire vers Oiz (1 029 m) par la colline de Donesolo (550 m) pour monter en direction du passage d'Arreseburu (798 m) où l'ermitage de San Cristóbal et où se fait la jonction avec la piste de la montagne Oiz.

D'autres accès remarquables par le versant Nord sont Ziortza (307 m) ou le col de Gontzegarai (360 m). Dans ce dernier cas une piste arrive jusqu'à celle du col et ferme Kortaguren (595 m). En remontant directement la montagne depuis ce point.

Par le versant est l'ascension s'effectue depuis le col de Trabakua (405 m) par la colline de Zengotitagana (812 m) pour relier la lomada Oriental de la montagne Oiz.

Temps d'accès[modifier | modifier le code]

  • Durango (h 30 min) par Sarrimendi
  • Garai (h), par la piste d'Oiz
  • Balcon de Biscaye (h 30 min)
  • Col de Trabakua (h 30 min)

Cyclisme[modifier | modifier le code]

Le Balcon de Biscaye (925 m) est à l'arrivée de la 17e étape du Tour d'Espagne 2018 avec une montée raide classée en première catégorie, que le Canadien Michael Woods conclut en tête, au terme d'une échappée et dans le brouillard[6]. Dans le groupe des favoris, Alejandro Valverde reprend huit secondes au leader Simon Yates tandis que Nairo Quintana et Thibaut Pinot concèdent du temps dans cette dernière montée[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]