Officine Meccaniche Reggiane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Officine Meccaniche REGGIANE S.p.A.
Création
Dates clés 1945 - reprise du secteur aéronautique par Caproni SpA
Fondateurs Romano Righi
Personnages clés Giuseppe Menada
Forme juridique S.A.
Siège social Reggio Emilia, Drapeau de l'Italie Italie
Activité Constructions mécaniques, ferroviaires et aéronautiques, munitions
Produits Locomotives à vapeur, Diesel, électriques, autorails,
avions civils et militaires, composants aéronautiques, obus
Le siège de l'entreprise.

La société Officine Meccaniche Italiane S.p.A., devenue très rapidement Officine Meccaniche Reggiane S.p.A., et plus connue sous la simple appellation de Reggiane, est une société de mécanique italienne créée en août 1901 à Reggio d'Émilie, en Émilie-Romagne, et spécialisée dans la construction ferroviaire et de munition d'artillerie. Cette entreprise acquiert ses lettres de noblesse dans la construction aéronautique, activité débutée dans l'entre-deux-guerres, avec notamment ses fameux avions de chasse lancés à la fin des années 1930.

Historique[modifier | modifier le code]

Origine de la société[modifier | modifier le code]

L'entreprise est créée à Reggio d'Émilie durant le mois d'août 1901 par l'ingénieur Romano Righi sous la raison sociale Officina Meccanica e Fonderia Ing. Romano Righi e C.

Au mois de décembre 1904 le nom de la société devient Società Anonima Officine Meccaniche Reggiane - OMR lors de la reprise de la société par Giuseppe Menada, nouvel actionnaire majoritaire et président-directeur général. Giuseppe Menada qui était auparavant directeur puis président de la société SAFRE - Società Anonima delle Ferrovie di Reggio Emilia / Société Anonyme des chemins de fer de Reggio d'Émilie, peut ainsi garantir un volume d'activité à sa nouvelle entreprise en lui commandant immédiatement vingt wagons fermés de marchandises et le transport du bétail et sept wagons ouverts.

« Les Officine Reggiane ont débuté modestement avec la fabrication de wagons ouverts simples,.... puis nous sommes passés aux wagons de marchandises, aux wagons à bagages,... nous avons ensuite construit de splendides wagons de troisième classe et de seconde classe. Nous avons poursuivi avec les wagons de première classe et construisons maintenant des wagons voyageurs parfaits. »

— Giuseppe Menada, 1906

En 1908, la société se renforce dans le domaine de la construction ferroviaire en rachetant la société Nobili de Bologne et prend une importante participation dans les sociétés S. A. Metallurgica Ossolana et Anonima Celeste Longoni de Reggio d'Émilie.

En 1909, Reggiane débute la production de sa première locomotive à vapeur. Entre 1910 et 1937, ce sont pas moins de cent soixante locomotives à vapeur de tous types qui seront produites.

En 1912, la société poursuit son expansion en reprenant la Società Officine Ferroviarie Italiane Anonima. Cette même année la société voit sa raison sociale devenir Reggiane Officine Meccaniche Italiane S.p.A.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale voit l’essor de l'activité militaire de la société. La société Reggiane rachète en 1918 la société de munitions Proiettilificio di Modena.

Au début de l'année 1918, Reggiane fait son entrée dans le domaine aéronautique avec l'appui de la société Caproni, qui rachètera la société à la fin des années 1930. La société « Officine Meccaniche Reggiane », est retenue, avec d'autres, lors de l'énorme appel d'offres pour la fabrication d'avions bombardiers biplanss trimoteurs de la famille Caproni Ca.44, Ca.45 et Ca.46 (en). Cette commande est de trois cents appareils.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En 1920, la crise n'épargne aucune entreprise ayant contribué à l'effort de guerre, dont « Reggiane », qui voit tous ses ateliers occupés par les ouvriers. Pour diversifier ses activités, la société rachète la « Società Anonima Meccanica Lombarda - SAML » de Monza spécialisée dans la construction de moulins, fours à pain et produits argileux. Les difficultés économiques croissent et en 1928 la société décide une nouvelle diversification de ses activités avec l'entrée dans le domaine des silos à grains mais doit vendre ses sites industriels de Modène et de Monza.

La crise économique mondiale des années 1930 met fin définitivement aux efforts de sauvetage de la société qui avait également commencé une activité dans la construction de machines agricoles. En 1933 l'IRI (Institut de reconstruction industrielle) reprend la majorité des actions de la société ce qui permet de sauver les usines de Reggio d'Émilie.

En 1935, misant sur le besoin de réarmement du gouvernement fasciste, le conte Giovanni Caproni rachète à l'IRI la division aéronautique de la société Reggiane.

Le développement aéronautique et la tuerie des salariés Reggiane[modifier | modifier le code]

En 1936, la société Studi e Brevetti Gruppo Caproni dirigée par l'Ingénieur Giovanni Pegna est créée à Reggio d'Émilie. Giovanni Pegna est un ancien ingénieur concepteur de Piaggio Aero et poursuit la conception et le développement des avions expérimentaux et des solutions techniques à appliquer aux productions Reggiane Avio. La première réalisation est le bombardier bimoteur Piaggio P.32bis, une évolution du fameux Piaggio P.32.

La société Reggiane crée la division « Moteurs d'Avions » pour la fabrication sous licence du moteur radial Piaggio P. VII C.16. La société fabrique également sous licence Piaggio, les versions des moteurs Piaggio C 35 et C 45 des P VII, P VI, XI bis. « Reggiane » fabrique également sous licence Fiat Avio le moteur Fiat A.74. Le succès la division aviation de la société assure 60 % du chiffre d'affaires global en 1936.

En 1937, Reggiane lança la fabrication sous licence SIAI Marchetti du bombardier trimoteur Savoia-Marchetti SM.79. En raison du ralentissement des commandes, en fin de l'année 1937, le secteur aviation ne représente plus que 45 % du chiffre d'affaires global, la société « Studi e Brevetti Caproni » est incorporée.

Les ventes du secteur aviation reprennent en 1938 et 1939, et représentent respectivement 55 % et 80 % du chiffre d'affaires total.

Le 24 mai 1939, le premier prototype du Reggiane Re.2000 (MM 408) est piloté par le commandant Mario Bernardi. La production en série est lancée en novembre de la même année pour l'aviation royale italienne. Les exemplaires fabriqués ne sont rendus opérationnels qu'en 1941.

L'avion reçoit un excellent accueil également au niveau international avec une commande de la Royal Air Force britannique de trois cent exemplaires. De même les aviations de la Suède, la Yougoslavie, l'Espagne, la Finlande, la Suisse et l'Union soviétique retiennent cet appareil mais aucune commande n'est formalisée à la suite de l'entrée en guerre de l'Italie aux côtés de l'Allemagne nazie. Seule la Hongrie confirme sa commande de soixante-dix exemplaires. Au mois de mars 1940, la licence pour la fabrication dans les usines hongroises MÁVAG de Budapest est accordée.

En mai 1940, la production des avions intercepteurs Re.2000 Heja pour l'armée hongroise commence.

En juin et octobre 1940, les premiers prototypes Reggiane Re.2001 (MM 409) et Reggiane Re.2002 (MM 454), volent pilotés par le commandant de Bernardi.

Le 28 novembre 1940 la Svenska flygvapnet (KSF), l'Armée de l'air suédoise, passe commande de soixante exemplaires du Reggiane Re.2000 qui sont livrés entre 1941 et 1942.

En mars 1941, la production des avions intercepteurs RE.2000 pour l'armée suédoise KSF débute.

Le 27 juin 1941, le premier exemplaire de la version Re.2000Cat catapultable est testé par la Marine Royale Italienne.

En juillet 1941, la Royal Air Force suédoise (KSF) veut passer une commande importante de plusieurs centaines d'appareils Reggiane Re.2001, mais, en raison de l'état de guerre et des besoins prioritaires de l'aviation italienne, la commande est refusée.

En 1942, le projet de conception des nouveaux moteurs en ligne Re.105 RC 100 et Re.103 RC 50 sont lancés. Aucun d'eux ne sera fabriqué en grande série.

La société MAVAG, fabriquant les avions Reggiane Re.2000 sous licence italienne, livre la première série d'avions baptisés localement Héja II.

En septembre et octobre 1942, la version Re.2001OR pour armer les porte-avions de la Marine italienne sont testés.

Le 23 février 1943, le premier vol de nuit du chasseur Re.2001CN (MM 08075), est concluant et permet le démarrage de la production de la série CN.

Le 28 juillet 1943 est le jour noir de la tuerie des salariés Reggiane. Neuf ouvriers, dont une femme enceinte, sont tués. Les ouvriers ont organisé, au mépris des dispositions très strictes imposées par le général Badoglio - qui a interdit les rassemblements de plus de trois personnes - une manifestation pour réclamer la fin de la guerre. Plusieurs milliers d'ouvriers passent les portes de l'usine quand un bataillon de bersagliers ouvre le feu sur eux. L'explication est encore floue : il semble que l'officier ait entendu des coups de feu (peut-être les gardiens de sécurité de l'usine) et a perdu le contrôle de la situation.

L'automne 1943 présente un tournant négatif pour Reggiane. Les autorités allemandes d'occupation décident l'arrêt immédiat des activités liées à l'aviation.

Les 7 et 8 janvier 1944, les usines de Reggio d'Émilie sont entièrement détruites au cours de deux bombardements alliés. Les machines qui ont pu être récupérées sont stockés près de Reggio d'Émilie et dans d'autres villes du nord de l'Italie. Pour fuir les bombardements alliés dont l'intensité augmentait sérieusement, la production est décentralisée dans de nombreuses usines du nord de l'Italie à Vicence, Torbole, Gavirate Cocquio, Besozzo, Gemonio.

Compte tenu de l'occupation nazie et l'arrêt des études de conception et le développement d'avions, Reggiane se prépare à l'après-guerre en programmant la conversion de l'outil de production vers la fabrication d'avions civils. Elle lancera le projet, mais jamais concrétisé, de l'hydravion Reggiane Ca.8000 pour des vols transatlantiques.

À partir du mois de mars 1944, la production reprend dans les ateliers décentralisés, avec quelques difficultés. Ce sont surtout des fabrications pour les entreprises allemandes : Messerschmitt AG, BMW notamment les moteurs Reggiane P.VII et P.XIbis, Daimler-Benz DB 605 en collaboration avec Piaggio Aero, Isotta Fraschini et Alfa Romeo Industrie. De plus, la Luftwaffe commanda un bon nombre d'avions Reggiane RE.2002 et fit assurer la maintenance et les réparations.

En août 1944, tout l'outillage et les matériels sont réquisitionnés par l'armée nazie et transférés en Allemagne avec une trentaine d'ingénieurs pour apporter une assistance aux Reggiane Re.2002 utilisés par la Luftwaffe.

Le chiffre d'affaires du secteur aéronautique de l'année 1944 ne représente plus que 40 % du total.

Le 31 août 1945, le directeur de « Officine Reggiane », l'ingénieur Vischi Arnaldo, malgré la confirmation à son poste par le Comité de libération nationale, est assassiné par un commando des ex-partisans communistes anciens salariés de Reggiane. À la suite des destructions de la guerre et des conditions de paix imposées à l'Italie par les alliés, la division aéronautique de Reggiane cesse toute activité.

En 1950, un plan de licenciements de 2 100 salariés marque le début de la plus longue occupation d'une usine par les ouvriers de l'histoire italienne, débutée en octobre 1950, elle se termine un an plus tard, en octobre 1951 quand il est procédé à la liquidation forcée de la société.

L'entreprise est actuellement reconvertie dans la production de grues et engins de manutention de conteneurs. Elle a été rachetée par le groupe Fantuzzi qui a poursuivi l'activité sous le nom Fantuzzi-Reggiane et récemment revendue au groupe américain Terex.

Activités de Reggiane[modifier | modifier le code]

La société a touché plusieurs spécialités techniques :

  • les transports ferroviaires avec les wagons de marchandises au début, les locomotives à vapeur et les locomotives électriques et diesel ensuite ;
  • les transports aériens : avions militaires de combat et civils ;
  • les munitions.

Reggiane Ferroviaria[modifier | modifier le code]

La division ferroviaire est créée en 1904. Elle commencera son activité par la fabrication de wagons de marchandises et pour le transport du bétail. Elle s'orientera ensuite vers les voitures de voyageurs avec les trois classes de confort de l'époque. Le plus important client de Reggiane fut la Compagnie internationale des wagons lits et lui fournira plus de la moitié de son parc roulant entre 1926 et 1940, en association avec OM.

À partir de 1910, la fabrication de locomotives à vapeur va débuter avec le modèle CCFR5.

Suivront ensuite les grandes séries des chemins de fer italiens FS :

  • Gr. 835 : trente exemplaires fabriqués ;
  • Gr. 740 : la locomotive la plus diffusée au sein des FS avec 470 exemplaires dont dix-neuf par Reggiane ;
  • Gr. 940 : version locomotive-tender de la Gr. 740, vingt exemplaires fabriqués par Reggiane ;
  • Gr. 685 : la grande reine de la vapeur des chemins de fer européens, avec ses 1 250 ch et une vitesse de 120 km/h, dont Reggiane en fabriquera dix exemplaires.

Les FS ont arrêté définitivement les commandes de machines à vapeur en 1927. Reggiane continua la fabrication de certains modèles essentiellement pour les ventes aux chemins de fer étrangers et des pièces mécaniques pour la maintenance du parc existant.

La seule production tardive concerne la « série Ma », conçue par Breda C.F. mais dont Reggiane assura quasiment toute la fabrication. Vingt exemplaires seront produits spécialement pour la Grèce comme réparation des dommages de guerre, en 1953 et 1954. La série « Ma » représente le plus grand nombre d'exemplaires de locomotives à vapeur fabriquées en Europe. Leur puissance était de 2 600 ch et garantissait une vitesse de 95 km/h, leur longueur atteignait 25 mètres et une masse de 204 tonnes.

Reggiane débuta dès 1920 la fabrication de locomotives électriques. Les FS débutèrent avec des lignes alimentées sous 3 600 V triphasé. Reggiane fabriquera 12 locomotives FS E.551 et 12 locomotives FS E.554.

Très rapidement, à partir de 1924, sous l'impulsion de l'ingénieur Giuseppe Bianchi, responsable de la conception du matériel roulant des FS, le système d'alimentation passa en 3 kV monophasé. Reggiane s'adapta à cette nouvelle caractéristique et participa à la fabrication de nombreuses locomotives comme :

  • FS E.626, années 1936-39 ;
  • FS E.428, années 1936-39 ;
  • FS E.636, années 1939-60, la série fut fabriquée à 469 exemplaires ;
  • FS E.646, année 1963 ;
  • FS E.444 Tartaruga-Tortue, années 1968-70, fabriquées par Reggiane, vitesse 200 km/h ;
  • FS E.656, années 1975-82, la série la plus fabriquée avec plus de 500 exemplaires ;
  • FS E.402, six exemplaires de présérie en 1988, 5 200 kW, 220 km/h, élue la plus belle locomotive électrique italienne.

La société Reggiane arrêtera sa division ferroviaire après cette dernière fabrication.

À la fin des années 1920, alors que la fabrication des locomotives à vapeur allait bientôt s'arrêter, Reggiane commença l'étude de motrices diesel. La première fabrication concerne le modèle FS ALn 9001 de 1936 qui ne seront radiés qu'en 1981.

Reggiane paricipera, comme pour les autres types de traction, à la fabrication de modèles pour le compte des FS dont les fameuses FS D.341 1ère et 2de série, avec les moteurs diesel Fiat ou Breda C.F.. Reggiane exportera également une part de ses fabrications vers l'Argentine.

La fabrication de locomotives diesel se poursuivra jusqu'en 1979 avec la dernière livraison de vingt exemplaires de FS D.445, les plus puissantes locomotives diesel en service sur le réseau FS.

Reggiane paricipera également à la fabrication d'autorails électriques et diesel, pour le compte de Fiat Ferroviaria, de Breda C.F. ou Ansaldo.

Production[modifier | modifier le code]

Avions[modifier | modifier le code]

Le Reggiane Re 2003

Moteurs[modifier | modifier le code]

Moteurs sous licence[modifier | modifier le code]

Moteurs Reggiane[modifier | modifier le code]

  • Re.102 RC.50/1
  • Re.103 RC.40/1
  • Re.105 étude et construction expérimentale
  • Étude du moteur Re.104 RC.48/D, 1 100 hp au décollage
  • Étude du moteur 18 cylindres en ligne, 1 500 hp au décollage

Locomotives et matériel ferroviaire[modifier | modifier le code]

  • Locomotive-tender à vapeur - trois exemplaires pour la « Società Anonima Ferrovia Valle Senio - FVS »
  • Locomotive diesel FS D.141
  • Locomotive diesel FS D.341 participation à la commande des FS 1 lot de fourniture - prototype 5001 équipé d'un moteur Reggiane en lieu et place du moteur Fiat
  • Locomotive de manœuvre FS D.245 - commande d'un lot

Innovations[modifier | modifier le code]

  • Construction d'avions avec enveloppe étanche à l'eau.
  • L'utilisation de Alclad.
  • Radiateurs inclus dans les ailes.
  • Conception d'avions à jet propulsion.
  • Conception d'avions commerciaux pour les transports transatlantiques.
  • Utilisation d'éléments tournants dans le processus de fabrication.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]