Offensive du Croissant pétrolier (septembre 2016)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Offensive du Croissant pétrolier.
Offensive du Croissant pétrolier

Informations générales
Date -
Lieu Ras Lanouf, al-Sedra (en), Zueitina (en), Ajdabiya et Brega
Issue Victoire du gouvernement de Tobrouk
Belligérants
Drapeau de la Libye Gouvernement d'union nationale
  • Gardes des installations pétrolières
Drapeau de la Libye Gouvernement de Tobrouk
Commandants
Ibrahim JadhranKhalifa Haftar
Forces en présence
inconnuesinconnues
Pertes
inconnuesinconnues

Deuxième guerre civile libyenne

Coordonnées 30° 28′ 44″ nord, 18° 33′ 58″ est

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Offensive du Croissant pétrolier

Géolocalisation sur la carte : Libye

(Voir situation sur carte : Libye)
Offensive du Croissant pétrolier

L'Offensive du Croissant pétrolier se déroule du au , lors de la deuxième guerre civile libyenne, et oppose la Garde des installations pétrolières, alliée au Gouvernement d'union nationale, à l'auto-proclamée Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar. Cette offensive-éclair de l'ANL est une victoire majeure et inattendue de cette dernière.

Prélude[modifier | modifier le code]

Située dans le golfe de Syrte, la région appelée le « Croissant pétrolier » concentre la grande majorité des terminaux pétroliers de la Libye. Ses deux principaux ports, Ras Lanouf, al-Sedra (en) sont fermés depuis fin 2014 et des réservoirs ont pris feu lors d'une attaque de l'État islamique en janvier 2016[1]. Mais, à la fin du mois de juillet 2016, la Garde des installations pétrolières, qui tient alors le Croissant pétrolier, annonce la conclusion d'un accord avec le Gouvernement d'union nationale pour rouvrir les ports et tenter ainsi de relancer les exportations de pétrole[1],[2].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le , les forces de l'auto-proclamée Armée nationale libyenne (ANL) lancent l'offensive contre le Croissant pétrolier[3]. Elles attaquent alors Ras Lanouf, al-Sedra (en), Zueitina (en) et Ajdabiya[3]. La Garde des installations pétrolières dirigée par Ibrahim Jadhran est rapidement mis en déroute[4]. En quelques heures, l'ANL prend le contrôle de Ras Lanouf et d'al-Sedra (en)[2],[1]. Les Gardes résistent un peu plus longuement à Zueitina, mais la ville est prise à son tour le 12 septembre[5], suivie par Brega le 13 septembre[6],[7].

Le 11 septembre, le Gouvernement d'union nationale (GNA) condamne une « agression flagrante contre les acquis du peuple libyen, qui porte atteinte à la souveraineté nationale »[5],[8]. Il appelle alors la Garde des installations pétrolières à reprendre « avec courage et sans aucune hésitation » les terminaux pétroliers[8]. Le 12 septembre, les États-Unis, la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et le Royaume-Uni demandent aux « forces militaires qui ont pénétré dans le croissant pétrolier à se retirer immédiatement, sans condition préalable »[7],[9]. Le 13 septembre, le GNA publie un autre communiqué, plus mesuré, dans lequel il appelle au « dialogue »[5],[8].

Le 14 septembre, le gouvernement de Tobrouk annonce avoir remis la gestion des principaux terminaux pétroliers à la Compagnie nationale de pétrole (NOC), bien que cette dernière reconnaisse le Gouvernement d'union nationale et siège à Tripoli[10],[11]. Le lendemain, la NOC annonce effectivement la reprise des exportations[11].

Le , une contre-attaque est tentée par la Garde des installations pétrolières à Ras Lanouf et al-Sedra, mais elle est rapidement mise en échec par l'ANL[12].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Selon Le Monde, l'offensive marque un tournant dans le conflit : « Jusqu’à cette date, les contacts avec Haftar s’étaient limités à une discrète coopération sécuritaire pilotée par les services de renseignements occidentaux – notamment français – sur le front de Benghazi, où le maréchal combattait (entre autres adversaires) des noyaux djihadistes. Mais à partir de la prise du Croissant pétrolier, la perception de Haftar dans les chancelleries change du tout au tout. Les partisans de la main tendue à Haftar, qui rappellent qu’il avait eu le courage d’orchestrer la résistance à Benghazi dans les années 2013 et 2014 contre une vague d’assassinats déchaînée par les djihadistes d’Ansar al-charia, s’imposent désormais aux sceptiques le soupçonnant de fomenter une restauration autoritaire à l’égyptienne »[13].

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Libye : les rebelles du général Haftar s'emparent de terminaux pétroliers, France 24 avec AFP et Reuters, 11 setembre 2016.
  2. a et b Libye: les forces parallèles de l'est prennent deux terminaux pétroliers, VOA avec AFP, 11 septembre 2016.
  3. a et b Libye: les forces de l'Est à l'offensive, Le Figaro avec Reuters, 11 septembre 2016.
  4. Jonathan Walsh et Amar Mohammed Sahib Al Hameedawi, Libye : partie filmer la milice gardant le croissant pétrolier libyen, France 24 assiste à sa déroute, France 24, 26 septembre 2016.
  5. a b et c Libye : les forces rebelles du général Haftar s’emparent de trois terminaux pétroliers, Jeune Afrique avec AFP, 12 septembre 2016.
  6. Tensions autour du Croissant pétrolier, AFP, 14 septembre 2016.
  7. a et b Aidan Lewis et Ayman al-Warfalli, L'Europe et les USA demandent le retrait de Haftar en Libye, Reuters, 13 septembre 2016.
  8. a b et c Gaël Cogné, Milices, barbouzes et or noir : en Libye, la bataille pour le "croissant pétrolier" fait rage, Franceinfo, 15 septembre 2016.
  9. Pétrole en Libye: la communauté internationale condamne l’offensive d’Haftar, RFI, 13 septembre 2016.
  10. Libye: les terminaux pétroliers remis à la compagnie nationale, Le Figaro avec AFP, 14 septembre 2016.
  11. a et b Pétrole : la Libye va relancer ses exportations, La Tribune avec agences, 15 septembre 2016.
  12. Nouveaux combats en Libye pour le contrôle du Croissant pétrolier, Le Parisien avec AFP, 18 septembre 2016.
  13. Frédéric Bobin, En Libye, le pari perdu des diplomaties européennes sur le maréchal Khalifa Haftar, Le Monde, 7 avril 2019.