Oh Sees

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Oh Sees
Description de cette image, également commentée ci-après
Thee Oh Sees en concert au festival Primavera de Barcelone en 2010.
Informations générales
Autre nom Orinoka Crash Suite, OCS, Orange County Sound, The Ohsees
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Garage rock, rock psychédélique, rock alternatif, punk rock, noise rock, art punk, post-punk
Instruments Guitare, basse, batterie, claviers
Années actives Depuis 1997
Labels Load Records, Narnack Records, Rock is Hell Records, Castle Face Records, In the Red Records
Site officiel www.theeohsees.com
Composition du groupe
Membres John Dwyer
Timothy Hellman
Dan Rincon
Paul Quattrone
Anciens membres Brigid Dawson
Petey Dammit
Mike Shoun
Nick Murray
Lars Finberg
Ryan Montinho
Patrick Mullins

Oh Sees (anciennement OCS, The OhSees et Thee Oh Sees) est un groupe de garage rock psychédélique[1] américain, originaire de San Francisco, en Californie. Mené par le multi-intrumentiste John Dwyer, figure de proue de la scène garage californienne, la formation n'a cessé de changer d'aspect au fil des années, débutée comme un projet solo freak folk au début des années 2000 pour dériver progressivement vers un son s'affiliant au garage rock avec la constitution d'un groupe à part entière (Brigid Dawson en pianiste/choriste, Petey Dammit à la guitare/basse et Mike Shoun à la batterie) aux alentours de 2007.

Salués pour leurs prestations lives énergiques et la régularité exemplaire de leurs enregistrements, Thee Oh Sees ainsi formés seront en activité jusqu'en 2013, année qui marquera une première pause. Un album est enregistré en solo, les instruments changent de main, et le groupe réapparait en 2015 avec de nouveaux musiciens, dont deux batteurs en simultanée. Malgré quelques changements de formation successifs, celle-ci demeure telle quelle. Leur dernier album en date, Face Stabber, est paru en août 2019.

Biographie[modifier | modifier le code]

Prémices (1997–2003)[modifier | modifier le code]

Originaire de la ville de Providence (capitale de Rhode Island), John Paul Dwyer s'initie à la scène garage-punk locale (Lightning Bolt, Drop Dead, Six Fingers Satellite, ...) dans les clubs de sa ville, délaissant ses études pour les soirées festives et la drogue[2],[3],[4]. Après avoir enchainé les petits boulots, il déménage en 1997 à San Francisco, en Californie, avec son ami Jeff Rosenberg où ils forment Pink and Brown, duo bruitiste produisant un punk lo-fi extrême à travers lequel Dwyer commencera à se faire un nom. Les années passants, Il prend part à des nombreux projets locaux, donnant dans le garage survolté (The Coachwhips, The Hospitals), le metal industriel (Dig That Body Up, It's Alive!)[5][source insuffisante] entre autres mises en scène loufoques (Zeigenbock Kopf, parodie d'un groupe de techno industrielle allemand gay-friendly)[6],[7].

Aux alentours de 2003, il commence à enregistrer ses propres compositions solo sous le pseudonyme de OCS, qu'il met au jour avec un premier essai sobrement intitulé 1. Il s'y consacre pleinement durant les années suivantes, abandonnant progressivement les groupes sus-cités pour se concentrer sur sa musique (exception faite de Yikes, qui sera tardivement dissout en 2007)[8],[9],[10].

Thee Oh Sees (2006–2013)[modifier | modifier le code]

En 2006, il invite son amie musicienne Brigid Dawson à enregistrer des chœurs sur son cinquième effort, The Cool Death of Island Raiders ; qui annonce les prémices de Thee Oh Sees. L'année suivante, le guitariste Petey Dammit, autre figure notable du paysage musical californien, est recruté au rang de bassiste, bien qu'il conserve sa Jazzmaster de prédilection pour remplir ce rôle[11].

Dans la foulée, ils enregistrent Sucks Blood, dont la parution inaugure le tout nouveau label Castle Face, cofondé avec Dwyer[12], et marque l'ultime participation du batteur Patrick Mullins, acolyte de longue date de OCS/Thee Ohsees. L'album suivant, The Master's Bedroom Is Worth Spending a Night In, voit le poste doublement occupé par Jigmae Baer et Mike Shoun, ce dernier conservant la place et officialisant la formation désormais définitivement intitulée Thee Oh Sees[13],[14]. La production de cet album sera créditée à un certain Chris Woodhouse, musicien éclectique et ingénieur du son fermement associé à la scène californienne (ses premières contributions se faisant avec The Hospitals quelques années auparavant), qui épaulera dès lors la formation dans ses moindres enregistrements.

La bande ainsi formée en 2008 publie inlassablement et poursuit un marathon de tournées, gagnant en notoriété. Le single Tidal Wave est utilisé pour une scène de la série Breaking Bad[15][source insuffisante] (2011), tandis que The Dream se retrouve dans le jeu vidéo Grand Theft Auto V (2013). Parallèlement, le son du groupe se cristallise autour d'un garage rock remis au goût du jour (dit « revival »), emportant avec eux l'énergie caractéristique du genre qu'ils dispensent au travers de prestations scéniques exubérantes[16].

Au cours de l'année 2013, alors que sept albums, et au moins trois EP, sont produits en près de cinq ans, John annonce lors d'un live à San Francisco que « ce sera le dernier concert des Oh Sees pour un bout de temps[14]. » Leur manager annonce peu de temps après que diverses raisons personnelles ont poussé les membres à mettre le groupe en sursis. Parallèlement, les fans inquiets se voient rassurés par la promesse d'un nouvel album pour début 2014[14].

Pause et nouvelle formation (2014–2017)[modifier | modifier le code]

Cette courte pause octroie une bouffée d'air aux Thee Oh Sees ; John déménage à Los Angeles (« Un nouveau départ dans ma vie. J'ai vieilli, j'ai besoin d'espace. Je n'ai rien contre San Francisco, mais c'est juste trop bondé »[17]) et met au monde un nouveau projet solo appelé Damaged Bug, où il expérimente une musique électronique bruitiste, et dont le premier opus, Hubba Bubba, est publié en février 2014[18]. Brigid se tourne vers la peinture et participe à des expositions[19], tandis que Petey et Mike continuent la musique au sein de plusieurs formations de la côte[20].

Chose promise, Drop, fruit d'une collaboration d'urgence entre Dwyer et Woodhouse (aux studios The Dock de ce dernier)[17], parait en , et les affaires reprennent dès juin avec l'apparition d'une toute nouvelle formation : Timothy Hellman (ex-Sic Alps) à la basse et Nick Murray (ex-White Fence) aux fûts[21]. Le trio embarque pour une tournée mondiale, et s'engouffre aussi vite en studio à l'aube 2015 pour enregistrer Mutilator Defeated at Last, avec la présence fortuite de Brigid aux chœurs[22],[23]. Une fois de plus, les instruments changent de main, le batteur est remercié et remplacé par une paire, Dan Rincon et Ryan Moutinho, une configuration rythmique qui deviendra dès lors la signature du groupe[13].

Les tournées se poursuivent, le groupe revient en 2016 avec deux albums issus des mêmes sessions en studio, A Weird Exits en août, puis An Odd Entrance en novembre. Cette fin d'année marque le départ de Ryan Moutinho[13]. Le trio ainsi formé retrouve son second batteur dès en la personne de Paul Quattrone, fraichement débarqué de !!![24].

Oh Sees, OCS (depuis 2017)[modifier | modifier le code]

En juin 2017, le groupe annonce un changement de nom en Oh Sees, accompagné d'un nouveau titre, The Static God qui précède la parution de Orc, leur dernier effort en date[25].

Au mois de novembre de la même année, Dwyer et Brigid reprennent les choses là où elles avaient été laissées aux alentours de 2006 avec Memory of a Cut-Off Head, un album pour lequel ils changent à nouveau de nom et reprennent celui de OCS[26],[16].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Invité studio[modifier | modifier le code]

  • Chris Woodhouse – divers instruments, ingénieur-son (depuis 2008)

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Brigid Dawson – chant, claviers (2005–2013, 2015)
  • Petey Dammit – basse (2006–2013)
  • Patrick Mullins – batterie (2004–2006)
  • Jigmae Baer – batterie (2006–2007)
  • Mike Shoun – batterie (2007-2013)
  • Lars Finberg – batterie, guitare, chant (2011–2012)
  • Nick Murray – batterie (2014–2015)
  • Ryan Moutinho – batterie (2015–2016)
  • Christopher Owens - chant, tambourine (2008, uniquement concerts)

Chronologie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

sous le nom OCS
sous le nom The OhSees
sous le nom Thee Oh Sees
sous le nom Oh Sees

Compilations & Live[modifier | modifier le code]

Singles et EP[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane Deschamps, « Thee Oh Sees - The Master’s Bedroom Is Worth Spending a Night in. Méchamment psyché, voire psychopathe », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 2 août 2013)
  2. (en) Henry Rollins, « The Best Rock Band You've Never Heard of Has a New Record Today », sur Esquire, .
  3. (en) Beth Comery, « Oh Sees’ John Dwyer On Marc Maron », sur Providence Daily Dose, .
  4. (en) Marc Maron, « WTF with Marc Maron - Episode 862 : John Dwye », sur WTF Podcast, .
  5. Un de leurs albums sur YouTube.com
  6. (en) « Biographie de Zeigenbock Kopf », sur Last.fm.
  7. (en) Surfing Magazin, « Surfing sounds: Thee Oh Sees », sur Surfer, .
  8. (en) « Biographie de Pink and Brown », sur Last.fm.
  9. (en) « Biographie de Coachwhips », sur Last.fm.
  10. (en) « Biographie de Yikes », sur Last.fm.
  11. (en) The Fader, « Interview: Thee Oh Sees », sur The Fader, .
  12. (en) Cole Goins, « Head Coach - An Interview with John Dwyer », sur Dusted Magazine, .
  13. a b et c (en) « Thee Oh Sees Drummer Ryan Moutinho Leaves Band Mid-Tour », sur The Culture Files, .
  14. a b et c (en) Chris Coplan, « Thee Oh Sees announce hiatus, but will release new album in early 2014 », sur Consequence of Sound, .
  15. L'extrait en question sur YouTube
  16. a et b (en) Dominic Haley, « All hail the 20 years and 20 albums of John Dwyer’s Oh Sees/OCS/Thee Oh Sees », sur Loud and Quiet, .
  17. a et b (en) Peter Watts, « Thee Oh Sees – Drop », sur Uncut Magazine, .
  18. (en) « Descriptif de Damaged Bug », sur Castle Face.
  19. (en) Brooklyn Vegan staff, « Brigid Dawson taking a break from playing live with Thee Oh Sees... », sur Brooklyn Vegan, .
  20. (en) Brooklyn Vegan staff, « Dylan Shearer releasing new LP on Castle Face featuring Petey Dammit... », sur Brooklyn Vegan, .
  21. (en) CoS staff, « Thee Oh Sees announce North American tour », sur Consequence of Sound, .
  22. (en) Gabriela Tully Claymore, « Thee Oh Sees – “Web” + Mutilator Defeated At Last Details », sur Stereogum, .
  23. (en) Aaron Leitko, « Thee Oh Sees : Mutilator Defeated at Last », sur Pitchfork, .
  24. (en) Mindy Bond, « !!! (Chk Chk Chk) Drummer Paul Quattrone Joins Thee Oh Sees », sur The Culture Files, .
  25. (en) James Rettig, « Thee Oh Sees Change Their Name, Announce New Album Orc », sur Stereogum, .
  26. Abigaïl Aïnouz, « Le plus grand groupe de rock du monde change encore de nom », sur Les Inrockuptibles, .

Liens externes[modifier | modifier le code]