Oiseaux (recueil de poèmes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oiseau (homonymie).
Oiseaux
Informations générales
Titre
Oiseaux
Auteur
Langue
Publication
Date
Type

Oiseaux est un recueil de poèmes de Saint-John Perse dont la première publication – avec des lithographies de Georges Braque – sous le titre initial de L'Ordre des oiseaux est faite en aux éditions Au vent d'Arles, puis sous son titre définitif à La Nouvelle Revue française en décembre 1962 et enfin l'année suivante aux éditions Gallimard.

Écriture et publication du recueil[modifier | modifier le code]

Le « compagnonnage » entre Saint-John Perse et Georges Braque.

Ce recueil de poèmes est le résultat de l'initiative, en janvier 1962, des éditeurs François et Janine Crémieux qui contactèrent Saint-John Perse pour que ce dernier réalise les textes d'un livre de lithographies de Georges Braque consacrées aux oiseaux, ouvrage publié à l'occasion de la célébration des quatre-vingts ans du peintre[1]. Saint-John Perse, enthousiasmé par le projet qu'il considère comme un « compagnonnage[1] » – en raison de l'estime qu'il porte à l'homme et au peintre, rencontré à deux reprises (en 1958 et en 1961) –, finit de rédiger, en mars 1962 à Washington[2], les derniers poèmes d'un projet antérieur déjà avancé. Le livre paraît initialement dans une édition de luxe à tirage limité (150 exemplaires) en juin 1962 sous le titre L'Ordre des oiseaux avec douze lithographies de Georges Braque (tirées chez le graveur Aldo Crommelynck).

Avec l'accord des éditeurs pour que les droits d'auteur du recueil lui soient laissés à des fins de publication séparée, Saint-John Perse fait paraître en décembre 1962 ses poèmes dans La Nouvelle Revue française sous le titre de Oiseaux, puis en octobre de l'année suivante l'ensemble du recueil aux éditions Gallimard[1].

Le recueil Oiseaux, qui fait partie du « cycle provençal » de l'auteur, présente en épigraphe une citation latine de Aulus Persius Flaccus (dit « Perse »), extraite de ses Satires :

« ...Quantum non milvus oberret
...Plus que ne couvre le vol d'un milan »

— Aulus Persius Flaccus, Satires, livre IV. 5,26.

Structure du recueil[modifier | modifier le code]

  • I. L'oiseau, de tous nos consanguins...
  • II. Les vieux naturalistes française...
  • III. Toutes choses connues du peintre...
  • IV. De ceux qui fréquentent l'altitude...
  • V. Pour l'oiseau schématique à son point de départ...
  • VI. L'heure venue de la libération...
  • VII. Rien là d'inerte ni de passif...
  • VIII. Oiseaux, et qu'une longue affinité...
  • IX. D'une parcelle à l'autre du temps partiel...
  • X. Gratitude du vol !...
  • XI. Tels sont les oiseaux de Georges Braque...
  • XII. Ce sont les oiseaux de Georges Braque...
  • XIII. Oiseaux, lances levées...

Analyse du recueil[modifier | modifier le code]

Éditions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Oiseaux sur le site de la Fondation Saint-John-Perse, consulté le 8 août 2017.
  2. Amers suivi de Oiseaux et de Poésie – Allocution au banquet Nobel du 10 décembre 1960, coll. « Poésie » no 53, éditions Gallimard, 1970, (ISBN 9782070302482), p. 163.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Colette Camelin, Joëlle Gardes-Tamine, Catherine Mayaux et Renée Ventresque. Saint-John Perse sans masque, lecture philologique de l'œuvre, éditions La licorne, 2002. 417 p.
  • André Malraux, « Aborder l'œuvre de Saint-John Perse par le biais des oiseaux... », in catalogue de l'exposition « Les Oiseaux et l'œuvre de Saint-John Perse », Aix-en-Provence / Paris, 1976-1977, pp. 21-26.
  • Mireille Sacotte, Parcours de Saint-John Perse, éditions Champion - Slatkine, 1987. 374 p.

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Oiseaux sur le site de la Fondation Saint-John-Perse.