Ogéviller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ogéviller
Ogéviller
L'église du village.
Blason de Ogéviller
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Lunéville
Canton Baccarat
Intercommunalité Communauté de communes de Vezouze en Piémont
Maire
Mandat
Jean-Paul Largentier
2014-2020
Code postal 54450
Code commune 54406
Démographie
Population
municipale
285 hab. (2016 en diminution de 4,36 % par rapport à 2011)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 52″ nord, 6° 43′ 35″ est
Altitude Min. 241 m
Max. 282 m
Superficie 3,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte administrative de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Ogéviller

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Ogéviller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ogéviller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ogéviller

Ogéviller est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ogéviller se situe au bord de la Verdurette qui se jette quelques kilomètres plus loin dans la Vezouze qui est un affluent de la Meurthe.

La commune fait partie de la communauté de communes de Vezouze en Piémont.

Aujourd'hui l'autoroute contourne la commune qui fut comme toutes les autres, sises sur la RN4, traversée par un flux de 11 000 à 15 000 véhicules par jour, RN4 axe Paris-Strasbourg. Depuis début 2007 le village à donc retrouvé le calme pour sa partie haute.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Anciennement mentionné : Ogeriivillare (1152), Ogieviler (1285), Ogierviller (1301), Ogievilleir (1332), Ogievillare (1378), Ougeviller (1392, Tr. des ch. l. Remiremont), Ougiervilleir et Ogevillare (1392, ch. du pr. de Flavigny), Ogievillers (1395), Ogiervilleir (1472), Ungievilleir (1477), Oygiewiller (1505), Ogieviller (1553)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

"Centre de vie local" à une époque où se côtoyaient artisans et commerçants, seul un commerce perdure aujourd'hui (une station services essence gaz, dépannage, épicerie...).

Auparavant il existait deux boucheries, une boulangerie, deux épiceries, un coiffeur-horloger, un dentiste et un café. Il est rapporté qu'après guerre 12 cafés parsemaient les rues de la commune !

On peut découvrir deux grosses tours, vestiges d'un château du Moyen Âge (XIIe siècle), qui sont encore érigées à côté de l'ancienne usine de Vanneries.

Pays de saules, comme d'autres communes de ce pays d'eau, la plupart des familles travaillaient l'osier (saules) ou le rotin. Chacun le soir s’affairait à fabriquer des paniers ou autres ouvrages de vannerie (voir charpagne).

Deux hommes pratiquent encore la vannerie dans le petit village voisin de Réclonville.

Un ouvrage de qualité et de référence a été réalisé. Il serait bien trop présomptueux de dédier à quiconque ce modeste historique du village.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Marie Michel (1920-2015)   Directrice d'école
1993 1997 Brigitte Hanzo-Carmentre UDF  
mars 2001 En cours
(au 16 avril 2014)
Jean-Paul Largentier UMP Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2016, la commune comptait 285 habitants[Note 1], en diminution de 4,36 % par rapport à 2011 (Meurthe-et-Moselle : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
380394469533630526541558575
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
555592633597565556536515484
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
464492454429384393279310279
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016
305300300281289301297292285
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château mentionné en 1407, mais existait certainement dès le XIVe siècle qui dépendait alors du comte de Blâmont ; pris par les Reîtres sous la conduide du duc de Bouillon en 1587, démantelé au XVIIe siècle sur ordre de Richelieu, vestiges d'enceinte fossoyée, deux tours rondes.
  • Le Beuriot, grand champ qui borde la Verdurette, l'ancienne usine de vannerie.
  • Le Nallant, prairies de 25 ha où l'on ne chasse pas, paysage typique du pays de la Vezouze.

Au hasard des sinuosités de la Verdurette et de la Vezouze l'on peut croiser des martins pêcheurs, des hérons cendrés, les "saulcy" (boqueteaux de saules) dans lesquels aiment se cacher les chevreuils. L'on peut observer des rapaces (buses, milans, faucons crècerelles...), des renards, ou des mustélidés (fouines, martres, putois..).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la bande d'argent chargée de trois coquilles de sable, accompagnée de neuf billettes d'or posées en bande, ordonnées 1 et 3 en chef, 3 et 2 en pointe.
Commentaires : Ce sont les armes de la famille d'Ogéviller, d'ancienne chevalerie. Henry d'Ogéviller seigneur du lieu et de Neuviller-sur-Moselle, mourut vers 1400, ne laissant qu'une fille, Béatrice, épouse de Jean de Fénétrange, maréchal de Lorraine. La commune utilise le blason des seigneurs qui lui donnèrent son nom[6],[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, Paris, Imprimerie impériale, 1862
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. Site de généalogie
  7. Henri Lepage, Le département de La Meurthe : statistique historique et administrative, deuxième partie, 1843