Les Ogres de Barback

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ogres de Barback)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ogre (homonymie).
Les Ogres de Barback
Description de cette image, également commentée ci-après

Fredo, le chanteur, lors du concert Aux urnes, etc. au Zénith de Paris le

Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical chanson française, influence tzigane
Années actives Depuis 1994
Labels Irfan, le label
Site officiel lesogres.com
Composition du groupe
Membres Fred, Sam, Alice et Mathilde
logo de Les Ogres de Barback

Logo de Les Ogres de Barback.

Les Ogres de Barback (souvent dénommés Les Ogres) est un groupe français auto-produit créé en 1994 et dont les membres sont quatre frères et sœurs. Chacun étant multi-instrumentiste, la couleur des chansons est très variée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Fred, Sam, Alice et Mathilde Burguière sont nés dans une famille de musiciens, leur père ayant été pianiste de concert, notamment avec le groupe Il était une fois à ses débuts[1]. Dès 1992, Sam commence à jouer dans un groupe influencé par des formations telles que la Mano Negra et les Bérurier noir : « les minoritaires ». Il est bientôt rejoint par son frère Fred qui prend l'accordéon[2]. En parallèle, les deux frères jouent en duo dans les bars ou le RER[3]. De leur côté, Alice et Mathilde créent aussi des groupes avec lesquels elles jouent dans la rue et en 1994, les quatre frères et sœurs font leurs premières répétitions ensemble avant de donner le premier concert des Ogres de Barback le 17 septembre 1994 à la dame bleue, le bar du CAES, un squat de Ris-Orangis[4].

Les Ogres ont grandi à Jouy-le-Moutier dans le Val-d'Oise. D'origine arménienne, ils sont des descendants de rescapés du génocide arménien[5]. La famille Burguière compte un cinquième enfant, Léo, né après les débuts du groupe et qui accompagne parfois ses frères et sœurs, que ce soit sur scène pour le concert des 10 ans[6] ou sur album, comme batteur sur Comment je suis devenu voyageur[7] par exemple.

Les membres sont tous multi-instrumentistes :

1994 - 1997 : Les débuts[modifier | modifier le code]

Après le premier concert de septembre 1994, les Ogres de Barback continuent à jouer régulièrement dans des bars, petites salles et dans la rue. Puis après trois ans, ils envisagent la sortie d'un album. Ce disque auto-produit, Rue du Temps, sera financé en partie par une souscription auprès du public et enregistré par François Vacher (qui travaille alors avec les Têtes raides) au studio Ornano à Paris. La pochette est illustrée par Aurélia Grandin qui continuera à travailler avec le groupe par la suite[8]. Après avoir vendu les 3000 premiers exemplaires de Rue du Temps à la fin des concerts et par dépôt-vente chez les disquaires, le groupe confie la distribution de l'album à Pias[9]. Au total ce premier disque se vend à 10000 exemplaires[10]. Parmi les chansons de ce premier album se trouve une chanson qui deviendra un des « hymnes fédérateurs » du public du groupe, et que ce dernier continue à interpréter sur scène après plus de vint ans[11]. Le titre apparaît ainsi sur l'album live 20 ans ! sorti en 2015.

1998 - 2002 : Latcho Drom et Irfan le label[modifier | modifier le code]

Dès l'hiver 1998, le groupe qui est attiré par le théâtre de rue et le monde du cirque envisage l'achat d'un chapiteau pour pouvoir organiser des tournées avec le maximum d'autonomie. Pour cela est lancé le projet Latcho Drom (du nom du film de Tony Gatlif) : organisation d'un concert de soutien au Glazart (avec Les Matchboxx, Bénabar, K2R Riddim ...), création d'une association et achat du premier chapiteau et organisation d'une tournée[12],[13].

Un deuxième album, lui aussi auto-produit, sort en 1999 : Irfan, le Héros. C'est le dernier album à sortir avant que les Ogres ne montent leur propre structure pour assurer la production et par la suite la distribution de leur musique pour, comme le revendique le groupe : « évoluer à [son] rythme. Rester dans l'artisanat, en somme »[8].

En 2000, le groupe sort son troisième album, Fausses notes & Repris de Justesse, constitué de deux disques, un enregistré en studio, l'autre en public. Pour fêter la sortie de l'album, le groupe organise une tournée dans une dizaine de villes françaises avec à chaque étape une série de trois concerts en compagnie d'un groupe différent[14].

C'est aussi au cours de l'année 2000 que le groupe reprend en main la distribution de ses disques[11]. Ceux-ci sont dans un premier temps distribués par une structure associative géré par le groupe, avant que le format associatif ne s'avère trop contraignant et que la nécessité de créer un label ne s'impose. En avril 2001, le label Irfan est finalement lancé, dans un premier temps autour des productions du groupe avant d'étendre son activité à des groupes « amis ». Cette volonté d'indépendance se traduit en 2004 par la participation du label au projet CD1D initié avec 6 autres labels indépendants et qui vise à proposer aux labels de ce type une plateforme de diffusion dédiée (vente en ligne de supports physiques et de fichiers numériques sans DRM.

Le 9 mai 2001, quelques semaines après le lancement du label, sort le premier album diffusé par Irfan : Croc'Noces. En parallèle, le groupe a travaillé sur un projet avec les Hurlements d'Léo rencontrés quelques années plus tôt : un air, deux familles. Une dizaine de chansons sont créées en commun et une tournée est organisée en France. Puis, à l'initiative des Hurlements d'Léo, les deux groupes envisagent une tournée sous chapiteaux à travers l'Europe. Le financement du projet se fait par la vente d'un album live enregistré sous chapiteaux : Un air, deux familles, écoulé à 50 000 exemplaires. Entre avril et juin 2002, la tournée passe par la Belgique, l'Allemagne, la Pologne, la Roumanie et la Suisse. Les images tournées à cette occasion donnent lieu à un DVD sorti en 2003, vendu à 10 000 copies et désormais épuisé[15].

Depuis 2003 : affirmation de l'indépendance[modifier | modifier le code]

Après une tournée courant 2010, où ils firent une centaine de concerts dans un spectacle monté en trois actes, rendant notamment hommage aux auteurs les ayant inspiré (Georges Brassens, Boby Lapointe...), ils publièrent sur internet un album de cinq titres, nommés Stéréo Pirates. L'album est un mix de chansons des Ogres de Barback (La Manche,Grosse tortue, Little Gentleman...) avec des chansons des artistes qu'ils écoutaient plus jeunes et qui les ont ouvertement inspirés (Noir Désir, Mano Negra, NTM...).

En 2011 sort leur douzième album, Comment je suis devenu voyageur. Il s'ensuit une tournée d'un an et demi, baptisée La Fabrique à chanson. Avec un décor imposant, sorte de grue amovible à souhait, et orientée autour du thème du voyage, des oiseaux et des cartes postales, la tournée des Ogres sillonne la France jusqu'en décembre 2012. La tournée est accompagnée d'un blog, Sur la route [16] où le groupe publie régulièrement des articles relatant leurs concerts et s'achève avec la publication d'un DVD/album, La fabrique à chansons.

La chanson pour enfants : Pitt Ocha[modifier | modifier le code]

Avec l'arrivée de leurs premiers enfants, les Ogres commencent à composer des chansons pour enfants qui se concrétisent par la sortie d'un album en 2003 : La pittoresque histoire de Pitt Ocha[17]. Malgré les avertissements des professionnels du disque pour enfant qui avaient prévenu le groupe que le marché était bouché[18], ce premier album jeunesse est un succès avec plus de 140000 exemplaires vendus[19]. À cette occasion, le groupe s'engage auprès d'Handicap International en choisissant de reverser à l'association 1€ pour chaque album vendu[20].

Pour La pittoresque histoire de Pitt Ocha, le groupe s'entoure d'artistes parmi lesquels Tryo, Les Hurlements d'Léo ou encore Pierre Perret. Les illustrations sont réalisées par les partenaires habituels des Ogres que sont Éric Fleury et Aurélia Grandin. Cette dernière, après avoir illustré les premiers albums du groupe s'est spécialisée dans la littérature jeunesse et au cours de cette même année 2003, elle publie chez Rue du monde Raymond, pêcheur d'amour et de sardines qui est mis en musique par les Ogres de Barback[21]. En 2010, ce premier épisode des aventures de Pitt Ocha bénéficie d'une nouvelle sortie sous la forme d'un livre accompagné d'un CD, destiné à mettre en valeur les illustrations dans un plus grand format[22].

Les aventures de Pitt Ocha se poursuivent à travers deux autres albums, toujours constitués de nombreuses collaborations : Pitt Ocha au Pays des Mille Collines en 2009, et Pitt Ocha et la Tisane de couleurs en 2013. Sur le même principe que pour le premier opus, pour chaque album vendu, 1€ est reversé à une association. L'association destinataire est créée pour l'occasion et se nomm : « Pitt Ocha pour un monde de sons ». L'association vise à financer des projets autour de la musique et de la culture[23].

Collaborations[modifier | modifier le code]

Dès les débuts du groupe, celui-ci s'affirme à travers ses nombreuses collaborations dont les

Le groupe aime collaborer avec d'autres artistes. Ainsi, dans la chanson 3-0 (sur Terrain vague), chaque couplet évoque une série de clichés liés à une ville de France et comporte un invité différent (Sanseverino pour Paris, Fanch pour Rennes, Les Hurlements d'Léo pour Bordeaux, les frères Amokrane de Zebda et les Fabulous Trobadors pour Toulouse, Massilia Sound System pour Marseille, La Tropa pour Lyon, Weepers Circus pour Strasbourg, et Loïc Lantoine pour Lille). Ils ont également étroitement collaboré à l'album Çui-là de Pierre Perret sorti en 2003 sur lequel ils participent à la musique ainsi qu'aux arrangements.

Ils ont aussi joué avec Tryo sur trois chansons : La première fois, Accordéon pour les cons et Mam'zelle Bulle (sur l'album live Tryo au Cabaret Sauvage).

Engagement[modifier | modifier le code]

Les Ogres organisent entre septembre 2006 et mai 2007 une tournée sous les chapiteaux Latcho Drom intitulée : Aux Urnes Etc. Cette tournée n'a pas pour seul but de faire des concerts, mais de sensibiliser le public à l'action citoyenne et aux élections présidentielles à venir. Les concerts n'étant qu'un attrait, mais l'essentiel du programme est constitué de débats, projections, discussion et autres animations citoyennes.

À la veille du second tour de l'élection présidentielle française de 2007, le groupe se produit à Oyonnax et diffuse une vidéo qui fait alors partie de leur spectacle et est constituée d'images d'actualités, parmi lesquelles certaines incluant les deux candidats Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal. Quelques jours après ce concert, le maire de la ville envoie un courrier au groupe en mentionnant un « incident au cours duquel le spectacle a servi de prétexte à une action de propagande politique dirigée contre l'un des candidats à l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy, et en faveur de son adversaire, Ségolène Royal »[24]. Les Ogres répondent alors point par point aux récriminations du maire dans une lettre ironique diffusée en ligne[25].

Le 18 avril 2013, dans le cadre du débat législatif à l'Assemblée nationale au sujet de l'ouverture du mariage à tous les couples, le député Olivier Dussopt appuie son discours sur leur chanson Jérôme[26].

Style et influences[modifier | modifier le code]

Les Ogres indiquent être influencés à la fois par la chanson française (Georges Brassens, Renaud, Pierre Perret...), le rock alternatif des années 1980 (Les VRP, Bérurier Noir ou encore Mano Negra dont ils reprennent La Ventura sur la compilation Mano Negra Illegal...) et par ce qu'ils dénomment la « musique du voyage » et en particulier la musique des pays de l’Est (Les Yeux Noirs, Bratsch et les musiques des films de Tony Gatlif ou Emir Kusturica, à qui ils doivent le nom de leur propre label : Irfan)[27].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studios[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Pitt'Ocha[modifier | modifier le code]

Collaborations[modifier | modifier le code]

1998
2001
2002
2003
2005
2006
  • Un million d'enfants [Fredo] / L'Air de rien - Luttopie
2007
  • Dimanche soir [Fredo] / Jules - Les années douces
2008
  • Les Saints Ecrits / Les Barbeaux - No Friture
  • Pour louper l'école + La remueuse / Aldebert - Enfantillages
2009
  • Bleus [Fredo] / Syrano - Le Gout du Sans
2010
  • La route du rom / L'Air de rien - La route du rom
  • Morphée [scie musicale, Alice] + La Petite Mort [violoncelle, Alice] / La Mine de Rien - La tête allant vers
2011
  • Je m'suis fait tout petit + Les sabots d'hélène / Brassens chanté par Les ogres de barback, Debout sur le zinc, Aldebert, Agnés Bihl, Weepers Circus, Yves Jamait
  • L’hôtel de Parmes [Fredo] / La Meute Rieuse - Les yeux des fesses
2012
  • Roumanie / La Mine de Rien - Live
2013
  • Barbara du bouts des lèvres [Camille Simeray (La Meute rieuse) et Sam Burguière (Les Ogres de Barback)]
2014
  • Mélodie [Fredo] + Avec des si [violoncelle, Alice] / La Mine de Rien - Avec des si

DVD[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bertrand Dicale, « Le bel appétit des Ogres de Barback », Le Figaro,‎ , p. 29
  2. Les Ogres de Barback 2008, p. 3
  3. Marc Dazy, « Les anges débarqués », Le Progrès,‎
  4. Les Ogres de Barback 2008, p. 7
  5. Sébastien Homer, « Les Ogres aiment les marionnettes, pas les pantins », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  6. « 10 ans d'Ogres et de Barback », sur cd1d.com (consulté le 12 mai 2016)
  7. Bertrand Dicale, « Le voyage enraciné des Ogres de Barback », sur www.rfimusique.com,‎ (consulté le 12 mai 2016)
  8. a et b Les Ogres de Barback 2008, p. 75
  9. Les Ogres de Barback 2008, p. 54
  10. Laura Trocmé et Daniel Ferrat, « Rencontre avec Fred des Ogres de Barback, le 22 septembre, centre de la chanson », sur centredelachanson.com,‎ (consulté le 12 mai 2016)
  11. a et b « Les Ogres de Barback - Biographie », sur www.radioneo.org,‎ (consulté le 12 mai 2016)
  12. Les Ogres de Barback 2008, p. 29
  13. Frédéric Durscaso, « Les musiciens nomades », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  14. Les Ogres de Barback 2008, p. 32
  15. « Un air, deux familles », sur www.lesogres.com (consulté le 13 mai 2016)
  16. http://lesogres.com/blog/
  17. Gaëlle Farre, « Pitt Ocha et la tisane de couleurs », sur www.ricochet-jeunes.org (consulté le 12 mai 2016)
  18. [vidéo] Fred Burguière - Pitt Ocha et ses papas chanteurs - L'invité du jour - Les Maternelles sur YouTube
  19. Jean-Yves Dana, « La jeunesse retrouvée du disque pour enfants », La Croix,‎ (lire en ligne)
  20. Meryem Driouch, « Eric Fleury, l'illustrateur fantaisiste des Ogres de Barback », sur Culturebox,‎ (consulté le 12 mai 2016)
  21. Philippe-Jean Catinchi, « Délirante épopée et périple agité », Le Monde des livres,‎ , p. 5
  22. Irfan Le label, « Le 1er tome de Pitt Ocha en librairie », sur lesogres.com,‎ (consulté le 12 mai 2016)
  23. « En savoir plus sur l'asso », sur www.pittocha.com (consulté le 12 mai 2016)
  24. Alexandre Piquard, « Une polémique entre Les Ogres de Barback et la mairie d'Oyonnax circule par e-mail », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  25. Mathilde Blottière, « Délit de grande gueule », sur www.telerama.fr,‎ (consulté le 12 mai 2016)
  26. Olivier Dussopt: «Vous n’arrêterez pas l’histoire et vous n’empêcherez pas l’égalité» / Julien Massillon, Yagg.com (consulté le 25 avril 2013)
  27. Les Ogres de Barback 2008, p. 10
  28. Odile Faure, « La faim musicale des Ogres », Sud Ouest,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :