Oghul Qaïmich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Oghul Qaïmich
Fonction
Régente
Empire mongol
-
Biographie
Décès
Activité
Conjoint
Enfants
Khoja (d)
Naqu (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Oghul Qaïmich (mongol : Огул Каймиш), est une khatoun, épouse de Güyük, troisième khan suprême des Mongols, fils d'Ögödei et petit-fils de Gengis Khan. Elle est la régente de l'Empire mongol de 1248 à 1251[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

À la mort de Güyük en 1248, elle assuma la régence comme sa belle-mère Töregene l'avait fait entre la mort d'Ögödei en 1241 et l'élection de Güyük en 1246.

Elle reçoit, en 1249, l'ambassade envoyée auprès Güyük par le roi Louis IX et conduite par le dominicain André de Longjumeau[1].

Mais, en 1251, le pouvoir suprême passa à la branche de Tolui, le quatrième et dernier fils de Gengis Khan et de Börte, avec l'élection de Möngke,

Oghul Qaïmich fut mise à mort : Möngke la fit enfermer dans un sac puis noyer.

Les Ögödéides, dont le fief était centré sur la Mongolie, furent par la suite totalement écartés du pouvoir.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (Ryan 2000, p. 407)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Grousset, « Régence d’Oghoul Qaïmich », dans L’Empire des steppes, Attila, Gengis-Khan, Tamerlan, Paris, Éditions Payot, , 4e éd., 620 p. (lire en ligne), autre éditions : Payot Paris, 2001, 656 p., (ISBN 2-228-88130-9), (Première édition : Payot, 1939).
  • (en) James D. Ryan et Kristen Mossler Figg, « Mongol Khatuns », dans John Block Frieman, Trade, Travel, and Exploration in the Middle Ages: an Encyclopedia, Routledge, coll. « Garland Reference Library of the Humanities » (no 1899), (ISBN 0-8153-2003-5), p. 407

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]