Ogier Ghislain de Busbecq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ogier Ghislain de Busbecq
Busbecq.jpg

Portrait gravé par Melchior Lorck (1557)

Fonction
Ambassadeur
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Ogier Ghislain de Busbecq à partir d'une gravure du XVIIe

Ogier Ghiselin de Busbecq, en latin : Augerius Gislenius Busbequius et de temps en temps Augier Ghislain de Busbecq, (né en 1522 à Comines, Flandre - mort le à Saint-Germain près de Rouen) est un diplomate et un botaniste flamand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est d'abord au service du roi de France Charles V, puis des empereurs germaniques Ferdinand Ier, Maximilien II et Rodolphe II, comme ambassadeur auprès de l'empire ottoman du sultan Soliman le Magnifique en 1555 puis à nouveau en 1556. Emprisonné, il ne revient qu’en 1562. Ensuite, il fut gouverneur des fils de Maximilien II.

Il est l’auteur notamment des Legationis turcicae epistolae quatuor (1589), la relation de son ambassade en Turquie en latin, traduit par S. Gaudon (1646) et par l'abbé Louis-Étienne de Foy (1748). On doit à Busbecq la découverte des Res gestae de l'empereur Auguste à Ancyre et l'introduction en Europe de la tulipe, du lilas commun et du marronnier d'Inde. Il est le premier à s’intéresser aux langues gothiques de la région orientale.

Il meurt en 1592 près de Rouen et son corps est enterré à Saint-Germain-sous-Cailly, tandis que son cœur est embaumé et rapatrié dans son fief familial de Bousbecque.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Page couverture de Turcicae epistolae, 1595
  • Itinera Constantinopolitanum et Amasianum (1581)
    Plus tard publié comme A. G. Busbequii D. legationis Turcicae epistolae quatuor
    Connu en anglais sous le nom Turkish Letters. Une traduction en anglais du XXe siècle est référencée (ISBN 0807130710)
  • Epistolae ad Rudolphum II. Imperatorem e Gallia scriptae (1630).
  • (nl) Ogier Ghiselin van Boesbeeck, Vier brieven over het gezantschap naar Turkije
    (la) (Legationis Turcicae epistolae quatuor), traduction de Michel Goldsteen, introduction et notes de Zweder von Martels. (ISBN 90-6550-007-3)
  • Ogier Ghiselin de Busbecq. Les Lettres Turques, traduites du latin par Dominique Arrighi, éd. Honoré Champion (2009), collection Champion Classiques, préface de Gilles Veinstein, titulaire de la chaire d'histoire ottomane au Collège de France. (ISBN 978-2-7453-2038-4)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Écritures de l'ambassade : les 'Lettres turques' d'Ogier Ghiselin de Busbecq. Traduction annotée et étude littéraire.
    Thèse de Dominique Arrighi, soutenue le 2 décembre 2006 à la Sorbonne sous la direction de Perrine Galand-Hallyn.
  • Écritures de l’ambassade. Les Lettres turques d’Ogier Ghiselin de Busbecq, Dominique Arrighi, éd Honoré Champion (2011). (ISBN 978-2-7453-2205-0). Étude littéraire des Lettres turques.
  • Allen G. Debus (dir.) (1968). World Who’s Who in Science. A Biographical Dictionary of Notable Scientists from Antiquity to the Present. Marquis-Who’s Who (Chicago) : xvi + 1855 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]