Ohain (Nord)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ohain.

Ohain
Ohain (Nord)
Église Saint-Martin d'Ohain.
Blason de Ohain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Fourmies
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Avesnois
Maire
Mandat
Alain Rattez
2014-2020
Code postal 59132
Code commune 59445
Démographie
Population
municipale
1 217 hab. (2015 en diminution de 5,8 % par rapport à 2010)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 02′ 27″ nord, 4° 07′ 10″ est
Altitude Min. 204 m
Max. 255 m
Superficie 11,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Ohain

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Ohain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ohain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ohain

Ohain est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ohain se situe dans le sud-est du département du Nord (Hainaut) en plein cœur du Parc naturel régional de l'Avesnois. L'Avesnois est connu pour ses prairies, son bocage et son relief un peu vallonné dans sa partie sud-est (début des contreforts des Ardennes), dite « petite Suisse du Nord ».

En fait, Ohain fait partie administrativement de l'Avesnois, géologiquement des Ardennes, historiquement du Hainaut et ses paysages rappellent la Thiérache.

La commune se trouve à 135 km de Lille (Préfecture du Nord), 115 km de Bruxelles (Belgique) ou Reims (Marne), à 55 km de Valenciennes, Mons (Belgique) ou Charleroi (Belgique) et à 18 km d'Avesnes-sur-Helpe (Sous-Préfecture). Ohain jouxte la ville de Fourmies.

La Belgique se trouve à 2 km.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Ohain
Glageon Trélon Wallers-en-Fagne
Glageon Ohain Momignies
Fourmies Anor Beauwelz

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Ohain (Nord).svg

Les armes de Ohain se blasonnent ainsi : D’or à quatre pals de gueules, à la bordure engrêlée d’azur.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ohain(Oain) vers 1780 (carte de Cassini)
  • 843 : avec le traité de Verdun, le partage de l'empire carolingien entre les trois petits fils de Charlemagne octroie à Lothaire I, la Francie médiane qui comprend le Hainaut dont fait partie le village.
  • 855 : avec le traité de Prüm qui partage la Francie médiane entre les trois fils de Lothaire I, le Hainaut est rattaché à la Lotharingie dont hérite Lothaire II.
  • 870 : avec le traité de Meerssen après la mort de Lothaire II, une partie de la Lotharingie dont fait partie le Hainaut est rattachée à la Francie occidentale.
  • 880 : avec le traité de Ribemont en 880, le Hainaut est rattaché à la Francie orientale qui deviendra le Saint-Empire romain germanique en 962.
  • 1197, première mention d'Ohain, sous forme d'Oain, dans Le cartulaire du Mont Saint-Martin[1].
  • En 1543, Ohain est saccagé par les troupes de François I, en 1552 et en 1554 par celles de Henri II, en 1651 et 1653 par les armées de Louis XIV[2].
  • 1637 : la commune d'Ohain devient indépendante et ne constitue plus une dépendance de Trélon (cf supplément spécial Le Courrier du 20/07/2012).
  • 1773 : la paroisse d'Ohain devient indépendante de la paroisse de Trélon.
  • 1813 : mise en exploitation d'une mine de fer au lieu dit du Trou Beumont. Une seconde mine de fer est exploitée de 1870 à 1874 dont la famille Mérode fut concessionnaire[3] (cf supplément spécial Le Courrier du 20/07/2012).
  • 1828 : construction du presbytère.
  • Au milieu du XIXe siècle, Ohain se développe sous le gouvernement de Charles Hanoteau, bienfaiteur de la commune. De cette période datent l'église, le cimetière et un grand bâtiment qui héberge la mairie et l'école[4]. Charles Hanoteau dote la commune par un legs d'une pompeuse salle de musique, maintenant salle polyvalente.
  • 1843 : construction de l'église dédiée à Saint Martin.
  • 1865 : création de la première filature par Delval-Hardy (cf supplément spécial Le Courrier du 20/07/2012).
  • 1874 : création d'une deuxième filature par Bastien-Bourdu (cf supplément spécial Le Courrier du 20/07/2012).
  • Plans du cadastre napoléonien (1823 et 1883) d'Ohain : site internet des Archives départementales du Nord
  • Première guerre mondiale : Ohain se trouve en zone occupée par les troupes Allemandes d'août 1914 jusqu'au 9 novembre 1918, date où le village est libéré par des troupes Françaises, 2 jours donc avant l'armistice.
  • 2000 : En juillet 2000, l'usine textile encore présente dans le village qui comportait 120 employés brûle. Une usine a été reconstruite en 2003 dans la commune voisine de Trélon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
en cours
(au 4 avril 2014)
Alain Rattez DVG Réélu pour le mandat 2014-2020[5]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2015, la commune comptait 1 217 habitants[Note 1], en diminution de 5,8 % par rapport à 2010 (Nord : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6905367118159831 0251 1071 1021 086
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1001 1261 1881 1561 2001 3571 3871 3791 362
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3431 3421 2641 1131 2321 2011 1621 0751 153
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 1211 1141 1771 1761 1531 1841 2511 2891 223
2015 - - - - - - - -
1 217--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Ohain en 2007 en pourcentage[10].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,3 
3,9 
75 à 89 ans
7,9 
13,4 
60 à 74 ans
15,7 
21,6 
45 à 59 ans
19,6 
20,8 
30 à 44 ans
20,8 
16,6 
15 à 29 ans
19,0 
23,4 
0 à 14 ans
16,8 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[11].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Patrimoine et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin, construite vers 1843-1845 (date sur l'église: 1845), entièrement en pierres grises. Les vitraux de l'église datent de 1888 et proviennent d'un atelier de verrerie à Trélon.
  • Orgues Delmotte de 1885 dans l'église Saint-Martin, restaurés en 1998, monument historique depuis 2010[12]
  • La salle de musique, édifiée grâce au legs de Charles Hanoteau, bienfaiteur de la commune. Elle sert actuellement de salle des fêtes.
  • Le monument aux morts, érigé après la guerre de 1914-1918, commémore aujourd'hui les morts de toutes les guerres, 1870-1871, 1939-45, Algérie et Indochine[13].
  • Un circuit des chapelles permet de visiter un grand nombre de chapelles et oratoires dans le bourg et les hameaux de la commune. La chapelle du Grand Dieu date de la fin du XVIIe siècle. Elle a reçu son nom de la grande statue du Christ qui remplit quasiment toute la chapelle. Cette statue a été sculptée par un infirme qui y a mis l'expression de ses propres souffrances[14]. Elle se trouve près de l'endroit où des fouilles ont mis au jour des traces d'habitation préhistorique. La chapelle Sainte-Face, Saint-Georges et Saint-Antoine de 1887 en pierre blanche de Saint-Dizier a été restaurée en 2011.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Literary remains of the late Emannuel Deutsch. With a brief memoir (1874) p.195
  2. Alfred Desmasures Histoire des communes du canton de Trélon et notes historiques sur ses environs, Avesnes, 1860, p.71
  3. Journal des Mines, 1811 p.318
  4. Alfred Desmasures Histoire des communes du canton de Trélon et notes historiques sur ses environs, Avesnes, 1860, pg 73
  5. « Élection de maires », Le Courrier de Fourmies, no 3340,‎ , p. 18 (ISSN 0183-8415)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. « Évolution et structure de la population à Ohain en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 30 juillet 2010)
  11. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 30 juillet 2010)
  12. Malou Haine,Nicolas Meeùs, Dictionnaire des facteurs d'instruments de musique en Wallonie et à Bruxelles du 9e siècle à nos jours, p 122-125. Pierre Magdara, éditeur, (ISBN 2-87009-250-4)
  13. Memorialgenweb.org - Ohain : monument aux morts
  14. Alfred Desmasures Histoire des communes du canton de Trélon et notes historiques sur ses environs, Avesnes, 1860, pg 72