Oinikhol Bobonazarova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Oinikhol Bobonazarova
First Lady Michelle Obama Embraces 2014 IWOC Awardee Oinikhol Bobonazarova of Tajikistan (12935687743).jpg
Biographie
Activité
Autres informations
Distinction

Oinikhol Bobonazarova est une avocate[1] et une activiste politique tadjik qui agit pour les droits de l'homme dans son pays[2].

En 1993, elle est arrêtée et reconnue coupable de trahison pour avoir prétendument fomenté un coup d'État. Après avoir purgé quelques mois de prison, elle devient conseiller en droits de l'homme au Tadjikistan pour l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Elle travaille également pour la branche tadjike d'Open Society Foundations et, à partir de 2013, elle est la responsable du groupe pour les droits de l'homme, Perspektiva Plus[3], qui agit pour les droits des prisonniers, ceux des femmes et des travailleurs migrants tadjiks[4].

Elle a également travaillé à créer le premier programme indépendant de surveillance des prisons du Tadjikistan depuis que celles-ci sont fermées au monde extérieur, en 2004[4],[2].

En 2013, elle est la première femme à tenter de briguer la présidence au Tadjikistan, mais sa campagne n'aboutit pas car elle ne parvient pas à recueillir suffisamment de signatures pour continuer[1],[2],[4],[3].

Elle reçoit, le , du Département d'État des États-Unis, le Prix international de la femme de courage[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Woman bids for Tajik presidency backed by Islamic party », sur le site Fox News World, (consulté le 6 novembre 2016).
  2. a b c et d (en) « Bios of 2014 Award Winners », sur le site du département d'État des États-Unis, (consulté le 6 novembre 2016).
  3. a et b (en) « Is Tajikistan Moving Backward on Rights? », sur le site The Diplomat, (consulté le 6 novembre 2016).
  4. a b et c (en) « Tajik Human Rights Activist Named a Woman of Courage », sur le site Global Voices, (consulté le 6 novembre 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]